L’ancien Président kirghiz pourrait bientôt affronter la justice

Partager avec

Après avoir quitté précipitamment le pays, l’ancien Président du Kirghizstan Almazbek Atambaïev est revenu de Russie le 28 octobre dernier. L’ancien homme fort du pays pourrait être inquiété dans une affaire de corruption à grande échelle.

Il est finalement revenu au Kirghizstan. Après avoir quitté le pays le 22 octobre dernier pour la Russie, l’ancien président kirghiz Almazbek Atambaïev a atterri à Bichkek, la capitale, le 28 octobre dernier.

Si ce voyage aurait pu être une simple formalité, il est rapidement devenu un objet de tension au sein de la classe politique kirghize.

L’ancien chauffeur et conseiller du Président arrêté

Tout commence le 20 octobre. Ce jour-là, l’ancien chauffeur d’Almazbek Atambaïev, Ikram Ilmiyanov, est arrêté à Moscou par les services de renseignements russes (FSB) et remis aux autorités kirghizes. Ce très proche de l’ex-président était sous le coup d’un mandat d’arrestation depuis plusieurs semaines, après avoir été condamné par contumace pour fraude, abus de pouvoir et corruption.

L’ancien chauffeur est depuis placé dans le centre de détention du Comité d’Etat pour la sécurité nationale, en attendant la fin de l’enquête, qui devrait se conclure le 28 novembre. Dans la foulée, Almazbek Atambaïev s’exprime, jugeant que cette arrestation renvoyait à des « motivations politiques« .

Un ancien Président en fuite ? 

Le 22 octobre, l’ancien président et actuel dirigeant du parti social démocrate (SDPK), le parti présidentiel, s’envole pour Moscou avec une délégation du parti. Raison affichée : prendre part à l’Assemblée générale de la Conférence internationale des partis politiques en Asie. L’ancien homme fort du pays a également indiqué se rendre en Russie pour assister aux funérailles d’un de ses parents.

Lire aussi sur Novastan : L’ex-Président Atambaïev annonce son retour en politique

Mais ce départ a été jugé quelque peu précipité par nombre de ses opposants politiques, qui ont accusé Almazbek Atambaïev de chercher à prendre la fuite. Parmi eux figure l’activiste politique Edil Baisalov, qui a soutenu dans un tweet que le dirigeant du SDPK « ne participe pas à la conférence internationale« . Selon lui, « la participation à cette troisième conférence n’est qu’une excuse pour fuir le Kirghizstan« .

« Apparemment, après l’arrestation du chauffeur, il a décidé de s’enfuir« , a également avancé l’ancien maire de Bichkek Nariman Touliev sur son compte Twitter, faisant référence au chauffeur et conseiller du Président arrêté deux jours plus tôt.

Le camp Atambaïev contre-attaque

Ces accusations sont restées en l’air pendant plusieurs jours, avant d’être réfutées le 28 octobre avec le retour de la délégation et de l’ancien président. Selon la porte-parole du SDPK, Koundouz Joldoubaïeva, il n’y avait « aucune raison de débattre de ce sujet (…) Parce qu’Almazbek Atambaïev a déclaré qu’il ne quitterait pas le Kirghizstan. Et il n’y a aucune raison de quitter le pays« .

Novastan est le seul site en français et en allemand sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Koundouz Joldoubaïeva a également communiqué par son compte Facebook personnel. « Bonjour à tous ceux qui nous attendaient, qui doutaient et qui ne nous attendaient plus. La délégation du parti social démocrate a regagné sa patrie en toute tranquillité ! Vous pouvez maintenant dormir en toute sérénité bien que certains, j’en suis sûre, auront du mal à trouver le sommeil« , a raillé la porte-parole du SDPK.

Un contexte politique tendu

Cet aller-retour est tout sauf anodin alors que le contexte politique kirghiz est de plus en plus tendu entre le président actuel Sooronbaï Jeenbekov et son ancien mentor.

Lire aussi sur Novastan : La centrale de chauffage de Bichkek au cœur d’un scandale de corruption

A l’image d’Ikram Ilmiyanov, d’anciens proches d’Almazbek Atambaïev sont sous le coup d’une action judiciaire, depuis que ce dernier a quitté la présidence du pays en octobre 2017. C’est le cas de l’ancien Premier ministre Sapar Issakov, arrêté en juin dernier pour corruption deux mois après sa démission ou encore celui de l’ancien maire de Bichkek Albek Ibraïmov, également détenu pour corruption au centre de détention du Comité d’Etat pour la sécurité nationale.

Une immunité présidentielle relative

L’ancien Président, quant à lui, espérait jouir de l’immunité présidentielle, malgré les différentes suspicions de corruption venus ternir son mandat.  Cependant, le 3 octobre dernier, la Chambre Constitutionnelle du Kirghizstan a jugé inconstitutionnel l’article de la loi disposant que l’ancien Président « ne peut être tenu pénalement ou administrativement responsable de ses actes ou omissions commis durant l’exercice de ses fonctions« .

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire par ici.

Par cette décision, les juges ont enjoint au gouvernement de mettre en place un mécanisme pour déchoir l’ancien président de son immunité présidentielle. Si elle était appliquée, cette décision pourrait donc permettre de renvoyer Almazbek Atambaïev devant la justice.

Lire aussi sur Novastan : L’ex-président accusé d’avoir tenté de louer des hélicoptères militaires à l’Ouganda

Nombre de ses adversaires continuent ainsi de réclamer l’ouverture d’actions pénales à son encontre, au premier rang desquels on retrouve l’activiste Edil Baïsalov qui affirme entre autres que l’ancien Président aurait fourni de fausses informations relatives à la vente d’une de ses entreprises en Turquie. Avec cette décision constitutionnelle, une traduction en justice devient désormais envisageable.

La rédaction 

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Almazbek Atambaïev bénéficie aujourd’hui de l’immunité présidentielle
Kloop.kg
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *