Barrage de Sardoba Ouzbékistan catastrophe climat corruption

[Newsletter] Un barrage s’effondre en Ouzbékistan, 90 000 déplacés

Mots-clefs

Vous trouverez ci-dessous une reproduction de notre newsletter hebdomadaire du 4 mai 2020, envoyée gratuitement tous les lundis. Si vous souhaitez la recevoir directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous ici. En attendant, bonne lecture !

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Cette newsletter est dédiée à l’Asie centrale. Chaque semaine, nous vous résumons les différentes actualités de la région, tout en vous proposant les articles écrits par la rédaction. Une question, une remarque, une envie ? Envoyez-nous un mail à novastan.france@novastan.org

Les 3 infos à ne pas manquer

Le barrage de Sardoba, dans le centre de l’Ouzbékistan, a cédé après des pluies violentes. L’incident, survenu le 1er mai, a forcé le déplacement de 70 000 Ouzbeks et 20 000 Kazakhs, dont les villages sont sous les eaux. Une enquête pénale a été ouverte, alors qu’une odeur de népotisme semble flotter autour du barrage.

Dariga Nazarbaïeva n’est plus numéro 2 de l’Etat kazakh. La fille du premier président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a été limogée de ses fonctions de présidente du Sénat le 2 mai par le président actuel, Kassym-Jomart Tokaïev. Une décision surprenante, qui semble très stratégique pour le président en place.

L’Ouzbékistan sera bientôt un membre observateur de l’Union économique eurasiatique. Après un vote le 28 avril, les députés ouzbeks ont ouvert la voie à une entrée sans engagement dans l’Union douanière dominée par Moscou.

Le décryptage de Novastan

Le statut de membre observateur de l’Union économique eurasiatique sème la discorde en Ouzbékistan

C’est désormais officiel, la chambre basse du Parlement ouzbek a voté en faveur du statut d’Etat observateur de l’Union économique eurasiatique. En attendant le vote du Sénat et la signature du président, l’Ouzbékistan valide une étape certainement préliminaire à l’adhésion à l’Union douanière siégeant à Moscou.

La question est maintenant de savoir si, comme le sous-entend le président Chavkat Mirzioïev, ce statut a vocation à permettre au pays d’opérer un benchmarking des avantages et inconvénients de son éventuelle adhésion. Ou bien si ce statut n’est vu que comme une première étape formelle par les autorités du pays, qui sera alors suivie d’une adhésion à l’Union. Toujours est-il que ce statut d’Etat observateur divise d’ores et déjà au pays et pose certaines questions quant à l’avenir du protectionnisme en Ouzbékistan.

—————————-

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos soutiens, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir dans votre boîte, vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org

Nos décryptages des semaines précédentes : 

Des dizaines de milliards pour l’Asie centrale : les institutions financières internationales mettent le paquet face à la crise

Le Kazakhstan vient en aide à ses citoyens touchés par le coronavirus

Pénurie et trafic de nourriture : la sécurité alimentaire menacée en Asie centrale ?

Notre photo de la semaine

Ce jeu nomade, dans lequel deux équipes se battent pour la carcasse d’un mouton ou d’une chèvre, porte des noms différents (Kök-Börü, Kokpar, Bouzkachi, Ulak tartysh) selon le pays ou la région. Plus d’infos par ici.

Dans le reste de l’actu

Le Tadjikistan reconnaît officiellement ses premiers cas de coronavirus. Après plusieurs semaines de doute croissant sur l’absence du Covid-19 dans le pays, les autorités ont annoncé le 30 avril que 15 cas avaient été identifiés. Le championnat de football, qui s’était lancé normalement, a également été interrompu.

Vers l’effacement des frontières commerciales entre le Kazakhstan et la Russie. Partenaires fiables et de longue date, les deux pays réfléchissent à aller plus loin. Selon le pronostic des spécialistes, ce chiffre devrait encore augmenter grâce à la mise en place de nouvelles mesures bilatérales.

Des groupes terroristes ouzbeks et tadjiks présents en Afghanistan. Selon les autorités de la province afghane du Badakhchan, l’État islamique au Khorasan, Al-Qaïda et des groupes apparentés tenteraient de renforcer leur présence militaire dans la région. 

Les racines de la sinophobie au Kazakhstan. Alors que les sentiments anti-chinois se renforcent dans la population kazakhe et kirghize, les explications sont nombreuses. Entre politique répressive des minorités ethniques et religieuses dans le Xinjiang, d’autres facteurs historiques, sociaux et économiques sont à l’oeuvre.

Dans notre ciné centrasiatique cette semaine, retrouvez un documentaire sur le Kazakhstan vu par une ligne à haute tension et un court-métrage sur les manastchis, ces conteurs kirghiz à nul autre pareil.

Comment l’émirat de Boukhara et le khanat de Khiva ont été détruits par les Bolcheviks, il y a tout juste 100 ans. Sous protectorat russe depuis la fin du XIXème siècle, le khanat de Khiva et l’émirat de Boukhara vont faire les frais de l’arrivée des Bolcheviks. Les deux monarchies, présentes depuis le XVIème siècle, seront renversées par des soulèvements communistes en 1920 à Khiva. Interview en détails.

Le Turkménistan ne bénéficiera pas de l’aide européenne pour lutter contre le coronavirus. Son niveau de richesse par habitant est en effet trop élevé pour faire partie des pays éligibles. Il en aurait pourtant besoin, tant les chiffres officiels ne traduisent pas la réalité économique de la population turkmène.

Les manuels d’histoire réécrits en Ouzbékistan pour construire une identité nationale. Depuis l’indépendance ouzbèke, les programmes d’histoire ont été largement réécrits afin de valoriser les récits et personnages considérés comme éléments de l’identité nationale.

Le coronavirus ralentit Internet en Ouzbékistan. Depuis le début du confinement contre la propagation du Covid-19, l’Ouzbékistan observe une détérioration de son débit Internet. Le ministère de l’Information et de la communication ouzbek s’est exprimé à ce sujet.

La cathédrale Saint-Alexis à Samarcande, un destin contrarié. La cathédrale de la deuxième ville d’Ouzbékistan a partagé le sort de la plupart des édifices religieux construits avant la révolution de 1917, servant à tout sauf à un lieu de culte. Sa restitution aux fidèles a requis de nombreuses années.

…chez Novastan France

Novastan officiellement reconnu comme média en France. Durant sa séance de mars 2020, la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) a reconnu Novastan France comme un service de presse en ligne, au titre de l’information politique et générale. Une nouvelle étape pour notre projet !

Novastan choisit l’abonnement. D’ici à l’été 2020, nous avons comme objectif de mettre en place un abonnement ciblé qui permettra au projet de se professionnaliser. Tous les détails par ici.

Envie de nous aider ? Novastan recherche des traducteurs, des rédacteurs et des éditeurs. Tous les moyens de contribuer à notre projet côté rédaction sont expliqués par ici. Si vous souhaitez nous aider sur le côté associatif, nous essayons d’organiser des évènements, festifs ou non. Les détails par ici.

Novastan est le seul média franco-allemand sur l’Asie centrale. Pour soutenir notre indépendance, devenez membre de la communauté Novastan ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Cela permet à Novastan de se professionnaliser tout en renforçant une communauté autour de l’Asie centrale en France et en Europe. Tous les détails se trouvent ici.

La rédaction

Merci de nous avoir lu jusqu’au bout ! Rendez-vous dès la semaine prochaine pour plus d’informations sur l’Asie centrale. Pour plus d’infos au quotidien, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram ou Telegram.

Vue du barrage de Sardoba en Ouzbékistan à l’endroit où il s’est effondré lors de la visite du président ouzbek.
President.uz
Ce jeu nomade, dans lequel deux équipes se battent pour la carcasse d’un mouton ou d’une chèvre, porte des noms différents (Kök-Börü, Kokpar, Bouzkachi, Ulak tartysh) selon le pays ou la région.
Wesley Verhoeven
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *