Tadjikistan Kirghizstan Frontière Conflit Echange Territoires

Le Kirghizstan et le Tadjikistan vont-ils échanger des territoires pour résoudre leurs conflits frontaliers ?

La petite ville kirghize de Batken, à la frontière tadjike, a accueilli une réunion entre les deux vice-Premiers ministres du Kirghizstan et du Tadjikistan, visant à régler les différends frontaliers. Si l’échange de territoires entre les deux pays a fait couler beaucoup d’encre, cette question délicate n’est pas encore résolue.

Les deux vice-Premiers ministres tadjik, Azim Ibrohim, et kirghiz, Akram Madoumarov, se sont rencontrés dans la ville frontalière de Batken au Kirghizstan le 21 février dernier. Les négociations ont porté sur la délimitation du tracé frontalier dont une partie importante demeure floue : en effet, sur les 976 kilomètres de frontière, 472 ne sont pas définis.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre actif par ici.

En conséquence, et depuis 2014, Tadjikistan et Kirghizstan connaissent régulièrement des affrontements, parfois meurtriers, à plusieurs endroits de leur frontière commune. Depuis janvier, l’échange de territoires apparaît comme une solution envisagée sérieusement. Mais pour le moment, elle reste à l’état de projet.

Lire aussi sur Novastan : Le Tadjikistan et le Kirghizstan s’accordent sur un échange de territoires pour mettre fin au conflit

Durant la réunion du 21 février, cet échange aurait été évoqué, a affirmé le 24 février le média tadjik AsiaPlus. Une déclaration démentie le jour-même à Radio Azattyk, la branche kirghize du média américain Radio Free Europe, pour qui il n’a pas été question d’échange de territoires lors de cette réunion. Cette question très délicate implique le sacrifice de l’intégrité territoriale des deux pays pour renforcer leur sécurité extérieure, dans un contexte de tensions récurrentes à la frontière.

L’échange de territoires frontaliers, un projet suspendu

L’échange de territoires frontaliers dans le but de réduire les tensions entre les deux pays est un projet annoncé le 21 janvier dernier à Radio Azattyk par l’ancien vice-Premier ministre kirghiz, Jenich Razakov. « Il y a un accord des deux côtés sur l’échange de deux sites. Ce sont des sections d’Aryk-Asta dans le village d’Ak-Saï du district de Batken et le village de Samarkandek », avait-il déclaré à Radio Azattyk. Les territoires mentionnés sont situés dans les zones d’ombre du tracé frontalier que les diplomates kirghiz et tadjiks cherchent à simplifier et à délimiter de concert. Ils se situent non loin du village de Somoniyon, où des violences ont éclaté en décembre 2019.

La vallée du Ferghana 2016-2020 Affrontements Kirghizstan Tadjikistan Frontière Carte

Lire aussi sur Novastan : Les conflits à la frontière entre Tadjikistan et Kirghizstan continuent

Pour autant, ces déclarations ont été affaiblies par la démission de Jenich Razakov, officiellement pour des raisons familiales, le 12 février dernier. Le nouveau vice-Premier ministre kirghiz, Akram Madoumarov, est entré en fonctions le même jour. La rapidité de ce changement de direction est le motif invoqué par le représentant spécial du gouvernement du Kirghizstan sur les questions frontalières, Nazirbek Boroubaïev, pour expliquer la complexité du traitement de la question frontalière, comme le rapporte le média russe Fergana News.

Lire aussi sur Novastan : Tadjiks et Kirghiz s’affrontent à la frontière à coups de pierres et de fusils de chasse

La réunion des vice-Premiers ministres tadjik et kirghiz a porté sur un plan de coopération transfrontalière visant à réduire les conflits dans les régions de Soughd, côté tadjik, et de Batken, côté kirghiz. Ce plan prévoit l’augmentation des échanges transfrontaliers entre les deux régions, dans des domaines aussi bien économiques que culturels et éducatifs.

Les tensions dans la vallée du Ferghana épuisent de chaque côté de la frontière

La réunion de Batken a été organisée dans le sillage d’un scandale xénophobe provoqué par le chef du département du ministère des Affaires intérieures de la région de Soughd au Tadjikistan, le général Abdoullo Navjouvonov. Le 12 février, ce dernier a affirmé  lors d’une conférence de presse que « Batken n’a jamais été une terre kirghize » et que ses ancêtres « ont amené les Kirghiz et leur ont donné ces terres, ce qui est devenu un problème pour la patrie tadjike ». Ces propos ont été qualifiés d’opinion personnelle par le ministre tadjik des Affaires étrangères, Sirodjiddin Moukhriddin, qui a réaffirmé sa volonté de calmer la situation dans les régions frontalières.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

La violence verbale du général tadjik entre en résonance avec les conflits récurrents autour des frontières de la vallée du Ferghana. L’échange de territoires contestés, si cette solution n’est pas encore officialisée par les gouvernements kirghiz et tadjik, est une étape importante de la résolution des conflits locaux. La réunion des officiels des deux pays ainsi que les efforts menés vers la définition mutuelle du tracé frontalier sont les marqueurs d’une volonté partagée de mettre fin aux conflits.

Arnaud Muller
Rédacteur pour Novastan
Corrigé par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Le Tadjikistan et le Kirghizstan pourraient échanger des territoires pour résoudre les conflits frontaliers.
Arnaud Muller
Les affrontements entre Kirghiz et Tadjiks autour de leur frontière se sont intensifiés depuis 2019.
Arnaud Muller
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *