PyeongChang JO Hiver 2018

Pyeongchang 2018 : le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Kirghizstan représenteront l’Asie centrale

Partager avec

Le Kazakhstan, avec 57 athlètes, est la plus grande délégation centrasiatique. L’Ouzbékistan et le Kirghizstan n’ont qualifié que 2 athlètes chacun pour les JO d’hiver, qui débutent ce vendredi.

Seuls trois pays d’Asie centrale seront représentés aux XXIIIème Jeux olympiques (JO) d’hiver qui débutent ce vendredi à Pyeongchang (Corée du Sud). Seul le Kazakhstan, avec 57 athlètes, semble avoir des chances de remporter une quelconque médaille. En effet, l’Ouzbékistan et le Kirghizistan ne sont représentés que par deux athlètes chacun.

Malgré une très faible présence, l’Asie centrale peut tout de même espérer de décrocher quelques médailles ou un bon classement. Quelles peuvent-être les chances de ces athlètes face aux géants européens et américains ?

Les athlètes à suivre

Côté kirghiz, le porte-drapeau  Taryl Jarkymbaïev participe à ses premiers Jeux olympiques. Pour se qualifier, il a dû participer à un total de 5 compétitions de par le monde en 2017. Taryl Jarkymbaïev prendra part à sa première course olympique le 13 février prochain au sprint sur 1,5 km en ski de fond. A seulement 21 ans, le jeune homme originaire de la capitale Bichkek porte la lourde responsabilité de représenter, avec son compatriote Evgeniy Timofeev, son pays. Ce dernier, âgé de 23 ans, sera aligné dans l’épreuve du slalom géant.

Du côté de l’Ouzbékistan, il ne faut pas passer à côté du patineur artistique Misha Ge. L’athlète et chorégraphe participe ici à ses seconds JO. S’il n’a fini qu’à la 17ème position lors des Jeux de Sotchi en 2014, il a enchainé les bonnes performances par la suite jusqu’à obtenir la médaille de bronze aux Internationaux de France à Grenoble en 2017.

La délégation kazakhe, meilleure candidate à une médaille centrasiatique 

Le Kazakhstan  est le poids lourd en Asie centrale, avec 57 sportifs à Pyeongchang. L’objectif est clairement de remporter plusieurs médailles. Pour ce faire, les Kazakhs comptent sur le biathlon, une de leur discipline phare, où certains de leurs athlètes tiendront tête au français Martin Fourcade, champion olympique de la discipline. Astana compte aussi sur son porte drapeau Abzal Azghaliyev, un patineur de vitesse qui, après avoir fini 5ème à Sotchi et gagné la médaille d’or en sprint à une édition de la coupe du Monde à Salt Lake en 2016, vise l’obtention d’une médaille en relais. Enfin il ne faut pas oublier le patineur artistique Denis Ten, seul Kazakh à avoir remporté une médaille, le bronze, aux JO de Sotchi en 2014.

Le Kazakhstan semble être plus investi dans ce genre d’événements que ses voisins. Le pays le plus riche d’Asie centrale avait notamment candidaté (sans succès) à l’organisation des Jeux olympique d’Hiver de 2022.

Une sous-représentation des centrasiatiques aux JO d’hiver

A l’exception du Kazakhstan, les pays d’Asie centrale sont sous-représentés lors de ce type d’événements. Le Tadjikistan et le Turkménistan ne sont ainsi pas représenté lors de cette édition. Cela est dû en grande partie à un manque de moyens pour entretenir des athlètes et faire vivre des sports à gros budget.

Lire aussi sur Novastan : Sports d’hiver : un autre lendemain pour le Kirghizstan ?

Un problème particulièrement criant au Kirghizstan. « Pour la formation des athlètes en ski, l’Agence nationale kirghize a alloué un budget  d’1,193 million  de soms (environ 14 000 euros) … Cependant, il y a des problèmes, nous ne sommes pas à même d’ouvrir une école pour les sports d’hiver, car il n’y a pas de spécialistes et de formateurs », expliquait en 2015 Kanatbek Arpachay, le directeur de l’agence nationale pour la jeunesse, la culture physique et les sports.

A Sotchi en 2014 les résultats des nations d’Asie centrale n’ont pas été particulièrement probants. Le Kirghizstan n’avait alors envoyé qu’un représentant, Dmitri Trelevsky, qui s’est malencontreusement blessé lors des phases d’entrainement et a dû déclarer forfait. Il a alors été remplacé par Evgeniy Timofeev dont le meilleur résultat a été de finir 41ème au slalom géant. L’Ouzbékistan a quand à lui aligné trois sportifs en 2014, avec comme meilleur résultat celui du patineur Misha Ge qui a fini 17ème de sa catégorie.

Seul le Kazakhstan a obtenu une médaille grâce à son patineur artistique Denis Ten qui a terminé troisième du concours masculin. Le Tadjikistan avait présenté un athlète, le skieur Alisher Qudratov, qui n’avait pas terminé la première manche du slalom et n’avait donc eu aucun classement. Le Turkménistan avait aussi été absent à Sotchi.

De meilleurs résultats à Rio en 2016

L’Asie centrale est bien plus représentée au Jeux olympiques d’Été où ses résultats sont plus remarquables. A Rio en 2016, les pays de la région, à l’exception du Turkménistan et du Kirghizstan absents de la compétition, ont comptabilisé un total de 31 médailles, dont 8 en or. Les boxeurs ouzbeks ont notamment brillé avec 7 médailles donc 4 en or. Le tadjik Dilshod Nazarov en lancer de poids a permis au Tadjikistan de remporter la première médaille d’or de son histoire. Le Kazakhstan a de son côté remporté 17 médailles, un record, mais n’avait terminé qu’à la 22ème place mondiale.

Lire aussi sur NovastanRio 2016 : la boxe ouzbèke survole les Jeux

Si les pays d’Asie centrale n’excellent pas aux JO d’hiver, ils peuvent se consoler avec les Jeux Nomades, dont les deux premières éditions en 2014 et 2016 ont eu lieu sur les rives du lac Issyk-Koul, au Kirghizstan. La prochaine édition aura lieu au même endroit en septembre prochain.

Augustin Forissier
Rédacteur pour Novastan à Bichkek

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Logo officiel des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang (Corée du Sud)
The PyeongChang Organizing Committee for the 2018 Olympic & Paralympic Winter Games
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *