Alexeï Petrouchevskii Kirghizstan France Prix des droits de l'Homme Liberté Egalité Fraternité Enfants

Un militant kirghiz reçoit le prix des droits de l’Homme en France

La France a attribué le prix des droits de l’Homme « Liberté, Egalité, Fraternité » au défenseur des droits de l’Homme kirghiz Alexeï Petrouchevskii pour son engagement dans la protection de l’enfance au Kirghizstan.

Alexeï Petrouchevskii a reçu le 10 décembre dernier, à Paris, le prix des droits de l’Homme « Liberté, Egalité, Fraternité » décerné par la France et remis par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet et la présidence de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH). 20 ans après l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant du 20 novembre 1989, la France a décidé de saluer son action pour la protection de l’enfance au Kirghizstan.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre actif par ici.

Alexeï Petrouchevskii Kirghizstan France Prix des droits de l'Homme Liberté Egalité Fraternité Enfants

Sur 164 candidatures reçues par la CNCDH, le militant kirghiz est l’un des cinq lauréats aux côtés de militants du Pérou, de la Croatie, de la République démocratique du Congo et du Rwanda. Le Kirghizstan est à nouveau mis à l’honneur pour l’engagement citoyen dans le domaine des droits de l’Homme, quelques mois après l’attribution de la distinction Nansen à l’avocat Azizbek Achourov.

La protection de l’enfance, cheval de bataille d’Alexeï Petrouchevskii

Pendant 16 ans, Alexeï Petrouchevskii a dirigé le « Centre de réadaptation des enfants et de jeunes » à Bichkek, capitale du Kirghizstan, qui accueille des enfants âgés de 2 à 17 ans dont les familles ne sont pas en mesure de s’occuper. Il a ainsi empêché la perspective d’une vie dans la rue à plus de 1 700 enfants, comme le relate le média kirghiz Kaktus Media. En 2013, il a monté un centre d’accueil pour les anciens enfants des orphelinats âgés de 16 à 23 ans, qui se retrouvaient souvent livrés à eux-mêmes et sans domicile fixe à l’âge adulte. Ces jeunes bénéficient de différentes formes d’accompagnement pour s’insérer dans la société.

Lire aussi sur Novastan : Un avocat kirghiz récompensé par l’ONU pour son combat contre l’apatridie

Alexeï Petrouchevskii œuvre activement dans son Centre afin de fournir une éducation, un soutien social, psychologique et médical aux enfants, d’obtenir des documents officiels nécessaires pour les enfants, d’organiser des événements pour lever des fonds, ou encore monter des activités ludiques. Des actions qui défendent ainsi bon nombre de droits formulés par la Convention internationale des droits de l’enfant comme le droit aux soins et à la protection ou encore le droit à une identité.

Cependant, Alexeï Petrouchevskii se heurte à des problèmes structurels du Kirghizstan. En 2018, après avoir fait état de cas de corruption dans les procédures d’adoption, les autorités kirghizes ont commencé à faire pression sur lui. Dans le détail, une femme s’est plainte auprès du militant alors qu’on lui avait proposé d’acheter un enfant pour 3000 dollars.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Les fonctionnaires ont commencé à sérieusement s’intéresser au Centre et en mars 2019, le défenseur kirghiz a fini par être licencié pour « perte de confiance », avant d’être arrêté l’été dernier pour suspicion d’abus de pouvoir et emprisonné dans un centre de détention provisoire. Sous la pression de la société civile locale et d’anciens orphelins, il a été libéré et mis sous résidence surveillée. Les procédures sont toujours en cours. Pendant ce temps, Alexeï Petrouchevskii a déposé une plainte pour sa réintégration au Centre, mais celle-ci s’annonce difficile.

La migration, problème majeur au Kirghizstan pour les enfants

Dans son discours prononcé lors de la cérémonie de remise du prix, le défenseur kirghiz des droits de l’enfance a martelé que la migration était le principal problème des enfants au Kirghizstan. De nombreux citoyens quittent le pays pour la Russie et le Kazakhstan dans l’espoir de trouver du travail, mais il existe aussi une forte migration interne puisque les résidents des régions du sud s’installent à Bichkek à la recherche d’un travail, laissant leurs enfants à des parents éloignés ou à des voisins qui les prennent en charge. Mais ces enfants sont fréquemment soumis à la violence ou à l’exploitation et s’enfuient de leur nouveau foyer, se retrouvant sans domicile. Ils ne sont même pas en possession de leur certificat de naissance et donc ne peuvent recevoir aucune prestation.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : Quels droits pour les enfants ?

La mission d’Alexei Petrouchevskii consiste à réintégrer les enfants dans leur famille et à travailler avec les parents.  « Nous travaillons avec des mères, préparons la voie pour que l’enfant rentre chez lui, essayons de le sauver de la vie à l’orphelinat », a-t-il déclaré. Dans ce sens, le Centre dispense des formations aux mères sans emploi et les enfants quittent également le Centre avec une profession.

Le militant kirghiz espère ainsi que l’attribution du prix français attirera l’attention des autorités de son pays sur ce problème mais aussi des autres gouvernements d’Asie centrale.

Manon Mazuir
Rédactrice pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Alexeï Petrouchevskii a reçu le Prix des droits de l’Homme Liberté Egalité Fraternité.
CNCDH
De gauche à droite, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, le militant Alexeï Petrouchevskii et Soraya Amrani-Mekki, vice-présidente de la CNCDH
Ambassade de France au Kirghizstan
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *