Rues Bichkek Kirghizstan Femmes Nom

Quelles sont les rues de Bichkek nommées après des femmes ?

La capitale du Kirghizstan a essentiellement des rues avec des noms masculins. Pourtant, quelques rues nommées après de grandes figures féminines donnent une autre image de la ville.

Novastan reprend et traduit ici un article initialement publié par le média kirghiz indépendant Kaktus.

Bichkek est une ville masculine : la plupart des toponymes de rues sont masculins. Pour autant, pour le média kirghiz indépendant Kaktus, les noms plus intéressants sont les quelques rues nommées après des femmes.

Lire aussi sur Novastan : Les grandes femmes en Asie centrale

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

La rédaction de Kaktus s’est promenée dans Bichkek afin d’en apprendre davantage sur ces rues « féminines ». Les rues sont listées par ordre chronologique.

Découvrez notre carte interactive ci-dessous.

Oukrouïa Salieva

Oukrouïa Salieva Rues Bichkek Kirghizstan Femmes Nom Statue

Cette rue de Bichkek est bien connue des Bichkékois mais peu ont compris que c’est une femme qui lui a donné son nom. La rue est appelée « rue Salievoï » et pas Salieva, obéissant à une règle des déclinaisons russes.

Jusqu’en 1973, cette rue s’appelait la rue Tokmakskoïa. Puis il a été décidé de la renommer en l’honneur d’Oukrouïa Salieva (1910-1934), militante paysanne, instigatrice du kolkhoze et membre du Comité exécutif central de la République Socialiste Soviétique Autonome du Kirghizstan.

Cette fille issue d’une famille paysanne s’est battue dès l’adolescence pour l’égalité des classes et a appelé au travail comme à l’unité. À 17 ans,  Oukrouïa Salieva était déjà secrétaire de la cellule du komsomol, le groupe des jeunes communistes. À 18 ans, elle est élue présidente du soviet rural de Merki-Mourkout. Un an plus tard, la militante crée le kolkhoze de Kyzyl-Asker.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : 40 portraits de femmes incontournables

En 1929, Oukrouïa Salieva devient membre du Comité exécutif central de la république autonome du Kirghizstan. Elle meurt en 1934, alors âgeé de 24 ans, des mains des ennemis du pouvoir soviétique.

En son honneur est nommée non seulement une rue à Bichkek mais elle figure aussi sur le principal monument de la place des Combattants de la Révolution.

Boubousara Beïchenalieva

Boubousara Beïchenalieva Rues Bichkek Kirghizstan Femmes Nom

La rue portant le nom de la célèbre ballerine a vu le jour en 1974. Boubousara Beïchenalieva (1926-1973) était la fierté nationale du Kirghizstan. Pendant sa carrière de ballerine, elle a incarné plus d’une trentaine de personnages sur scène.

À 10 ans, Boubousara Beïchenalieva, avec un groupe d’enfants kirghiz, part étudier à l’Institut chorégraphique d’État de Leningrad, aujourd’hui appelée Académie de ballet Vaganova, à Saint-Pétersbourg. Dans cet institut, elle avait pour tutrice l’exceptionnelle ballerine Agrippina Vaganova. En 1939 déjà, elle fait ses débuts au théâtre Bolchoï de Moscou lors de la « Première décennie de l’art et de la littérature kirghize ». À partir de 1941, elle réside au théâtre Abdylas Maldibaïev, aussi appelé Opéra Maldibaïev, à Bichkek.

Lire aussi sur Novastan : L’Opéra de Bichkek de nouveau opérationnel

Aujourd’hui, l’Institut national d’art kirghiz porte également son nom. L’un des avions de la compagnie aérienne Air Manas s’appelle lui aussi Boubousara Beïchenalieva. Entre 1994 et 2008, son portait figurait sur les billets de cinq soms (6 centimes d’euros).

Anna Volkova

La rue de la Poste a été renommée en rue Anna Volkova le 16 août 1984. Anna Volkova (1902-1983) était une scientifique spécialisée dans la microbiologie. Née à Kuznetsk (Russie), elle part s’installer au Kirghizstan en 1938 pour y travailler.

Lire aussi sur Novastan : 16 portraits de femmes d’Och au Kirghizstan

Durant sa période d’activité, Anna Volkova a mis au point différentes méthodes pour vacciner et traiter le bétail, notamment celui contre la brucellose. Elle a travaillé au Kirghizistan jusqu’à la fin de ses jours, en 1983.

Dinara Assanova

Dinara Assanova Rues Bichkek Kirghizstan Femmes Nom

Le 21 septembre 1989, la rue Lesspromkhoznoï change de nom pour adopter celui de Dinara Assanova (1942-1985), célèbre actrice et réalisatrice soviétique.

Entre 1960 et 1962 Dinara Assanova travaille aux studios Kirghizfilm et tourne dans La jeune fille du Tian Shan et « À chacun son chemin ». Elle entre ensuite à l’Institut supérieur cinématographique d’État puis commence à travailler à Lenfilm. Ses œuvres les plus populaires sont La Clé pour un usage personnel, Le Pivert n’a pas mal à la tête et Mon doux, mon chéri, mon aimé, mon unique.

Kurmanjan Datka

Kirghizstan Kurmanzhan Datka

Le 11 novembre 1998, une partie de la rue Alma-Atinskaïa est rebaptisée en rue Kurmanjan Datka. Née au XIXème siècle Kurmanjan Datka (1811-1907) est l’une des figures emblématiques du Kirghizstan moderne.

En 1811, elle naît dans une famille nomade du clan des Mungush, dans l’Alaï, dans le sud du pays. À 18 ans, Kurmanjan Datka est promise à un homme qu’elle n’a pas vu avant le jour de son mariage. Contrairement à la tradition, ce dernier ne lui ayant pas plu, elle lui refuse sa main. Le dirigeant féodal local, Alimbek Datka, la libère de ses fiançailles et l’épouse.

Lire aussi sur Novastan : Kurmanjan Datka : histoire, actualité, avenir

Kurmanjan Datka était une cheffe visionnaire. Après la mort de son mari, elle venge ses meurtriers et rassemble autour d’elle ses fidèles pour se fait nommer souveraine de l’Alaï. Elle est reconnue par Mouzzafaredine, l’émir de Boukhara, et Khoudaïar-Khan, l’émir du Kokand qui lui attribuent le titre de « Datka », un titre qui correspond au rang de général dans l’armée tsariste.

Lire aussi sur Novastan : Il n’y a aucune femme maire au Kirghizstan

En 2004, un monument à son nom est érigé dans le parc aux chênes sur l’avenue Erkindik. En 2009, le gouvernement propose que son portrait soit tiré sur les billets de 50 soms (60 centimes d’euros). Il existe aussi le prix Kurmanjan Datka qui correspond au prix international créé par l’Université Slave kirghize-russe.

Darkoul Kouïoukova

Darkoul Kouïoukova Rues Bichkek Kirghizstan Femmes Nom

Le 3  octobre 2005, une rue sans nom du lotissement Artcha-Bechik prend le nom de la dramaturge et actrice Darkoul Kouïoukova (1919-1997). Cependant, les diverses cartes indiquent que cette rue porte le nom de D. Kouïoukova, qui correspond au possessif masculin russe, alors que le possessif féminin serait Kouïoukovoï.

Darkoul Kouïoukova est née à Och, dans le sud du Kirghizstan, en 1919. En 1936, elle commence à jouer au Théâtre pour jeune public de Bichkek. À partir de 1941, elle collabore avec la troupe du Théâtre académique national du Kirghizstan Toktobolot Abdoumomounov. Puis à partir de 1954, elle démarre une carrière sur le grand écran.

Bakène Kydykeïeva

Le 29 mars 2010, toutes les rues du quartier résidentiel de Kara-Jygatch sont renommées. Parmi celles-ci apparaît la rue Bakène Kydykeïeva.

Encore enfant, Bakène Kydykeïeva (1920-1994) débute sa carrière au Théâtre pour jeune public. Elle interprète son premier rôle principal qui la rendra célèbre dans la pièce La source aux agneaux.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Lire aussi sur Novastan : Le sexisme au Kirghizstan

Elle comptabilisera plus d’une centaine de rôles au théâtre comme au cinéma. Bakène Kydykeïeva est appelée « La Première » car est la première à jouer les rôles principaux de pièces de grands auteurs russes et mondiaux encore jamais jouées sur la scène du théâtre kirghiz. Elle est la première actrice ayant joué le rôle principal dans le premier long-métrage kirghiz, un film d’auteur intitulé Saltanat diffusé en 1955.

Sahira Kihiizbaïeva

Le 29 mars 2010, la rue Litovskaïa change de nom pour Sahira Kihiizbaïeva (1917-1988). Cette illustre chanteuse d’opéra est surnommée le  « Rossignol kirghiz ».

Sahira Kihiizbaïeva est la première cantatrice centrasiatique à jouer Tatiana dans l’opéra Eugène Oneguine.
En 1947, elle prend part au premier Festival de la jeunesse démocratique qui se tient en République tchèque. La diva est invitée dans les plus grands théâtres de l’Union Soviétique où interprète le rôle de Cio-Cio-San dans l’opéra Madame Butterfly.

Traduit du russe par Daniel Le Botlan

Edité par Etienne Combier

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Seulement quelques rues de Bichkek portent des noms de femmes, mais elles sont importantes.
Jason Jones via Visual Hunt
Oukrouïa Salieva est représentée sur une statue à Bichkek.
Benoît Almeras-Martino via Visual Hunt
Boubousara Beïchenalieva, célèbre ballerine kirghize.

Kaktus
Dinara Assanova, actrice et réalisatrice.
Kaktus
Kurmanjan Datka
nlkg.kg
Darkoul Kouïoukova, dramaturge et actrice kirghize.

Kaktus
Bakène Kydykeïeva, actrice kirghize.
Kaktus
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *