Stand Choro Bichkek

Maksym, Tchalap, Aralach : les drôles de boissons fraîches du Kirghizstan

Partager avec

Du printemps à l’automne, dans les rues de Bichkek, la capitale kirghize, on vend partout du maksym, du tchalap, du kvas…  Différents stands parsèment les rues. Que vendent-ils ? Comment concoctent-ils ces breuvages qui attisent la curiosité des touristes de passage au Kirghizstan ?

Cet article  a été rédigé dans le cadre du partenariat de Novastan avec le Lycée Goethe (école n°23) de Bichkek, par des élèves de seconde.

Du printemps à l’automne, dans les rues de Bichkek, les deux entreprises Artezian et Choro proposent des boissons fraîches directement sorties de leurs fûts. Les serveuses sont toujours des femmes entre 23 et 60 ans. Elles tiennent de petites stands aux quatre coins de la capitale kirghize. Elles travaillent de 7 heures à 19 heures et proposent aussi bien des boissons nationales (comme le maksym, le tchalap, le tan) que d’autres boissons comme le kvas ou le thé glacé.

Lire aussi sur Novastan : Que mange-t-on au Kirghizstan ?

Si le thé glacé est connu des Européenes, les autres boissons méritent quelques explications.

Vendeuse Boissons Centre Bichkek

Se rafraîchir à la kirghize

Le maksym est une boisson fermentée traditionnelle, obtenue à partir d’orge, de maïs et de blé. C’est rafraîchissant, désaltérant et rassasiant. D’après le fabriquant, l’entreprise Choro, la boisson est riche en vitamines et minéraux (potassium, calcium, magnésium et phosphore).

Le tchalap (aussi appelé tan) est fabriqué à partir de lait de vache fermenté. À la différence de l’ayran turc, le tchalap est pétillant, ce qui le rend particulièrement désaltérant en été. Il contient des vitamines A, C, B1 et B2, ainsi que du potassium, du calcium, du magnésium, du phosphore.

L’aralach est un mélange composé de maksym et de tchalap. Dans la chaleur des mois d’été, nombre de jeunes Kirghizes achètent une bouteille d’aralasch, et la partagent avec leurs amis en discutant sur un banc à l’ombre.

Choro Compagnie Artezian Boissons

Le kvas est fabriqué à partir de la fermentation du pain. C’est une boisson pétillante au goût sucré. À l’origine, il provient de l’espace slave oriental, mais il est aussi apprécié au Kirghizstan et dans les anciennes Républiques soviétiques. On le trouve en bouteille, en canettes ou dans les fûts de l’entreprise Choro.

De la tradition à la production industrielle

Jadis, ces boissons traditionnelles étaient fabriquées à la maison et n’étaient disponibles qu’à la campagne. Toutefois, en mai 1992, les frères Taabaldy et Joumadil Eguemberdiev ont fondé l’entreprise Choro à Bichkek. Sur un marché, ils proposent pour la première fois du maksym. Les 80 premiers litres ont été vendus en à peine deux heures.

Maksym Tchalap Kvas Goûts

Encouragés par ce succès, ils ont développé leur production sans discontinuer, faisant de Choro une des marques les plus connues au Kirghizstan et dans l’Asie centrale toute entière. Et, comme l’entreprise Choro était la seule à cette époque à vendre du maksym, le nom de l’entreprise est devenu l’autre nom de la boisson. Depuis, d’autres entreprises comme Artezian ont aussi commencé à vendre du maksym dans la rue.

Beaucoup de familles kirghizes fabriquent encore elles-mêmes le maksym. Grâce aux diverses recettes, le maksym a toujours une autre saveur. Une habitante de la province de Naryn, dans le centre du Kirghizstan, raconte qu’elle fabrique son maksym chez elle et ce, depuis une douzaine d’années : « Chez nous, on appelle cette boisson jarma. Dans les autres régions du Kirghizstan, elle porte encore d’autres noms : Choro à Bichkek, kara-jarma à Och ou encore maksym à Kotchkor. »

Lire aussi sur Novastan : Vous êtes invité !

Passée de l’artisanat à l’une des industries les plus profitables du Kirghizstan, la production de ces boissons fraîches originales est aujourd’hui très populaire et suscite à la fois la curiosité des touristes et le plaisir des papilles de consommateurs toujours plus nombreux une fois l’été venu.

Jiyde Sayakbaeva
Élève de l’école n°23 à Bichkek

Traduit de l’allemand par Antoine Roth et Élodie Vouaux

Édité par Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir
 notre newsletter hebdomadaire.

Un stand Choro à Bichkek
Jiyde Sayakbaeva
Une vendeuse propose les boissons locales à proximité d’un centre commercial à Bichkek
Jérémy Lonjon
Outre Choro, la compagnie Artezian propose également ses boissons fraîches.
Jérémy Lonjon
Maksym, Tchalap, Kvas : il y en a pour tous les goûts !
Jérémy Lonjon
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *