Des policiers bloquent la rue vers Koï-Tash, où se trouve l'ex-président du Kirghizstan

L’ambassade de France au Kirghizstan appelle ses ressortissants à la prudence

Après la violente opération dans la nuit du 7 au 8 août dans le village de Koï-Tash contre l’ancien président du Kirghizstan, Almazbek Atambaïev, l’ambassade de France appelle ses ressortissants à la prudence. 

L’ambassade de France se veut prudente. Ce jeudi 8 août, au lendemain de l’opération des forces spéciales contre l’ex-président Almazbek Atambaïev, la délégation française au Kirghizstan a envoyé un message à ses ressortissants, affirmant qu’“on ne peut exclure des manifestations et des heurts dans les prochaines heures et les prochains jours”. L’ambassade demande également aux Français présents sur place d’être « prudent dans ses déplacements et ne pas prendre les routes menant aux montagnes dans la banlieue sud de Bichkek », la capitale du pays.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Paris demande également à ses ressortissants de « suivre avec attention la situation sur les médias, ainsi que les recommandations de sécurité des autorités locales » et de « se tenir à l’écart des rassemblements et mouvements de foule ».

Lire aussi sur Novastan : Opération Atambaïev : Un mort, des dizaines de blessés et des appels à la paix 

Dans la nuit du 7 au 8 août, une opération menée par les forces spéciales pour arrêter l’ancien président Almazbek Atambaïev dans sa résidence à Koï-Tash, où il était entouré de partisans, s’est finie en tragédie. Un mort et plus de cinquantes blessés ont été reportés. Les violences ont cessé suite au retrait des forces de l’ordre.

Des manifestations en fin d’après-midi 

Almazbek Atambaïev a appelé ses partisans à se rassembler autour de lui à Bichkek ce jeudi 8 août en fin d’après-midi. Le camp menaçait d’organiser une marche vers le parlement kirghiz si leurs demandes n’étaient pas prises en compte et de réclamer la démission du président actuel Sooronbaï Jeenbekov

La manifestation a été annulée à la dernière minute alors que des dizaines de personnes étaient déjà rassemblées : les soutiens du camp de l’ex-président se dirigent désormais en bus à Koï-Tash, où se trouve encore Almazbek Atambaïev, dans l’attente d’un deuxième assaut. Vers 17 heures, le média kirghiz Kloop annonçait que la route vers Koï-Tash était bloquée par environ 150 policiers armés de boucliers. Une deuxième tentative pour arrêter l’ex-président serait en cours. 

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Dans le centre-ville, les magasins ferment par peur d’être vandalisés lors des manifestations. Dans le centre commercial principal de la capitale TSUM, les vendeurs rangeaient déjà leurs biens (vêtements, technologie…) dans de grands sacs vers 15 heures. “Nous ne savons pas ce qui va se passer,” a expliqué à Novastan le propriétaire d’un boutique d’appareils photos, qui se pressait à cacher sa marchandise. 

Un deuxième assaut a été annulé pendant la nuit

Le parlement kirghiz s’est réuni en urgence cet après-midi pour discuter de la situation. En s’adressant aux députés, Sooronbaï Jeenbekov a été ferme dans sa déclaration : “Almazbek Atambaïev et son entourage ont utilisé des armes à feu et sont sortis du cadre juridique.” 

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : Une opération en cours pour arrêter l’ex-président Almazbek Atambaïev 

Le président kirghiz a également expliqué qu’une deuxième tentative d’arrestation pendant la nuit avait été annulée par ses ordres pour éviter un bain de sang. “J’ai préféré risquer d’entacher l’autorité du pouvoir plutôt que de verser le sang de nos compatriotes,” a-t-il assuré. Il a également refusé la démission que lui présentait le chef des forces spéciales.

Marion Biremon
Correspondante pour Novastan à Bichkek 

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Des policiers bloquent la rue vers Koï-Tash, où se trouve l’ex-président du Kirghizstan !
Capture d'écran Kloop.kg
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *