Renault débarque officiellement au Kirghizstan

C’est peu dire que le 7 octobre 2016 n’a pas été un jour comme les autres pour la compagnie automobile Asiamotors située à Bichkek. Ce jour-là, la firme accueillait en ses locaux le responsable des ventes de la marque automobile Renault dans les pays de la CEI, Sergueï Kouzmine. En présence de nombreux journalistes, les représentants de la marque au losange ont affiché leur volonté de s’établir durablement au Kirghizstan.

C’est avec fierté que le fondateur de la compagnie bichkekoise Asiamotors, Youri Lim, a ouvert l’évènement le 7 octobre 2016. Face aux journalistes et en présence de l’Ambassadeur de France, Michaël Roux, et du responsable des ventes pour la CEI de Renault, Sergueï Kouzmine, Youri Lim a encensé la marque Renault et ses voitures « ayant le meilleur rapport qualité-prix », disposant de tout le confort nécessaire, de la fiabilité et d’un design moderne et attractif. Pour lui, l’arrivée de la marque automobile Renault sur le marché kirghiz constitue un événement majeur dans l’histoire du parc automobile kirghiz.

Quatre modèles de Renault proposés à la vente

Cela fait maintenant 20 ans que Renault s’est implantée dans différents pays de la CEI. L’arrivée de la marque au losange sur le territoire kirghiz n’est donc pas passée inaperçue. Renault a ainsi présenté 4 modèles qu’elle proposera à la vente à Bichkek puis dans le reste du pays : la Logan, la Duster, la Sandero et un tout nouveau modèle, la Renault Kaptur.

Renault a choisi la firme Asiamotors pour se lancer sur le marché kirghiz, mais la marque ne compte pas s’arrêter là. C’est ce qu’a affirmé Sergueï Kouzmine en soulignant sa volonté de créer un réseau autonome de concessionnaires à travers tout le Kirghizstan d’ici 2017.

À l’heure actuelle, les ventes de voitures Renault représentent 10% du parc automobile kazakh et 30% du parc automobile biélorusse. La marque au losange, au-delà de la vente de voitures, cherche à se différencier en proposant à ses clients un véritable service après-vente dans le but de fidéliser les potentiels acheteurs kirghiz.

Renault a donc choisi de proposer à la vente des modèles dont les prix se situent entre 7 000 et 20 000 dollars US. La marque ne souhaite pas se présenter comme une marque de luxe pour la clientèle kirghize, mais cherche à toucher un public populaire et la classe moyenne du pays. En collaborant avec Asiamotors, concessionnaire expérimenté présent dans le pays depuis 8 ans, Renault ne compte pas prendre de risques inconsidérés : son objectif est de réussir son implantation et de toucher un maximum de gens à court terme.

Les marques françaises au Kirghizstan : de grands projets ternis par la crise ?

L’arrivée de Renault au Kirghizstan arrive à point nommé. La période est en effet propice à au développement des marques françaises au Kirghizstan. Après l’arrivée de marques prestigieuses comme L’Occitane, Yves Delorme, Yves Rocher ou encore Chapoutier, la future implantation de la marque au losange constitue un signe positif pour les entrepreneurs français désireux de conquérir les marchés centrasiatiques.

Lire aussi à ce sujet sur Novastan : Quand la police kirghize roule en Renault

Signe avant-coureur de la réussite de Renault au Kirghizstan, le Ministère de l’Intérieur kirghiz avait déjà choisi la marque au losange pour renouveler le parc automobile de la police du pays. Renault a pu une fois de plus compter sur son partenaire Asiamotors pour remporter l’appel d’offres portant sur l’achat de 65 voitures face à son concurrent russe Lada, pourtant présent de longue date dans les pays centrasiatiques.

Reste à savoir si la stratégie de la marque au losange en Asie centrale, et plus particulièrement au Kirghizstan, se concrétisera à l’avenir. Le rendez-vous du 7 octobre 2016 a permis à de nombreux curieux de tester les différents modèles proposés par Renault. L’enthousiasme était certes au rendez-vous, mais il est pour l’instant difficile de déterminer si les incertitudes économiques liées à une crise persistante en Asie centrale mettront à mal ou non la stratégie du constructeur automobile français.

Lire aussi à ce sujet sur Novastan : La vie sans dollars : crise en Asie centrale

 

La rédaction

Jérémy Lonjon

Rédacteur en chef de Novastan

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *