Alliance Française Tachkent

Bientôt un centre culturel français à Tachkent

Une délégation ouzbèke a discuté de l’ouverture d’un centre culturel français à Tachkent avec la Fondation Alliance Française à Paris ainsi qu’avec le ministère de l’Education nationale français. C’est la seconde délégation du gouvernement ouzbek qui se rend en France en moins d’un mois dans la perspective de la visite du président ouzbek Chavkat Mirzioïev en France en octobre prochain.

La France ouvrira-t-elle un centre culturel dans la capitale ouzbèke ? Le sujet a été abordé le 22 août dernier, à l’occasion de la visite d’une délégation ouzbèke à Paris, rapporte le média ouzbek en ligne, Kun.uz. Cette délégation, menée par le vice-Premier ministre Aziz Abdoukhakimov, a rencontré Mikael de la Fuenté, directeur régional pour l’Europe, Amérique du Nord et Asie centrale de la Fondation Alliance Française, ainsi que le ministère de l’Education nationale français pour discuter de cette création.

Lire aussi sur Novastan : La visite du président ouzbek en France se prépare activement

Contacté par Novastan, Mikael de la Fuenté a confirmé la volonté des autorités ouzbèkes, à l’initiative de la rencontre. Parlant d’un projet encore en cours, le directeur régional a affirmé que l’ambassade de France à Tachkent serait bientôt sollicitée pour la création de ce centre.

Il s’agit de la seconde visite d’une délégation menée par un vice-Premier ministre ouzbek à Paris en moins d’un mois. L’objectif est de préparer la visite du président ouzbek Chavkat Mirzioïev à Paris, prévue en octobre prochain.

L’histoire compliquée des centres ou instituts français à Tachkent

L’histoire des centres culturels français à Tachkent est tumultueuse. Le premier centre culturel et linguistique français, nommé d’après Victor Hugo, avait été ouvert par le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France en Ouzbékistan en 2002.

Le centre Victor Hugo avait ensuite été transformé en Institut Français en 2011, puis fermé sous la pression des autorités ouzbèkes en juin 2014. A ce moment, Tachkent ne souhaitait pas voir des centres culturels et linguistiques mener leurs activités sans être des organisations de droit local. Dans le même bâtiment a ainsi été ouvert au grand public, le 3 juin 2015, l’Alliance Française de Tachkent, avec un statut d’organisation non-commerciale de droit ouzbek, enregistrée auprès du ministère de la Justice ouzbek.

En parallèle, l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFEAC) ouvert à Tachkent en 1992, a également été fermé sous la pression des autorités ouzbèkes en 2010. Le centre de recherche a été déplacé à Bichkek au Kirghizstan.

Une annonce encore peu claire

L’annonce d’une possible ouverture d’un centre culturel français à Tachkent dénoterait un changement de position de la part des autorités ouzbèkes. Ces dernières verraient désormais plus favorablement l’éducation étrangère des langues et de la culture en Ouzbékistan. Il a d’ailleurs été noté durant la rencontre à la Fondation Alliance Française que l’Ouzbékistan était prêt à s’ouvrir plus largement à l’enseignement de la langue française dans les écoles et les universités du pays. Ce qu’a confirmé l’Ambassade de France en Ouzbékistan contacté par e-mail : « Les réformes qui ont lieu actuellement dans le pays notamment en matière d’enseignement et de valorisation du patrimoine ouvrent de nouvelles perspectives de coopération qui se mettent en place.« 

Il n’a cependant pas été communiqué si les parties ont discuté de l’ouverture des branches de l’Alliance Française dans les villes de Samarcande et Boukhara, que le président français mentionnait dans l’invitation envoyé à son homologue ouzbek il y a presque un an. Contactée par Novastan, l’ambassade de France en Ouzbékistan dit ne pas en savoir plus sur l’ouverture potentielle de ce centre culturel français mentionné par Kun.uz. Il n’est également pas clair ni précisé si ce centre culturel sera au sein de l’Alliance Française de Tachkent ou distinct, et sous quelle forme.

Volontarisme ouzbek pour préparer la visite présidentielle

Plus largement, cette annonce montre le volontarisme du côté ouzbek pour préparer la visite de Chavkat Mirzioïev à Paris en octobre prochain. Des probables accords inter-gouvernementaux sur l’éducation et la langue française pourraient d’ailleurs être signés, comme le mentionne le média Kun.uz à propos de la rencontre de la délégation avec le ministère de l’Education nationale français.

Cette seconde délégation ouzbèke de haut niveau à Paris en moins d’un mois aura également eu l’occasion de rencontrer des investisseurs français pour un projet touristique dans la vallée de Charvak en Ouzbékistan, ainsi qu’un représentant du Sénat français ainsi que le siège de l’UNESCO à Paris.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

L’Alliance Française de Tachkent lors de la visite du président de la Fondation Alliance Française, Michel Doulcet.
Ambassade de France en Ouzbékistan
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *