Touzkel, lac salé, Kirghizstan

Voyage à Touzkel : les secrets du lac salé

Tout près de la rive sud du lac Issyl-koul se trouve un autre lac – Touzkel, le plus salé de tout le Kirghizstan. Nombreux sont ceux qui croient en ses facultés magiques de guérir les maladies.

Pour le voir, nous sommes partis de Bokonbaïevo, un grand village au sud d’Issyk-koul. De Bokonbaïevo à Touzkel, il faut ensuite rouler deux heures. En quittant la route principale, l’asphalte disparaît, et le chemin devient très poussièreux.

Touzkel, lac salé, Kirghizstan

Le lac Touzkel se trouve à une hauteur de 1600 mètres au dessus du niveau de la mer. Il est entouré des montagnes Terskeï Alatao. La salinité du lac change selon les saisons de l’année. Grâce à la haute densité de l’eau, il est impossible de s’y noyer.

Nous approchons déjà du lac et voyons une barrière, puis à sa gauche – une auberge. Pour entrer, il faut payer. Le prix d’entrée a augmenté deux fois cette année. Touzkel, lac salé, Kirghizstan

Une des raisons expliquant la popularité de Touzkel est sa haute concentration en sel, laquelle permet de guérir de nombreuses maladies dermatologiques, comme le psoriasis, les maladies gynécologiques et celles du système musculo-squelettique.

Non seulement l’eau, mais également la boue (noire, bleue, verte) reposant au fond du lac est devenue irremplaçable pour le traitement thérapeutique de certaines maladies et pour l’usage cosmétique. Selon la recette populaire, il faut se baigner trois fois dans la journée, et à chaque fois, pendant 20 minutes. Il est également recommandé de se recouvrir la peau de boue.

Touzkel, lac salé, Kirghizstan

Tout de suite après la barrière, on peut apercevoir un petit terrain avec un complexe de distractions et des yourtes où les visiteurs peuvent passer une nuit. La saison est ouverte depuis le 1er  juillet.

Touzkel, lac salé, KirghizstanQuand nous sommes arrivés, il y avait peu de monde. La plupart des visiteurs arrive le week-end. Les étrangers viennent aussi pour contempler la nature et se soigner. Par exemple, Stanislav est venu de Saint-Petersbourg. Il habitait avant au Kirghizstan mais n’avait jamais été à Touzkel. Stanislav et sa famille ne sont pas restés plus de 20 minutes sur le chemin de retour à la maison.

Touzkel, lac salé, KirghizstanNous rencontrons aussi le personnel. Un des gardes s’appelle Kouttubek. Il habite Bichkek et travaille dans une agence de détectives. L’année dernière, il a passé ici ses vacances et a aimé l’endroit.

Touzkel, lac salé, KirghizstanToute la famille de Koulatchbek, employé de la zone de repos, y travaille aussi. Sa femme travaille en cuisine, et les enfants aident les parents. En dehors du lac, ils ont leur propre ferme.

Touzkel, lac salé, Kirghizstan

Touzkel, lac salé, Kirghizstan

Les touristes ont l’air d’apprécier l’endroit. Pourtant une légende assez sombre entoure les origines du lac : il y a fort longtemps, une Mère et un Père vivaient ici, avec leurs sept enfants. Chaque année, le Grand-père tuait un cygne, et soudainement un enfant mourrait. Quand tous les enfants sont morts, ce fut au tour du Père … Et les pleurs de la Mère, envahie par une souffrance terrible, ont fini par former un lac.

Danil Usmanov

Relu par Jamby Jusubalieva

Traduit du russe par Danara Ismetova

Relu par Camille Gauter

 

Reportage photos de la série des reportages dans la région d'Issyk-koul au Kirghizstan. Réalisé dans le cadre de la formation "Reportage Photo et Sons", menée par Laure Geerts et Jamby Jusubalieva.

Pour voir les autres reportages de la série :

Nuit blanche au bazar de Karakol

Comment les Tatars de Karakol fêtent la fin des récoltes

Au club nautique de Balyktchi

Les Karakoliens ne vivent pas sans achlian-fu

L'Eden sur les rails, de Bichkek à Balyktchi

Touzkel, lac salé, Kirghizstan
Danil Usmanov
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *