Le musée Frounze à Bichkek, lieu de mémoire ?

Le musée Frounze, situé au centre de Bichkek, est un lieu où il semble que la vie est particulièrement tranquille. Pour certains habitants, une sorte de magie est à l'oeuvre, bien que nous soyons en plein centre. Le poids de l'histoire de l’ancien Bichkek règne-t-il ici aux alentours du musée?

Chaque ville a son histoire, ses particularités et un développement qui lui est propre. L’histoire de Bichkek commence à l’endroit où se trouve le musée. En 1863, ce territoire d’Asie Centrale deviennt une partie de l’Empire russe, et des émigrés slaves s'installent progressivement dans maintes villes asiatiques. C’est pendant cette période que la famille de Mikhail Vasilievich Frounze a déménagé à Bichkek, ou Pichpek. Les pouvoirs locaux leur ont accordé un terrain au croisement des rues Sudeyskaya et Vasilieva (actuellement Frounze et de Razzakov), où ils ont pu construire leur maison.

Le 2 février 1885 est une date très importante pour le musée car c’est la date de naissance de Mikhail Frounze, qui a habité dans cette maison jusqu'au 31 octobre 1925. Mikhail Vasilievich Frounze est une personne très connue dans l'ensemble de l’espace postsoviétique. Homme d’Etat célèbre, révolutionnaire, mais aussi grand chef et théoricien militaire, il a grandi à Verniy (l'actuelle Almaty, au Kazakhstan). Après avoir terminé l’école gymnase, Frounze décide de continuer ses études à l’université technique de Saint Pétersbourg où il commence ses activités révolutionnaires en 1916. Ses plusieurs participations dans des révoltes l'ont conduit à faire la prison. Par deux fois condamné à la peine de mort, son verdict est commué en dix ans de bagne. Après la révolution de 1917 et la chute de la dynastie des Romanov, Mikhail Frounze prends le commandement de l’armée révolutionnaire et participe à la guerre civile du côté des Rouges durant cinq ans (1917-1922). Durant sa lutte contre la bourgeoisie, il est nommé en 1919 responsable du front au Turkestan. Cette lutte n’a pas duré longtemps mais elle représente une expérience nécessaire pour Frounze afin d’écrire ses travaux sur les stratégies militaires. La personnalité de Frounze était tellement remarquable dans l’histoire de l’Asie Centrale que l’on a nommé en son honneur un pic de 5790m au Tadjikistan, douze agglomérations, huit unités territoriales, trois stations de métro à Moscou, à Saint-Pétersbourg et à Minsk. Par ailleurs, vingt-deux entreprises gouvernementales asiatiques et surtout la capitale de Kirghizstan, qui porta son nom entre 1926 et 1991. Sa mort est datée du 31 octobre 1925, dans des conditions douteuses (voir la vidéo ci-dessous). Après sa mort, le gouvernement kirghize a pris la décision d’ouvrir le musée à cet endroit. Les travaux de préparation ont été entrepris très rapidement et, dès le 9 février 1926, la petite maison s’est transformée en musée. Dans les années 1950, on a ajouté à ce complexe une annexe de deux étages.

Michael Frounze
Statue représentant Mikhail Frounze. Crédit : Tovarish14

 

Dans le musée, on peut toucher l’histoire, imaginer le passé de Bichkek, et expérimenter une atmosphère particulière. L'endroit a de nombreuses spécificité, avec par exemple une visite qui commence au 3ème étage. Les documents et les matériaux traitant de la vie de M.Frounze sont réunis sur les deux premiers étages. « Chaque papier et chaque journal a son histoire ici. Des objets d’époques sont maintenus en état par un personnel dévoué. Beaucoup sont importés de Moscou, mais chacun parmi eux donne l’image de l’époque et a une grande importance pour nous », – explique le scientifique de musée Aynagul Omourbekova. Parmi les divers documents – des télégrammes et des décrets- on peut trouver des photos de l’ancienne ville. Il est étonnant de voir les bâtiments sur ces photos devant lesquels les habitants de Bichkek passent chaque jour sans faire attention.  Autrefois cependant, ils étaient une étape clé du développement de la ville. Et on commence alors à comparer les photos et la situation présente.

La visite du musée se termine au premier étage, où se situent les quartiers de Frounze. Les meubles et les objets ne semblent pas avoir été touchés depuis 1925. « Les visiteurs étrangers et même les habitants de la ville s’étonnent toujours quand ils voient cette petite maison. C’est très important de connaitre son histoire, voila pourquoi le musée de Frounze est populaire et utile. C’est l’endroit qui nous rappelle des évènements cruciaux du temps passé », argue Aynagul Apanakunovna.

Une légende dit qu’il existe un fantôme dans ce musée. D’après les travailleurs, cette légende est véridique : chaque maison a son esprit, son génie ou son ange gardien. Ainsi, un esprit veille à l’atmosphère tranquille et harmonieuse de la bâtisse. Selon certains, le miroir de la maison de Frounze permet de réaliser les vœux qui lui sont confiés.

Découvrez en images le maison-musée de Frounze ! [reportage initialement produit par NTS]


Elena POLIAKOVA
Journaliste pour Francekoul.com

Ksénia BARANNIKOVA
Journaliste à la chaîne kirghize NTS

Membre de Francekoul.com 

Relu par Maxime CHAURY

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *