Airbus Helicopters Ouzbékistan Vente Contrat Discussion Sauvetage Tourisme

[Newsletter] L’Ouzbékistan pourrait acheter 25 à 30 hélicoptères Airbus

Mots-clefs

Vous trouverez ci-dessous une reproduction de notre newsletter hebdomadaire du 30 mars 2020, envoyée gratuitement tous les lundis. Si vous souhaitez la recevoir directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous ici. En attendant, bonne lecture !

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Cette newsletter est dédiée à l’Asie centrale. Chaque semaine, nous vous résumons les différentes actualités de la région, tout en vous proposant les articles écrits par la rédaction. Une question, une remarque, une envie ? Envoyez-nous un mail à novastan.france@novastan.org

Les 3 infos à ne pas manquer

Airbus Helicopters continue d’essayer de vendre des appareils à l’Ouzbékistan. Le responsable Airbus Helicopters pour l’Asie centrale et le Caucase poursuit les pourparlers sur la vente de 25 à 30 hélicoptères avec les autorités ouzbèkes. Un contrat arlésienne, sur la table depuis plus de trois ans.

À Almaty, un joyau de l’architecture soviétique prêt à renaître. L’immeuble Tri Bogatyrya, complexe résidentiel emblématique de l’avenue Dostyk, devrait être l’objet d’une vaste restauration cet été. Alors que le bâti soviétique a rarement été traité avec douceur en Asie centrale, le projet prend en compte voix locales et sauvegarde du patrimoine d’Almaty, la plus grande ville du Kazakhstan.

L’Asie centrale en documentaires et courts-métrages. Durant le confinement, Novastan vous propose une sélection de documentaires à voir sur l’Asie centrale. Pour découvrir la région malgré tout.

Le décryptage de Novastan

Dans la crise du coronavirus, l’Asie centrale regarde vers Beijing

Alors que la Chine envoie des masques, des tests et des respirateurs ainsi que des experts pour aider de nombreux pays à travers le monde, tout en soignant son soft power au passage, l’Asie centrale est en train de se fermer entièrement au monde. Occupés par leur propre lutte contre le virus, les États-Unis, la Russie et l’Europe ne s’intéressent que très moyennement à la région. En Asie centrale, à l’inverse, région frontalière de l’Empire du milieu et au cœur de la stratégie de la construction des Nouvelles routes de la Soie, Beijing est devenu le modèle de crise.

Mais alors que ses économies commencent à s’effondrer sous le poids d’un baril de pétrole qui n’est plus rémunérateur et de dettes qui sont en passe de devenir insoutenables, quelles solutions et quel modèle Beijing pourra proposer à Nur-Sultan, Bichkek, Tachkent, Douchanbé et Achgabat ? Tentative d’éclaircissement sur une situation qui évolue rapidement.

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos soutiens, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir dans votre boîte, vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org

Nos décryptages des semaines précédentes : 

L’Ouzbékistan met en place sa “taxe Google”

Les engrais au cœur d’une relation naissante entre Maroc et Turkménistan 

L’Ouzbékistan libéralise entièrement la production du coton 

Notre photo de la semaine

Serafscha Tadjikistan Montagnes Âne

Un homme sur son âne près du lac Layla-Koul dans les montagnes Seravchan au Tadjikistan. Plus d’infos par ici.

Dans le reste de l’actu

L’Asie centrale touchée de plein fouet par le coronavirus. Deux semaines après avoir déclaré ses premiers cas, la région est entrée dans le dur de l’épidémie, avec plus de 250 cas au Kazakhstan et autour d’une centaine en Ouzbékistan et au Kirghizstan. Après avoir instauré une quarantaine à Almaty et Nur-Sultan, le Kazakhstan a connu le premier décès en Asie centrale le 26 mars et a suspendu les échanges de certaines denrées alimentaires, dont la farine de blé. Des centaines de Centrasiatiques sont encore bloqués dans les aéroports de Moscou. Enfin, contrairement à ses voisins, le Tadjikistan a fêté presque normalement Norouz, la fête du printemps.

Bouygues en discussion pour faire de Tachkent une « ville intelligente ». Début mars, une équipe de dirigeants de la société française s’est rendue en Ouzbékistan pour échanger avec les responsables de la province de Tachkent sur les récents projets de l’entreprise.

Le fils du président tadjik, déjà maire de Douchanbé, devient sénateur. Le 27 mars dernier, la candidature au poste de sénateur de Rustam Emomali a été acceptée à l’unanimité. À quelques mois de l’élection présidentielle prévue pour novembre 2020, cette nomination est une nouvelle étape dans l’ascension du maire de la capitale tadjike et renforce la thèse de la future succession de Rustam Emomali à la tête du pays.

L’Asie centrale derrière l’objectif de… Olga Li. Pour notre épisode le plus récent de notre série présentant les photographes centrasiatiques, nous vous proposons de découvrir Olga Li, également actrice et metteuse en scène au Théâtre Allemand d’Almaty, au Kazakhstan.

La présence de Daech à la frontière tadjike continue d’inquiéter. Le nord de l’Afghanistan, qui jouxte la frontière tadjike, est devenu le foyer principal de l’organisation terroriste Daech, interdite dans de nombreux pays du monde, notamment au Tadjikistan. C’est ce qu’a déclaré à l’agence Associated Press l’expert tadjik sur l’Afghanistan moderne, Kossim Bekmouhammad.

Dans les coulisses de la construction tourmentée du barrage de Toktogoul. La centrale hydroélectrique est l’une des principales sources d’électricité du Kirghizstan, ainsi que son plus grand lac de retenue. Achevée en 1976 après une quinzaine d’années de travaux, sa construction n’a pas été de tout repos.

…chez Novastan France

Novastan choisit l’abonnement. D’ici à l’été 2020, nous avons comme objectif de mettre en place un abonnement ciblé qui permettra au projet de se professionnaliser. Tous les détails par ici.

Novastan France a une nouvelle gouvernance. Conformément aux votes des personnes présentes et représentées, nous avons adopté de nouveaux statuts, formé un nouveau bureau et pris acte de nombreux objectifs pour 2020 ! 

Envie de nous aider ? Novastan recherche des traducteurs, des rédacteurs, des éditeurs ainsi qu’un-e community manager. Tous les moyens de contribuer à notre projet côté rédaction sont expliqués par ici. Si vous souhaitez nous aider sur le côté associatif, nous essayons d’organiser des évènements, festifs ou non. Les détails par ici.

Novastan est le seul média franco-allemand sur l’Asie centrale. Pour soutenir notre indépendance, devenez membre de la communauté Novastan ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Cela permet à Novastan de se professionnaliser tout en renforçant une communauté autour de l’Asie centrale en France et en Europe. Tous les détails se trouvent ici.

La rédaction

Merci de nous avoir lu jusqu’au bout ! Rendez-vous dès la semaine prochaine pour plus d’informations sur l’Asie centrale. Pour plus d’infos au quotidien, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram ou Telegram.

Airbus Helicopters continue de discuter avec l’Ouzbékistan pour vendre entre 25 et 30 hélicoptères (illustration).
Airbus
Un homme sur son âne près du lac Layla-Kul dans les montagnes Serafschan au Tadjikistan.
Mareike Müller
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *