Couronne Altaï Sibérie

L’Altaï, berceau de la culture kirghize ?

Les montagnes de l’Altaï, aujourd’hui situées dans la zone frontalière entre la Russie, le Kazakhstan, la Chine et la Mongolie, sont considérées comme le berceau de la civilisation kirghize. Du fleuve Ienisseï en passant par les vallées de l’Altaï et jusqu’au nord de l’actuel Kirghizstan, retour sur les origines du peuple kirghiz.

Novastan reprend ici un article de Jarkynaï Erguiechbaïeva initialement paru sur Gezitter.org.

Lors d’un forum international intitulé « Civilisation altaïque et peuples de la famille des langues altaïques » qui s’est tenu près d’Issyk-Koul du 20 au 22 juillet 2017, Gezitter.org est allé à la rencontre de Baktykan Torogueldieva, docteur en sciences politiques, pour parler de l’influence de l’Altaï sur la culture kirghize d’aujourd’hui. Le forum s’est tenu à l’initiative du président kirghiz, Almazbek Atambaïev, et a réuni plus de 20 représentants originaires de 12 pays différents.

Gezitter.org : Quelles sources ont été utilisées par les scientifiques pour étudier la civilisation de l’Altaï ? Situez-vous la véritable origine du peuple et de la mentalité kirghiz dans l’Altaï ?

Baktykan Torogueldieva : À l’heure de la mondialisation, alors que tous les groupes ethniques se mélangent et que la coopération internationale rapproche plus que jamais les peuples, il est devenu très important d’explorer le développement de la culture kirghize depuis ses origines. Nos racines historiques et culturelles sont étroitement liées à la civilisation de l’Altaï. De nombreuses études historiques, ethnographiques, archéologiques, philologiques, philosophiques et culturelles indiquent que le berceau culturel de notre peuple se situe là.

Pour le philosophe kazakh Seïdakhment Kouttykadam, l’hypothèse est la suivante : la richesse matérielle et spirituelle constitue le cadre fondamental de l’ordre social dans la vallée de l’Altaï. Et la combinaison de ces 2 facteurs a eu une influence décisive sur l’émergence de la conscience ethnique et la culture des Kirghiz.

Les traces des traditions médiévales ont été conservées pour la postérité, notamment sous la forme de pétroglyphes. Des scientifiques russes ont étudié les pétroglyphes trouvés dans l’Altaï. Ces derniers traitaient de sujets militaires. C’est comme cela qu’on a découvert qu’il existe un lien entre l’idéologie martiale des nomades et leurs traditions.

Lire aussi sur Novastan : Les pétroglyphes, miroir des peuples d’Asie centrale

D’autres scientifiques affirment qu’une conscience commune des épopées à travers les époques s’est forgée avec le temps. Dans le monde kirghiz, les héros mythiques ont joué un rôle central.

Dans l’ensemble des versions connues de l’épopée de Manas, il est dit que la maison natale de ce héros légendaire serait située dans les monts de l’Altaï et qu’une fois arrivé à l’âge adulte, Manas aurait mené son peuple dans les montagnes de l’Ala-Too, situées au nord de l’actuel Kirghizstan.

Lire aussi sur Novastan: L’épopée de « Manas » : encyclopédie de l’histoire et des mœurs kirghizes

Dans la formation d’une ethnie et de sa culture, la question de l’affiliation régionale est un facteur essentiel. Non seulement les caractéristiques géographiques de la région, mais aussi les conditions climatiques jouent un rôle déterminant. Les peuples des régions montagneuses ont développé diverses facultés qui leur sont propres au fil du temps. Ces facultés leur permettent de survivre dans des conditions difficiles. Les conditions environnementales qui prévalent sur les rives de l’Ienisseï et dans l’Altaï ont façonné les Kirghiz dans leur image de soi et dans leurs représentations du monde.

Vallée Altaï Russie

Comment la religion affecte-t-elle la vision du monde des nomades ?

La religiosité et les facteurs idéologiques ont servi de base à la vie en société des nomades. Ces facteurs ont légitimé la structure officielle et les décisions prises par les élites. Les élites nomades étaient en fait un reflet de la culture politique de cette époque. Par l’influence de la religion sur la culture politique, la société nomade a reçu un système contraignant de comportements et de valeurs.

Lire aussi sur Novastan : Le destin d’un nomade au XXIème siècle

Ainsi, la religion et le politique ne faisaient qu’un dans la société nomade. Mais l’influence chamanique a également constitué un facteur puissant dans la construction de la pensée et du peuple kirghiz.

En quoi la vision du monde des Kirghiz est-elle particulière ?

Une caractéristique essentielle de la culture ethnique du peuple kirghiz est qu’ils considèrent les événements du monde comme cycliques, comme une sorte de cercle effectuant sans cesse le même mouvement. Tout est affaire de cercle dans la civilisation nomade : la Terre est ronde, la Lune et le Soleil sont ronds, les yourtes sont rondes, le ciel est un demi-cercle…

Encore aujourd’hui, l’étude de la culture médiévale des Kirghiz se poursuit au travers de l’analyse des arts nomades et des études de monuments runiques. Ces éléments permettront d’affiner les données déjà collectées sur l’origine du peuple kirghiz.

Jarkynaï Erguiechbaïeva

Traduit du russe par Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !

La Couronne de l’Altaï en Sibérie
deletio
Une vallée de la République de l’Altaï en Russie
Alex/Fa
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *