Aéroport Almaty ADP Kazakhstan Groupe Achat TAV Airports

[Newsletter] ADP rachète le plus grand aéroport d’Asie centrale

Mots-clefs

Vous trouverez ci-dessous une reproduction de notre newsletter hebdomadaire du 11 mai 2020, envoyée gratuitement tous les lundis. Si vous souhaitez la recevoir directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous ici. En attendant, bonne lecture !

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Cette newsletter est dédiée à l’Asie centrale. Chaque semaine, nous vous résumons les différentes actualités de la région, tout en vous proposant les articles écrits par la rédaction. Une question, une remarque, une envie ? Envoyez-nous un mail à novastan.france@novastan.org

Les 3 infos à ne pas manquer

ADP rachète l’aéroport d’Almaty pour 415 millions de dollars. Le groupe français, en négociations exclusives depuis novembre, a clos la transaction le 8 mai dernier. 

Deux nouveaux incidents dans le sud du Kirghizstan autour des frontières. Le 1er mai, des villageois ouzbeks s’en sont pris à des garde-frontières kirghiz à coups de pierres. Le 8 mai, c’est entre des garde-frontières tadjiks et kirghiz qu’un affrontement a eu lieu, impliquant notamment des tirs de mortier.

La collaboration économique franco-ouzbèke survit à la pandémie. Le 20 avril dernier, les groupes français membres du Medef international ont annoncé le maintien des projets en cours dans le pays, en dépit du report de la construction d’une centrale solaire en 2021.

Le décryptage de Novastan

La catastrophe de Sardoba pourrait-elle menacer l’ouverture ouzbèke ?

L’effondrement du barrage de Sardoba, qui a entraîné la mort de quatre personnes, 100 000 déplacés et des dizaines de millions de dollars de dommages économiques, n’est que la dernière des catastrophes causées par une frénésie de dépouillement et d’enrichissement rapide sans foi ni loi des élites ouzbèkes dans le secteur de la construction. Corruption, népotisme et vol ont été pointés du doigt par le président ouzbek Chavkat Mirzioïev ainsi que de nombreux journalistes ouzbeks, comme les vraies raisons de la catastrophe de Sardoba et de celles qui l’ont précédée. Les précédents cas, comme la mort de six ouvriers dans l’effondrement du chantier du métro de Tachkent en décembre dernier, n’ont cependant abouti à aucune accusation ni aucun changement dans ce secteur, au cœur du miracle de l’ouverture économique et politique ouzbèke depuis l’arrivée à la présidence de Chavkat Mirzioïev fin 2016. 

Alors que l’ampleur de Sardoba et sa visibilité sont historiques, les financeurs et investisseurs internationaux qui ont soutenu l’Ouzbékistan et sa stratégie d’ouverture pourraient être fortement refroidis si des mesures radicales et profondes ne sont pas prises par les autorités pour mettre fin à des pratiques délétères et dangereuses. L’Ouzbékistan pourrait bien être en train de jouer sa réussite économique et son ouverture dans la façon dont les autorités vont régler les problèmes soulevés par l’effondrement de Sardoba. 

Décryptage de l’importance politique et économique de ce qui est en train de se jouer autour du secteur de la construction en Ouzbékistan après Sardoba.

—————————-

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos soutiens, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir dans votre boîte, vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org

Nos décryptages des semaines précédentes : 

Le statut de membre observateur de l’Union économique eurasiatique sème la discorde en Ouzbékistan 

Des dizaines de milliards pour l’Asie centrale : les institutions financières internationales mettent le paquet face à la crise

Le Kazakhstan vient en aide à ses citoyens touchés par le coronavirus

Notre photo de la semaine

L’agriculteur Karimkol au travail dans sa ferme d’Ala-Buka au Kirghizstan. Plus d’infos par ici.

Dans le reste de l’actu

Le ministre de la Santé du Tadjikistan limogé en pleine pandémie de coronavirus. Le 5 mai dernier, le ministre de la Santé tadjik Nasim Olimzoda a été limogé par décret présidentiel. Après des semaines de dénégations, les autorités doivent faire face à une forte hausse des cas de coronavirus et ont dû repenser leur communication.

Le Turkménistan devient membre observateur de l’OMC. Le pays rejoint ses voisins centrasiatiques, déjà tous membres ou observateurs de l’organisation.

Un Panthéon national pour les élites du Kazakhstan. Initiative controversée depuis ses débuts, la construction d’un tel édifice risque de coûter cher au Kazakhstan, touché de plein fouet par la crise du Covid-19.

L’Est du Turkménistan ravagé par une tempête. De nombreux dégâts matériels et humains sont à déplorer dans la région de Lebap. La situation est encore difficilement évaluable. La réaction du gouvernement semble quant à elle indigner une grande partie de la population.

Malgré la pandémie, Carrefour maintient ses objectifs en Ouzbékistan. Le géant français de la distribution a confirmé, par la voix de son partenaire émirati Majid Al Futtaim, que quatre magasins ouvriraient bien d’ici fin 2020 à Tachkent.

L’Ouzbékistan crée une division de « blogueurs patriotiques ». Cette stratégie alimente de nombreux débats sur les potentiels dérives d’une politique d’influence numérique qui n’est pas sans rappeler les « fermes à trolls » russes.

Capitalisme, mythe et folklore : dans les coulisses d’un documentaire spécial sur le Kazakhstan. Le festival suisse Visions du Réel propose sur son site un nouveau documentaire sur le Kazakhstan, On a Clear Day You Can See the Revolution from Here. À cette occasion, Novastan a rencontré les réalisateurs pour en savoir plus sur leur projet.

La tombe d’un aristocrate kouchan découverte lors de fouilles au Tadjikistan. De la monnaie et des objets ont également été mis au jour. A son apogée au IIème siècle de notre ère, l’Empire kouchan s’étendait de l’Asie centrale jusqu’à l’Inde.

Quand le rock and roll soviétique faisait danser Douchanbé. Bien que dans le Douchanbé de l’époque ce genre de musique soit appelé « Ensemble Vocalo-Instrumental » (EVI), la ville a toujours abrité des personnes fans de rock.

Kassym-Jomart Tokaïev procède à des nominations en série. Le président kazakh a nommé certains de ses proches aux plus hauts échelons de l’État, suite au limogeage de Dariga Nazarbaïeva. Des changements qui pourraient laisser entendre que le président Kassym-Jomart Tokaïev chercherait à renforcer son influence.

Une entreprise ouzbèke exclue des projets de la Banque mondiale pour fraude. La Banque mondiale a radié la société ouzbèke Mega-Mebiko JV LLC de ses projets pour une durée de 30 mois. La compagnie a reconnu avoir fraudé dans le cadre d’un projet financé par l’institution.

Un pêcheur azéri tué par les garde-côtes kazakhs en mer Caspienne. Le 30 avril, les garde-côtes kazakhs ont tué un membre d’équipage d’un navire de pêche azéri, entré illégalement dans les eaux territoriales du pays sur la mer Caspienne.

Le développement du numérique s’accélère en Ouzbékistan. Un décret du président Chavkat Mirizioïev a pour vocation d’intégrer le numérique dans une large majorité des administrations et des activités économiques dans les trois prochaines années.

Un pan de l’histoire d’Achgabat, la capitale turkmène au million d’habitants. Connue pour son architecture ostentatoire et son marbre blanc immaculé, la capitale turkmène a franchi le seuil du million d’habitants durant l’été 2018. Retour sur une histoire mouvementée.

L’opposition en Ouzbékistan : être ou ne pas être. Avec le changement de président en 2016, on observe une diminution de la crainte parmi la population. Pour autant, la frustration est grande chez de nombreux Ouzbeks, car le pays ne change pas assez vite.

La Chine partout présente au Tadjikistan. L’influence de la Chine au Tadjikistan se renforce chaque année, au point que Pékin a aujourd’hui un pied dans pratiquement toutes les activités du pays, depuis les investissements jusqu’au soutien militaire.

Un lac à proximité d’un ancien gisement d’uranium se révèle pollué au Kazakhstan. Si la qualité de l’air de la zone étudiée est aux normes, ce n’est en revanche pas le cas pour celle de l’eau. Ce lac est pourtant fréquenté par les habitants de la région qui viennent s’y reposer et s’y baigner.

…chez Novastan France

Novastan lance son projet de refonte de son site Web. Au programme : un site plus rapide, plus clair, plus sécurisé. Pour y parvenir, nous avons besoin de votre soutien ! Les détails du projet se trouvent par ici.

Novastan officiellement reconnu comme média en France. Durant sa séance de mars 2020, la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) a reconnu Novastan France comme un service de presse en ligne, au titre de l’information politique et générale. Une nouvelle étape pour notre projet !

Envie de nous aider ? Novastan recherche des traducteurs, des rédacteurs et des éditeurs. Tous les moyens de contribuer à notre projet côté rédaction sont expliqués par ici. Si vous souhaitez nous aider sur le côté associatif, nous essayons d’organiser des évènements, festifs ou non. Les détails par ici.

Novastan est le seul média franco-allemand sur l’Asie centrale. Pour soutenir notre indépendance, devenez membre de la communauté Novastan ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Cela permet à Novastan de se professionnaliser tout en renforçant une communauté autour de l’Asie centrale en France et en Europe. Tous les détails se trouvent ici.

La rédaction

Merci de nous avoir lu jusqu’au bout ! Rendez-vous dès la semaine prochaine pour plus d’informations sur l’Asie centrale. Pour plus d’infos au quotidien, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram ou Telegram.

Le groupe ADP est devenu propriétaire de l’aéroport d’Almaty via sa filiale TAV Airports.
Groupe ADP
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *