EXPO 2017 Sphere

L’Asie centrale se met en scène à l’EXPO 2017

Partager avec

L’Asie centrale toute entière est venue s’exposer à Astana cet été. Si le Kazakhstan, hôte de cette EXPO 2017, mène la danse, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan sont présents à leur manière. Tour d’horizon.

Le bâtiment le plus marquant de l’EXPO 2017, exposition internationale qui se tient à Astana du 10 juin au 10 septembre sur le thème « l’énergie du futur », est indéniablement le pavillon kazakh, une immense sphère noire de huit étages que les internautes n’ont pas manqué de comparer à l’Etoile de la mort de Star Wars.

Les quatre autres pays d’Asie centrale, s’ils se font moins remarquer, sont eux aussi bien présents. Le Turkménistan et l’Ouzbékistan ont ainsi leur propre pavillon, tandis que le Kirghizstan et le Tadjikistan se contentent d’un modeste espace au sein d’une plus grande structure, la « Plaza Silk Way ».

Le Kazakhstan, hôte et star

Impossible de passer à côté du pavillon kazakh : situé en plein centre du parc, c’est une sphère de 80 mètres de diamètre à moitié transparente qui se présente comme un « musée de l’énergie du futur », chaque étage mettant l’accent sur une forme d’énergie différente, du solaire au kinésique, en passant par la biomasse et l’éolien. Le huitième et dernier étage est consacré à la ville du futur et plus particulièrement à l’avenir d’Astana.

Lire aussi sur Novastan : EXPO 2017 à Astana : 174 hectares pour faire le tour du monde

C’est également pour les 31 104 visiteurs quotidiens l’attraction principale de cette exposition internationale. Ils se pressent, se poussent et se doublent devant l’entrée, où il faut en semaine compter environ une trentaine de minutes d’attente. Cela peut sembler assez peu, mais la plupart des pavillons nationaux n’ont pas ou peu de file d’attente.

Waiting EXPO 2017

La nation au cœur de l’exposition

Ce pavillon géant met également en scène la nation kazakhe, avec un rez-de-chaussée qui lui est entièrement dédié, faisant découvrir aux visiteurs les attributs du pays, de son histoire à ses instruments de musique traditionnels. Il s’y trouve aussi une zone sur « l’énergie créative » (creative energy) où sont exposés les projets du gouvernement pour la protection de l’environnement ainsi que les projets de scientifiques kazakhs sur l’énergie renouvelable. Mais les visiteurs ne s’arrêtent guère devant ces pièces plutôt techniques, s’émerveillant plutôt d’un immense mur d’eau ou s’empressant d’atteindre le huitième étage pour profiter de la vue sur l’exposition et la ville.

Pavillon turkmène

Le pavillon turkmène a une approche moins spectaculaire mais similaire. Une partie seulement de son espace est dédiée à l’énergie avec quelques maquettes et cartes illustrant les projets du pays, le reste montrant surtout son potentiel touristique avec des cartes postales et des vues d’Achgabat, la capitale, imprimées sur des assiettes. Il y a même une yourte. Une attention particulière est portée aux Jeux asiatiques en intérieur et d’arts martiaux, qui se tiendront à Achgabat en septembre prochain. Le tout sans oublier le portrait du président Gurbanguly Berdimuhamedow à l’entrée.

Pavillon turkmène 2

L’Ouzbékistan vient contraster avec un pavillon où il n’est nullement question des traditions ou de l’histoire du pays mais bien uniquement d’énergie et de technologie, et plus particulièrement de voitures. Sont ainsi exposés plusieurs modèles de voitures « du futur », roulant par exemple à l’hydrogène.

Voiture Ouzbékistan

Le Kirghizstan et le Tadjikistan au second plan

Kirghizstan et Tadjikistan font pâle figure face à leurs voisins. En effet, ils s’exposent au pavillon « Silk Way » (Route de la Soie), où se trouvent également l’Ukraine, l’Arménie et l’Afghanistan, et n’occupent donc chacun qu’un espace très réduit.

Il y a deux pièces principales dans la « Silk Way Plaza ». La première est une grande salle blanche et or qui rappelle le pavillon du Turkménistan, au milieu de laquelle se trouve une structure en forme d’outre géante. Les murs sont ornés de photos de paysages typiquement centrasiatiques, comme celle d’une yourte dans les montagnes. La deuxième est une salle de projection, où l’on peut voir un film sur les énergies renouvelables en Asie centrale, sur fond de montagnes et lacs d’altitude.

Viennent ensuite les mini-pavillons nationaux. Selon un entretien de Sputnik Kirghizstan avec Nourlan Mousouraliev, vice-président de la Chambre du commerce et de l’industrie du Kirghizstan, chaque pavillon de la « Silk Way Plaza » s’articule autour de trois grands thèmes : l’énergie, l’environnement et la culture de chaque people. Ici, pas de maquette, voiture ou yourte, mais des photos et des écrans où l’on peut consulter des documents PDF, par exemple un rapport de 60 pages sur le secteur énergétique au Kirghizstan.

Valentine Baldassari
Rédactrice en chef adjointe de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram !

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *