Vorukh Sooronbaï Jeenbekov Emomalii Rahmon Tadjikistan Kirghizstan Diplomatie Rencontre

« Plus de problèmes irrésolus » à Vorukh entre Tadjikistan et Kirghizstan

Les présidents kirghiz et tadjik se sont rencontrés ce vendredi 26 juillet à Vorukh, où quelques jours auparavant un conflit entre les habitants des deux pays a fait un mort. Le président kirghiz Sooronbaï Jeenbekov a annoncé qu’il n’y avait plus de « problèmes irrésolus » entre les deux pays à propos de cette frontière conflictuelle.

Ce vendredi 26 juillet, le président kirghiz Sooronbaï Jeenbekov et son homologue tadjik Emomalii Rahmon, se sont retrouvés sur la route de Vorukh, une enclave tadjike en territoire kirghiz qui fait l’objet de conflits meurtriers depuis la chute de l’URSS. Les deux présidents se sont ensuite rendu du coté tadjik dans la ville d’Isfara pour poursuivre leur dialogue sur cette frontière.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Ils se sont ensuite envolés pour la ville de Cholpon-Ata sur les rives du lac Issyk-Koul, au Kirghizstan, où ils poursuivront ce sommet inédit jusqu’au 27 juillet. Les annonces concrètes sur la délimitation de la frontière devraient intervenir à l’issue de ce sommet.

Plus aucun problème entre les deux pays

Pour l’heure, les deux présidents se sont contentés d’une rencontre symbolique à Vorukh, à l’endroit même où un conflit a éclaté les 22 et 23 juillet derniers entre les habitants de deux pays qui préparaient la venue des présidents. Les deux présidents ont pu montrer une image de fraternité sur fond de pancartes géantes annonçant en russe que « les peuples tadjik et kirghiz sont des peuples frères ».

Lire aussi sur Novastan : Un mort de plus dans le conflit frontalier de Vorukh entre Tadjikistan et Kirghizstan

L’annonce la plus notable a été faite par le président kirghiz, déclarant qu’il « n’y avait plus aucuns problèmes irrésolus », et que « nous voulons faire de notre frontière (commune) une porte de paix, d’amitié et de bon voisinage ». Sooronbaï Jeenbekov s’exprimait devant les représentants des communautés locales, à qui les présidents ont demandé de ne plus se laisser aller aux provocations.

De nouvelles infrastructures et des écoles

Juste avant la rencontre, le président kirghiz avait annoncé aux habitants du village frontalier d’Ak-Say que, suites aux discussions des derniers jours avec le Tadjikistan, il avait été décidé « de construire dans les plus brefs délais des infrastructures et des services sociaux » dans la région. Sooronbaï Jeenbekov a notamment évoqué une caserne de pompiers avec des ambulances neuves et la reconstruction du pont qui permettait auparavant de relier le village à la route. Une nouvelle station de pompage d’eau pour l’eau potable et pour l’irrigation va être planifiée, ainsi que la construction de nouvelles écoles dans plusieurs villages.

Cependant, rien n’a été dit en ce qui concerne la route qui passe par Ak-Say et permet de relier le Kirghizstan au reste de la région de Batken, dans le sud du pays. Cette route fait l’objet du conflit, car c’est justement cette route et ce bout de territoire qui fait que Vorukh est une enclave tadjike en territoire kirghiz.

Un sommet mal engagé

Cette rencontre préparée sur un territoire contesté depuis plus de 25 ans par les deux pays a été préparée de longue date, avec pour objectif de régler pour de bon ce problème frontalier épineux qui mêle questions de territoire, de partage des eaux et conflit de voisinage. Mais cette organisation n’a pas résisté à la préparation de cette visite, et principalement les drapeaux levés sur des territoires contestés pour accueillir les présidents.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

De fait, ces drapeaux sont la raison pour laquelle un conflit a éclaté entre des communautés déjà chauffées à blanc et qui a fait un mort et plusieurs blessés ainsi que 650 déplacés, comme le remarque l’agence de presse kirghize AKIpress dans son éditorial du jour. Cette rencontre a donc plutôt mal commencé. Pour autant, les annonces qui seront faite à Issyk-Koul à la fin du sommet entre les deux présidents devraient permettre d’y voir plus clair, notamment pour savoir si cela règle définitivement un des pires conflits frontaliers d’Asie centrale, comme l’a promis le président kirghiz.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Le président kirghiz Sooronbaï Jeenbekov (à gauche) et son homologue tadjik Emomalii Rahmon se sont rencontrés le 26 juillet 2019 à Vorukh.
President.kg
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *