kayak kirghizstan rivière sport extrême

Kirghizstan : des kayakistes domptent le Sary-Djaz

Une équipe de kayakistes professionnels a réussi l’exploit de descendre la rivière kirghize Sary-Djaz, l’une des plus dangereuses au monde.

Rivière sans retour. Début octobre, l'équipe internationale Adidas Sickline a effectué la descente en kayak de l'une des rivières les plus difficiles du Kirghizstan et la plus haute de toute l’ex-Union soviétique (près de 4000 mètres) – le Sary-Djaz. Les sportifs, tous professionnels, s'en sont sortis sans la moindre égratignure.

Lire aussi sur Novastan.org : Tadjikistan : une régate sur le toit du monde

Pendant leur descente, les membres de l'équipe ont été suivis par des caméramans et des photographes. Chaque kayakiste était par ailleurs équipé de plusieurs caméras. Ces enregistrements permettront de réaliser un film sur le kayak extrême au Kirghizstan et de mettre en avant le potentiel touristique encore sous-exploité des sports extrêmes dans le pays. Le film, qui devrait sortir très prochainement, sera transmis gratuitement à diverses chaînes télévisées internationales.

Lire aussi sur Novastan.org : Sports d'hiver : un autre lendemain pour le Kirghizstan ?

L'instigateur, organisateur et manager du projet, Tomas Marnits, originaire de Lettonie, avoue développer ce projet depuis plus d'un an. La descente étant difficile, elle nécessitait un haut niveau de professionnalisme et une forte cohésion au sein des membres l'équipe. Elle a également réclamé un énorme travail de la part de l'entreprise kirghize « Ak-Say Travel » qui a pris en charge l'accompagnement des kayakistes.

 

kayak kirghizstan rivière sport extrême

 

C'était la première fois qu'une équipe composée de kayakistes d'un tel niveau se rendait au Kirghizstan. Beaucoup de ses membres vivent depuis de nombreuses années « au rythme de l’été » et se rencontrent lors des compétitions estivales. L’hiver, certains organisent de grands projets, comme celui du film de Sary-Djaz.

kayak kirghizstan rivière sport extrême

 

Une équipe de rêve

L'équipe était composée de neuf membres représentant l’élite du kayak mondial :

  • Sam Sutton (Nouvelle-Zélande), triple champion de kayak extrême ;
  • Gerd Serrasolses (Espagne), un des meilleurs kayakistes extrême du monde ;
  • Tilo Schmidt (Allemagne), premier champion du monde de kayak ;
  • Fabian Dörfler (Allemagne), champion du monde et vainqueur de la coupe d'Europe en slalom en eau vive ;
  • Egor Voskoboynikov (Russie), champion d'Europe et médaille de bronze aux championnats du monde de kayak extrême ;
  • Olaf Obsommer (Allemagne), légende du kayak extrême, membre de nombreuses expéditions et réalisateur réputé ;
  • Jared Meehan (Nouvelle-Zélande), multiple champion de Nouvelle-Zélande de slalom en eau vive ;
  • Tomas Marnits (Lituanie), participant et organisateur de nombreuses expéditions en kayak partout dans le monde ;
  • Eric Butor (USA), photographe professionnel

 

kayak kirghizstan rivière sport extrême

 

Puissante et imprévisible

« Impressionnante de complexité et d'isolement, cette descente a été effectuée en autonomie totale. Sa difficulté résidait dans le fait qu’ils  nous étaient impossible de faire appel à une aide extérieure. Là-bas, tout est désert, inatteignable. Avant chaque étape, nous devions grimper sur les montagnes pour observer et estimer la dangerosité de la rivière, qui se trouve dans un canyon profond et dangereux. Chaque personne de l'équipe de tournage avait un rôle précis », explique Tomas Marnits, l’organisateur du projet.

 

kayak kirghizstan rivière sport extrême

 

Le réalisateur espère que son film permettra de mettre en avant le potentiel touristique du Kirghizstan : « Depuis longtemps déjà, nous ouvrons de nouveaux parcours. Nous espérons que ce film attirera de nombreux sportifs du monde en entier avides de sensations fortes. Nous sommes également prêts à transmettre le film pour sa présentation au Kirghizstan. Il me semble que les Kirghiz ne savent pas eux-mêmes à quel point la rivière Say-Djaz est puissante et imprévisible… ».

Un parcours hors-norme

La rivière Sary-Djaz, longue de 282 kilomètres, prend sa source dans les pentes des hauts sommets du Tian-Shan, dont le pic Pobeda culmine à 7439 mètres. Elle naît des glaciers Cemenova et Mouchketova, sur les pentes nord de la chaîne Sarydja, puis traverse le Kirghizstan jusqu'au passage gauche de la rivière Kouïoukap. Le Sary-Djaz continue ensuite sa route le long de la frontière entre la Chine et le Kirghizstan, par la chaîne Maïboulak. Plus loin, en Chine, à travers la chaîne Kokchaal-Too, elle est renommée «Aksou ». Elle devient enfin l’un des affluents de la rivière Tarim qui disparaît dans le désert du Taklamakan.

La maîtrise de cette rivière par les sportifs a débuté dans les années 80. Depuis, cette descente est considérée comme l'une des plus difficiles et techniques au monde. Les montagnes vierges, les canyons très profonds et l'isolement font de cette région l'une des plus dangereuse pour la pratique du tourisme aquatique.

 

Svetlana Lapteva, journaliste pour Vetcherniy Bishkek

Traduit du russe par Mathieu Marion



kayak kirghizstan rivière sport extrême
Vetchernyi Bishkek
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *