Irina Bondartsova Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes

Les tropiques à Bichkek : comment 5 personnes prennent soin de plus de 500 espèces de plantes

Au Kirghizstan, où les températures descendent en dessous de -10°C tous les hivers, des plantes tropicales poussent, grâce à la passion d’une poignée de personnes. 

Novastan reprend ici un article paru originellement sur Kloop.kg, avec l’accord de la rédaction.

L’orangerie municipale de la capitale du Kirghizstan a 70 ans. Dans la vieille serre, 5 enthousiastes font pousser des plantes inhabituelle dans ce pays montagneux d’Asie centrale : des plantes tropicales. A cause des variations de température, le bâtiment de l’orangerie est dégradé, mais les fonds manquent pour le réparer.

L’orangerie a été construite en 1947. Pour ses 70 ans d’existence, elle n’a pourtant bénéficié que de réparations superficielles. Irina Bondartsova, la responsable du « Laboratoire des plantes décoratives », le nom officiel de l’Orangerie, dit n’avoir jamais demandé l’aide du gouvernement pour les réparations essentielles, mais les ressources pour son maintien manquent.

Très peu de ressources financières

Les recettes de l’Orangerie ne permettent pas sa restauration : le ticket d’entrée coûte 25 soms (34 centimes d’euros) et la serre n’est réellement fréquentée que par des élèves et étudiants. Pour rassembler les fonds nécessaires, les employés vendent des graines et des bulbes de diverses plantes.

Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes tropicales Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes tropicales

Quelques faibles ressources pour le fonctionnement de l’Orangerie, comme les frais de chauffage et quelques minces réparations, proviennent de l’Académie des sciences et de la direction du Jardin botanique, où se trouve la serre. Bien que l’Orangerie bénéficie d’un partenariat avec la mairie, la municipalité n’est pas en mesure de la compter dans le solde budgétaire de la ville.

De nouvelles plantes rares plantées chaque année

Malgré cela, les 5 travailleurs du laboratoire – un ingénieur agricole, un technicien de laboratoire, et trois aides scientifiques – continuent à implanter de nouvelles plantes rares dans l’Orangerie, qu’ils appellent la « Ville légère ».

Lire aussi sur Novastan : Parcs et espaces verts urbains dans la CEI : histoire, etat des lieux et perspectives 

5 personnes parviennent ainsi à faire vivre près de 550 espèces de plantes. Parmi la riche flore de la serre, l’on trouve des arbres de l’âge de l’Orangerie, des cactus sauvages, des arbres fruitiers et des plantes rares. Les arbres poussant dans les serres, s’ils font partie des collections, servent à la protection des fleurs.

Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes Arbre Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes Fleur tropicale Irina Bondartsova Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes

Chaque plante a des besoins différents : si certaines ont besoin de soleil, d’autres préfèrent l’ombre des arbres. Malgré l’espace insuffisant, selon les dires du personnel, la collection de plantes s’agrandit et prospère. « Nous les cultivons de sorte que chaque citoyen du pays puisse découvrir ces plantes. Tous n’ont pas la chance de pouvoir voyager et admirer de telles plantes », remarque Irina Bondartsova.

La place manque

Elle déplore que le personnel de la serre déploie de tels efforts, alors que la place manque. Certaines plantes sont trop hautes, ce qui donne l’impression d’un endroit mal entretenu. « Nous devons gâcher, tailler quelques espèces pour qu’elles ne gênent pas les autres dans cet espace restreint », estime-t-elle.

Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes Cactus Irina Bondartsova Orangerie Bichkek Kirghizstan Plantes Arbre

Même si le chauffage est payé, le bâtiment est vieux et en hiver, la température est insuffisante et plusieurs espèces tropicales meurent. « Normalement, ces plantes vivent dans des températures supérieures à 20 degrés toute l’année. Chez nous, il arrive que la terre, même en pot, gèle en hiver », décrit Irina Bondratsova.

Lire aussi sur Novastan : Des jeunes pour rénover les parcs de Bichkek

Pour le personnel, chaque plante est comme un enfant : ils espèrent ainsi attirer l’attention sur la situation de la serre et sauver les 550 plantes dont ils prennent grand soin.

Traduit du russe par Margot Holvoet

Irina Bondartsova est responsable de l’Orangerie, un endroit très particulier de la capitale kirghize.
Kloop.kg
Une plante tropicale cultivée à l’Orangerie.
Kloop.kg
Le système de chauffage n’a que très peu évolué depuis l’ère soviétique.
Kloop.kg
L’un des arbres cultivé à l’Orangerie.
Kloop.kg
Une fleur tropicale cultivée à l’Orangerie.
Kloop.kg
Irina Bondartsova et les 4 autres employés de l’Orangerie passent énormément de temps à entretenir le lieu.
Kloop.kg
L’une des allées de l’Orangerie.
Kloop.kg
Un cactus cultivé à l’Orangerie.
Kloop.kg
Irina Bondartsova dans son environnement de travail normal.
Kloop.kg
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *