Drapeaux Cinq Pays Asie

Rétrospective : l’Asie centrale en 2017

Quels changements notables pour l’Asie centrale en 2017 ? La rédaction de Novastan vous propose un condensé des événements marquants de l’année passée dans la région.

Cette rétrospective est déjà connue des abonnés à notre newsletter qui ont pu en prendre connaissance le 2 janvier dernier.

Kazakhstan

Le Kazakhstan a bénéficié d’une certaine attention internationale cette année. L’EXPO 2017 à Astana, dédiée à l’énergie du futur, était sans doute l’un des événements les plus marquants de l’année en Asie centrale.

Astana Capitale Rythme EXPO 2017 Énergies Futur

Par ailleurs, le pays a tenté de s’établir comme médiateur international par le biais des discussions d’Astana au sujet du conflit en Syrie. Une volonté vers plus de coopération marque aussi la politique régionale d’Astana. Ainsi, l’idée d’un renouvellement d’une Union centrasiatique a refait surface. Toutefois, la diplomatie kazakhstanaise a aussi connu ses accrocs, comme en témoignent les tensions avec le Kirghizstan à l’automne.

Autre sujet d’envergure : le président Noursoultan Nazarbaïev a officialisé le plan de transition de l’écriture kazakhe du cyrillique vers le latin, un plan d’abord présenté en 2013. Le nouvel alphabet a été présenté cette année, mais reste contesté. La transition doit être achevée d’ici 2025.

En cette fin d’année, c’est la grève des mineurs de Temirtaou qui a remué la politique de cet État autoritaire. L’événement n’était pas sans rappeler les événements de Janaozen, six ans auparavant. La grève s’est terminée pacifiquement cette fois, mais de nombreux problèmes sociaux persistent.

Kirghizstan

L’événement de l’année au Kirghizstan est l’élection de Sooronbaï Jeenbekov à la tête du pays en octobre. Il est notable que le résultat de l’élection présidentielle, qui a compté plus de 50 candidats durant l’été, est resté inconnu jusqu’au bout. Elle marque la première passation de pouvoirs pacifique entre deux présidents élus dans l’histoire de l’Asie centrale indépendante. Quoiqu’il en soit, il ne faut pas oublier que Sooronbaï Jeenbekov doit sa victoire en partie à la mobilisation de l’appareil étatique contre ses opposants et contre des médias indépendants.

Sooronbaï Jeenbekov Président République

À l’international, la relation très tendue avec le Kazakhstan a occupé les esprits jusqu’à peu, éclipsant les progrès considérables dans la relation avec l’Ouzbékistan, avec plus de 1 000 kilomètres de frontières fixés. En février, le président Almazbek Atambaïev était par ailleurs en visite officielle en Belgique et en Allemagne.

Tadjikistan

Cette année a marqué le 20ème anniversaire de la signature de l’accord de paix qui a mis fin à cinq ans de guerre civile au Tadjikistan. Le pays reste influencé par les conséquences du conflit, comme en témoignent les problèmes économiques et sociaux, dont surtout les femmes sont affectées. Un signe d’espoir : les transferts d’argents de travailleurs migrants en Russie ont augmentés.

Porte Pamir Tadjikistan

La nomination de Rustam Emomalii, le fils du président tadjik Emomalii Rahmon en tant que maire de la capitale Douchanbé est une nouvelle preuve d’une concentration accrue du pouvoir vers la famille présidentielle. Dans la capitale, 2017 a également emporté de nombreux bâtiments historiques avec elle.

Finalement, ce sont surtout des interdictions et codes vestimentaires paraissant absurdes qui ont fait apparaître le pays dans la presse internationale, ainsi que l’intérêt pour la frontière partagée avec l’Afghanistan.

Turkménistan

Les citoyens turkmènes ont confirmé le président Gourbangouly Berdimouhammedov avec 97,69% des voix en février. Même s’il concourrait contre huit candidats et a même mené une campagne, le résultat est sans surprise. Dans le classement de la liberté de la presse 2017, le pays est le dernier de la région et 178ème sur 180 au niveau mondial.

Portrait Président Gourbangouly Berdymoukhamedov

Afin d’attirer une couverture médiatique positive, le pays a organisé les cinquièmes jeux asiatiques en salle, son plus grand événement depuis l’indépendance en 1991. Avec les jeux sont apparus un nouvel aéroport, une immense statue de cheval ainsi que de nouveaux billets du manat, la monnaie nationale. Toutefois, les Asiades étaient aussi un poids pour la population qui souffre de la mauvaise situation économique. Les bas tarifs du gaz ont notamment amené une crise alimentaire, à laquelle l’État a réagi par des économies budgétaires, licenciant des centaines de travailleurs âgés.

La situation économique du Turkménistan pourrait empirer l’an prochain. Les bénéfices de la vente de gaz à la Chine ne devraient pas suffire à couvrir le budget, ce qui pourrait mener à des licenciements supplémentaires et un manque de biens de première nécessité.

Ouzbékistan

L’année 2017 a été particulièrement mouvementée en Ouzbékistan. En un peu plus d’un an de mandat, le nouveau président Chavkat Mirzioïev a beaucoup promis et commencé à réformer le pays après une vingtaine d’années de stagnation. En premier lieu, la politique régionale. Le président a mis l’accent sur une meilleure relation avec les pays voisins – sa visite au Kirghizstan en septembre peut même être qualifiée d’historique.

Visite Chavkat Mirzioïev Homologue Almazbek Atambaïev

Des nouvelles approches ont également été expérimentées en matière d’environnement. En avril, l’Ouzbékistan a rejoint les signataires de l’accord de Paris. De par sa production de coton, le pays est l’un des principaux consommateurs d’eau dans la région. Afin d’éviter des conflits à ce sujet, le pays soutient également le plan de l’ONU pour la gestion de l’eau.

Une autre réforme, et pas des moindres, concerne la monnaie ouzbèke, le soum. En septembre, une libéralisation monétaire a fait chuter le cours officiel, rendant obsolète le marché noir. La politique monétaire très restrictive était un des obstacles principaux aux investissements internationaux dans le pays.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Drapeaux des cinq pays d’Asie centrale
Novastan
A Astana, le gouvernement s’emploie à favoriser la création d’entreprises
Valentine Baldassari
Sooronbaï Jeenbekov, nouveau président de la République kirghize
Novastan
La porte du Pamir au Tadjikistan
antonio rizza
Portrait du Président turkmène, Gourbangouly Berdymoukhamedov
thierry ehrmann
Visite historique de Chavkat Mirzioïev au Kirghizstan, accueilli ici par son ex-homologue Almazbek Atambaïev
Novastan
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *