Afghanistan électricité

Ambiance électrique entre l’Ouzbékistan, le Turkménistan et l’Asie du sud

Le Turkménistan veut vendre davantage d’électricité à l’Afghanistan et au Pakistan, remettant en cause la place de leader de l’Ouzbékistan sur ce marché. Novastan traduit et reprend ici un article publié par le site nuz.uz

Le Média-forum international de l’énergie s’est tenu dans le cadre du Forum international de la charte de l’énergie d’Achgabat : sur la voie d’un accord-cadre à parties prenantes multiples sur le transit des ressources énergétiques. Il y a été question du commerce d’électricité entre l’Asie centrale et l’Asie du sud.

Tcharymyrat Pourtchekov, ministre de l’Énergie du Turkménistan et vice-président de la Conférence sur la charte de l’énergie a fait part de la volonté de son pays de multiplier les livraisons d’électricité vers ses voisins, l’Afghanistan et le Pakistan.

Une nouvelle ligne à haute tension

Si le ministre n’a pas dévoilé tous les détails du projet, plusieurs sources ont permis de lever le voile sur ce que signifiait cette augmentation des livraisons d’électricité en Asie du sud.

Le ministre le l’Énergie turkmène faisait sans doute allusion au projet TOuTAP (Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Afghanistan et Pakistan), dont l’objectif est d’acheminer de l’électricité produite en Asie centrale vers l’Afghanistan et le Pakistan, où l’Ouzbékistan joue le rôle de fournisseur principal d’électricité, reléguant aux seconds rôles le Tadjikistan, le Kirghizstan et le Turkménistan.

Lire aussi sur Novastan : Export et coupures d’électricité au Tadjikistan

Par le biais de ce projet, le Turkménistan a conclu un accord avec l’Afghanistan portant sur la construction d’une ligne à haute tension à 500 KV, dont la portion turkmène située entre Mary, Atamyrat et la frontière a déjà été construite. Reste à achever la portion afghane entre Andkhoi, Chéberghân et Pol-e-Khomri.

Avec la mise en exploitation de cette ligne à haute tension, le Turkménistan s’offrira la possibilité d’acheminer directement de l’électricité aux pays d’Asie du sud qui préféreraient alors cette énergie à l’électricité ouzbèke, plus onéreuse.

La place de l’Ouzbékistan remise en cause

En outre, les deux portions existantes de la ligne 220 serpentant entre l’Ouzbékistan et l’Afghanistan ne peuvent fournir de l’énergie que sur une distance d’environ 220-240 kilomètres, alors que la ligne 500 pourra garantir des livraisons d’énergie jusqu’à 500 kilomètres.

Dès lors, avec ces nouvelles lignes, un nouvel acteur de poids apparaîtra sur le marché de l’électricité pour les pays d’Asie du sud : le Turkménistan. Quant à l’Ouzbékistan, aux prix plus élevés, il pourrait perdre sa place de premier fournisseur d’électricité.

M. Djagirov

Traduit du russe par Thomas Rondeaux pour Novastan

L’Afghanistan dépend en grande partie de ses voisins centrasiatiques pour son approvisionnement en électricité.
World Bank Photo Collection
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *