Présidents Sooronbaï Jeenbekov Noursoultan Nazarbaïev

La situation se normalise à la frontière entre le Kazakhstan et le Kirghizstan

Le Président kirghiz, Sooronbaï Jeenbekov et son homologue kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, ont accepté de signer une « feuille de route » visant à la réouverture de la frontière entre les deux pays et, ainsi, à normaliser les relations diplomatiques entre les deux voisins centrasiatiques.

Novastan reprend un article initialement paru sur Kloop.kg.

Au début du mois d’octobre dernier, l’ex-président du Kirghizstan, Almazbek Atambaïev, déclenchait une crise diplomatique en critiquant vigoureusement le gouvernement du Kazakhstan, l’accusant de s’ingérer dans les affaires internes du Kirghizstan à l’occasion de l’élection présidentielle du 15 octobre 2017.

Lire aussi sur Novastan : Élection présidentielle : le Président kirghiz s’en prend à Nazarbaïev

Sooronbaï Jeenbekov, récemment élu à la tête du Kirghizstan, et Noursoultan Nazarbaïev, chef de l’État kazakh, se sont rencontrés le 30 novembre à Minsk en Biélorussie, en marge de la réunion de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). L’entretien a été sollicité par la partie kirghize et avait pour but, entre autres de remédier à la situation tendue entre les deux pays voisins.

Vers la réconciliation

À cette occasion, Noursoultan Nazarbaïev a insisté sur la nécessité de restaurer les relations amicales et fraternelles entre le Kirghizstan et le Kazakhstan et de s’accorder sur une « feuille de route » visant à régler la situation à la frontière kazakho-kirghize.

« Nous sommes tous conscients de la situation à notre frontière et des causes de cette situation. C’est pourquoi nous nous sommes attelés à trouver une solution : une feuille de route a été rédigée conjointement par nos gouvernements. Le groupe de travail unissant nos deux pays s’est penché sur le document et il est prêt à être signé. », a précisé le leader kazakh.

Lire aussi sur Novastan : Les six querelles qui opposent le Kazakhstan et le Kirghizstan

Noursoultan Nazarbaïev a ajouté que les contrôles temporaires établis depuis l’incident diplomatique au poste-frontière de Kordaï, principal poste-frontière entre le Kirghizstan et le Kazakhstan et le plus fréquenté, seront facilités et allégés. En plus des garde-frontières kirghiz et kazakhs, 3 représentants de l’Union économique eurasiatique (UUEA) seront chargés d’inspecter les marchandises transitant par Kordaï.

Une affaire prise en main au plus haut niveau

Le service de presse du Président kazakh a expliqué que Sooronbaï Jeenbekov, en tant que chef de l’État kirghiz, souhaite « s’impliquer directement et personnellement dans la résolution de la situation à la frontière. » Le service de presse de ce dernier a corroboré l’information, avançant que le problème serait définitivement résolu à la fin du mois de décembre.

Lire aussi sur Novastan : Un pipeline d’alcool découvert entre le Kazakhstan et le Kirghizstan

« Il y a désormais un ordre du jour et les gouvernement des deux pays travaillent conjointement pour trouver une solution d’ici la fin du mois de décembre. Nous avons instauré un contrôle partagé à la frontière. Et la coopération bilatérale va pouvoir reprendre pour de bon. », a déclaré Sooronbaï Jeenbekov.

Au-delà de ces questions frontalières en passe d’être résolues, Noursoultan Nazarbaïev a invité son homologue kirghiz à se rendre en visite officielle au Kazakhstan.

Faire table rase du passé

La situation à la frontière kazakho-kirghize s’était détériorée de façon significative après les propos tenus par l’ex-président du Kirghizstan, Almazbek Atambaïev, contre le gouvernement du Kazakhstan, accusant ce dernier de « s’ingérer » et de « porter atteinte » à la santé économique du pays et « d’avoir soutenu » Kourmanbek Bakiev, l’ancien Président kirghiz renversé par la révolution de 2010.

En fait, c’est la rencontre entre Noursoultan Nazarbaïev et Omourbek Babanov, l’un des principaux candidats lors de la dernière élection présidentielle kirghize, qui a suscité l’ire de l’ex-leader kirghiz.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : Omourbek Babanov, candidat malheureux à la présidentielle

Les déclarations virulentes d’Almazbek Atambaïev prononcées le 7 octobre dernier ont eu des conséquences sur les habituelles bonnes relations diplomatiques entre le Kirghizstan et le Kazakhstan.

Dès le 10 octobre, de nombreux camions se sont accumulés au poste-frontière de Kordaï, dans l’impossibilité de traverser rapidement la frontière et de passer au Kazakhstan.

Lire aussi sur Novastan : Kazakhstan-Kirghizstan : Atambaïev « regrette » ses propos visant Nazarbaïev

À l’époque, Astana avait justifié la décision de renforcer les contrôles par sa volonté de lutter contre la contrebande en provenance de Chine transitant par le Kirghizstan. Ces contrôles et les blocages qu’ils ont entraînés auraient coûté un milliard de soms (environ 12 millions d’euros) en pertes pour Bichkek.

Aïda Erkebaïeva

Traduit du russe par Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Les présidents kirghiz et kazakh, Sooronbaï Jeenbekov et Noursoultan Nazarbaïev
President.kg
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *