Le tunnel Kolbaev, crédit : Aïdaï Erikova

L’état désastreux d’un tunnel menace la sécurité du territoire Kirghiz

Mots-clefs

Le tunnel «Khusein Kolbaev», du nom du premier ingénieur du Kirghizstan, situé au sommet du col Too-Achou à 3000 mètres d’altitude sur l’unique route qui relie le Nord et le Sud du pays, est aujourd’hui en très mauvais état, et représente un danger réel pour les conducteurs qui y passent.

« Le seul moyen qui garantisse l’entretien du tunnel c’est le prix du péage qui se situe au pied du col de Too-Achou »constate le directeur de la direction de «l’autoroute» (qui est en fait une route à peine assez large pour le passage de deux camions sur certains tronçons) Bichkek-Och, Shabdanbek Imankulov. Selon lui le financement de l’entretien du tunnel de Kolbaev (2,6 km) – et de quatre autres tunnels n’est pas prévu par le gouvernement. De cette façon le budget de l’Etat ne prévoit aucun moyen afin de soutenir la qualité de la route dans le tunnel, ni pour reconstruire les sections délabrées de murs et de plafonds.

Un mur délabré dans le tunnel.

Des fragments du mur interne

Des fragments du mur interne2

Le prix de passage par ce col varie de 45 soms à 275 soms ($1 = 46 soms) selon la taille de la voiture. Pour les voitures étrangères, le prix fluctue entre 5 et 60 dollars.

Des fragments du mur interne3

L’intensité de trafic et le nombre des voitures qui passent par le tunnel «Kolbaev» dépend de la saison (la route Bichkek-Och étant souvent fermée pendant l’hiver et le printemps à cause des chutes de neige et des avalanches). Selon les chiffres annoncés par la direction de l’autoroute Bichkek-Och, environ 316 000 voitures passent le tunnel chaque année.

Le tunnel est à peine assez grand pour deux voitures de front et il est très mal éclairé. Le système de ventilation a été installé en 2000 après que le pays ait été choqué par un accident meurtrier. Un camion s’était brisé en deux parties et avait bloqué le tunnel causant un carambolage et un incendie (d’où la couleur noire du tunnel aujourd’hui). Six personnes avaient trouvé la mort, intoxiqués.

Années après années il devient de plus en plus dangereux de traverser ce tunnel.

Le tunnel Kolbaev est un des exemples les plus évidents du mauvais entretien des routes kirghizes, représentant un danger pour les conducteurs, mais aussi pour l’économie du pays, l’axe Bichkek-Och étant hautement stratégique. Avalanches (fréquentes au printemps), chutes de neiges, accidents et manifestations (comme récemment) résultant en blocages deviennent des affaires politiques de premier plan car ils bloquent l’approvisionnement en produit frais venant de la vallée du Fergana. La route est également utilisé dans le cadre du rapatriement de nombreux équipements militaires depuis l’Afghanistan vers les pays de l’ISAF. Malheureusement le Kirghizstan n’est pas capable d’assurer l’entretien de ses routes, même majeures – et ce sont les pays étrangers comme la Chine qui finissent par reconstruire les routes dans le pays (sur les tronçons qui mènent à son territoire). Le tour de Kolbaev n’est cependant pas encore venu et, au vu de l’état actuel de ce tunnel, on ne peut que se demander quand aura lieu le prochain accident.

Aïdaï Erikova

Crédit photos: Aïdaï Erikova

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *