Le duo de pop kirghize "Non-Stop"

Le duo « Non-Stop » : une vie à double-croche

Ils se sont réunis comme les pièces d'un puzzle, et ces pièces se nomment Cholpon et Maksat. Le puzzle ? Non-Stop, un groupe de musique kirghiz en plein crescendo. Ce duo existe depuis quatre ans et enchante déjà des dizaines de milliers d'auditeurs au Kirghizistan comme à l'étranger.

Avant de s’assembler, il a déjà fallu se rencontrer. Cholpon a commencé à chanter à un âge précoce. Selon elle, sa première performance importante remonte à un bal d'automne, à l'école secondaire. Mais ses parents s’opposant à une carrière de chanteuse, elle a dû se résoudre à étudier la finance. Un frein mais pas un point mort : ce n’est pas pour autant qu’elle a fait une croix sur le chant. Etudiante de jour et artiste de nuit, Cholpon participait au programme « Canal de nuit » d’Assol Moldokmatova en parallèle à ses études.

Maksat a eu plus de chance. Ses parents l’ont toujours soutenu dans sa voie (voix). C'est même sa mère qui le conduisait  à ses cours de komuz (instrument kirghiz traditionnel) et de danse. C’est là qu’il s’est découvert un talent de plus, pour le chant. Après la 9e année d'école, Maksat entre au collège musical Kurenkeev. Il étudie aussi l’économie, sait-on jamais.

Ce simple passe-temps enfantin s'est transformé en quelque chose de plus sérieux. Les années passent et, avec elles, ils comprennent chacun que la musique est leur vie.

Tout a commencé il y a exactement quatre ans, par un beau jour d'hiver. Par hasard, ils participent tous les deux à un concours de talents, sans connaître l'existence l'un de l'autre.

Tous les deux passent facilement le casting du projet « Super Star ». Cette émission a pour but non seulement de découvrir des talents, mais aussi de créer et de lancer de nouveaux groupes pop, prêts à rivaliser avec les étoiles existantes à la fin du projet.

Silence, ça joue !

Cholpon et Maksat se retrouvent alors dans le même groupe et forment un duo. Ils gagnent le concours haut la main grâce à une chanson qu’ils appellent « Non-stop ». C’est en honneur à ce début et cette première victoire qu’ils appelleront plus tard leur groupe Non-Stop.

Au lendemain du concours, ils sont déjà sur tous les écrans, dans tous les écouteurs. Tout alors s'enchaîne très vite : l'enregistrement de musique et de clips, les concerts et les tournées.

« Ce n'est pas de la chance, mais un travail obstiné », déclarent-ils en unisson. « Nous suivons tous les deux une formation musicale depuis l'école primaire.»

A lire sur Novastan : « ‘Muhabbat’, un échange musical avec le Tadjikistan »

Leur travail est récompensé par une participation à Türkvizyon, un événement annuel inspiré par le Concours Eurovision de la chanson. C'est un grand pas en avant, même s'ils ne terminent que quatrième. Mais ils ont promis de retenter leur chance et de gagner, la prochaine fois.

« C’était une expérience, une expérience formidable ! », confient-ils la voix tremblante. « Ce n’était pas facile de chanter sur scène devant un si grand public, avec la responsabilité de bien faire pour tous nos fans et pour nos compatriotes. »

Leur participation à Türkvizyon leur a finalement donné la confiance qu’il leur manquait.  « Nous voulons changer la perception des kirghizes sur la musique contemporaine. C'est difficile, parce que les gens préfèrent écouter de vieilles chansons », regrette Maksat. Sur la route pour l’interview, la radio jouait du Joe Dassin.

A lire sur Novastan : « The Silk Road of Pop, une jeunesse entre survie culturelle et désir d’émancipation »

La musique de Non-Stop n’est pas une rébellion, mais une simple ouverture vers un nouveau chemin. « Quand nous écrivons de nouvelles chansons, nous ne cherchons pas la facilité, » raconte Cholpon. « Même si le processus doit prendre un an, nous délivrerons un produit de qualité, un produit créatif. » Après une pause, perdue dans ses nuages, elle reprend : « Je trouve qu'il est dur de définir le genre de notre musique car chaque chanson est originale. »

Effectivement, il est difficile de comprendre l'orientation de leur musique: traditionnelle, pop, lyrique ? Elle est en tous cas imprégnée d'un amour de leur patrie, de la vie et de la liberté.

« Notre créativité n'a pas de restrictions d'âge ou de nationalité », sourient-ils, les pieds déjà lancés dans une symphonie. « Elle est pour tous ».

Leur inspiration est, comme eux, un jeu de Tétris. Parfois, la chanson naît spontanément. D’autres fois, cela prend plusieurs semaines. Par exemple, leur chanson "Biyiktik", très appréciée du public, a été composée en deux mois.

Souvent Cholpon écrit le texte puis Maksat compose la musique. Leurs idées viennent de tout ce qui les entoure: la nature, pour la chanson « Kirghizistan »  ou la jeunesse pour la chanson « Kyzdar ah, Baldar ah ».

« Pour nous, la qualité est une priorité : la qualité des chansons, des vidéos, des performances. Et nous pensons que le public va le sentir et apprécier », ajoutent-ils.

Le monde en accords

Cholpon et Maksat ne veulent pas seulement se montrer au monde. Ils veulent aussi montrer le monde. « C'est difficile à croire, mais c'est possible », assurent-ils, main dans la main.

Le couple prépare un nouveau projet « Жыргаlife » (« Jouir de la vie»), pour lequel ils ont voyagé dans différents pays. L’idée est de montrer l’étranger à travers les yeux de touristes ordinaires, en marchant dans les rues des capitales et en parlant de la culture, de la nature et des attractions de ces villes. Le projet sortira sur les écrans de télévision début 2015.

« Tout le monde se demande sûrement ce que nous faisons de notre temps libre. Pour moi, le plus important est de voir ma famille, » glisse Cholpon dans les coulisses. « Malheureusement, je leur rend rarement visite. Quand j'ai du temps libre, je le passe avec ma mère et mes sœurs, nous partageons nos émotions, nos sentiments. »

« Moi je suis un vrai gamin », lance Maksat en riant. « J'ai beaucoup d'amis d'enfance et je passe la plupart de mon temps libre avec eux. En général, nous jouons au football. »

Meerim Zhanekova

Relu par Alexia Choffat

Le duo de pop kirghize « Non-Stop »
Meerim Zhanekova
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *