Boukhara Ouzbékistan Art Pavel Benkov Avant-garde Peinture

Boukhara, ancienne capitale de l’avant-garde ouzbèke

Dans le centre-ville de l’une des cités les plus touristiques d’Ouzbékistan se trouvent des peintures de Pavel Benkov, l’un des précurseurs de l’art contemporain ouzbek. Malgré sa richesse, cette collection est peu mise en valeur.

Novastan reprend et traduit ici un article initialement publié par la version ouzbèke du média russe Spoutnik.

Le peintre Pavel Benkov est considéré comme l’un des précurseurs de l’art contemporain ouzbek. Il a initié son chemin vers la gloire à Boukhara, l’une des villes emblématiques de l’ouest de l’Ouzbékistan, et ses toiles restent la carte de visite de la seule galerie d’art de la ville. Cependant, aujourd’hui il est difficile pour l’Ouzbek moyen de savoir qui est Pavel Benkov.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

De fait, le nom du peintre légendaire est loin d’être connu de tous à Boukhara. Une enquête menée devant le musée des beaux-arts de la ville, là où sont exposées ses œuvres, révèle que neuf Boukhariotes sur dix n’ont jamais entendu parler de l’artiste. Son travail n’attire pas les foules et la plupart des touristes le contournent sans y prêter attention. A l’instar du musée, un monument architectural typique d’une autre époque aujourd’hui peu populaire, l’exposition de Pavel Benkov traverse une période de désintérêt. Et ce malgré le fait que le musée soit situé au cœur du parcours touristique.

Lire aussi sur Novastan : La gestion du patrimoine culturel ouzbek critiquée par l’UNESCO

« Les touristes se font rares. Et encore, seuls les amateurs d’art ayant porté attention à nos panneaux publicitaires viennent au musée « , explique Obid Mavlanov, le responsable de la branche du musée des beaux-arts de la ville. « Il n’y a malheureusement pas d’excursions individuelles. Nos visiteurs les plus courants sont des élèves ainsi que des étudiants de facultés en rapport avec l’art« , explique-t-il.

Boukhara, la ville de l’inspiration

Pourtant, Pavel Benkov est un artiste exceptionnel. Son nom est pour les spécialistes lié à la naissance de la peinture contemporaine ouzbèke. Arrivé à Boukhara en 1928, il tombe amoureux de la ville où il se sent enfin épanoui. Cette période marque un véritable tournant dans sa vie.

« Il est né à Kazan en 1879. Il étudie à Saint Pétersbourg et à Paris puis revient sur ses terres. Mais là-bas son art reste incompris et reste dans l’anonymat » décrit Obid Mavlanov. « Le voyage de Pavel Benkov à Boukhara va radicalement changer sa vie. Ici il n’était pas soumis à une concurrence ou à de quelconques moqueries de la part d’autres artistes. Il trouve à Boukhara l’inspiration et la ville trouve son artiste », rajoute le responsable.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : le cycle du mariage à Boukhara

Selon la version la plus répandue, l’artiste est invité à venir à Boukhara par son compatriote Piotr Kornilov, venu dans la région deux ans plus tôt pour une expédition archéologique. Ce dernier deviendra l’adjoint du directeur du musée d’Etat de Boukahara, le prédécesseur de l’actuel musée des beaux-arts.

Boukhara Ouzbékistan Art Pavel Benkov Avant-garde Peinture Musée des beaux arts

Piotr Kornilov est le fondateur du musée de Boukhara. En montant une nouvelle exposition, il passe une commande de plusieurs tableaux à Pavel Benkov. Ainsi naissent ses chefs d’œuvre comme Le fonctionnaire de Boukhara, Portrait d’un Tadjik, Portrait d’un juif de Boukhara, ou encore Portrait d’un paysan.

Pavel Benkov, artiste complet

D’après Rano Echankoulovoï, historienne de l’art, la productivité du peintre était impressionnante. En parallèle de ses portraits, il peint de nombreux paysages. En essayant de saisir et comprendre la vie urbaine, il était capable rester pendant des heures au bord d’un howz, un bassin d’eau, ou dans un salon de thé au bazar à observer et à échanger avec les passants. « À travers son travail, on peut voir une touche réaliste, impressionniste ainsi qu’une influence des traditions locales. Il se distingue par des compositions et par une manière très spécifique d’appliquer les peintures. Elles sont mélangées à de l’air » décrit Rano Echankoulovoï. « Les transitions époustouflantes de couleurs soulignent les clairs-obscures et dans ses portraits, le maître vient souligner l’individualité des personnages, leur caractère ainsi que leurs expériences« , explique l’historienne.

Lire aussi sur Novastan : La littérature ouzbèke isolée du monde

Son talent exceptionnel est influencé par les sentiments provoqués par l’Asie centrale. La région devient pour lui sa seconde patrie. Tombé amoureux de cette contrée, Pavel Benkov y reste jusqu’à la fin de ses jours. Il décide de déménager à Samarcande où il ouvre sa propre école d’art. Il y meurt en 1949.

Boukhara Ouzbékistan Art Pavel Benkov Avant-garde Peinture Musée des beaux arts

Aujourd’hui, les peintures de Pavel Benkov appartenant à sa période boukhariote sont exposées dans les musées d’Ouzbékistan, de Russie et d’Europe. D’autres font partie de collections privées. Le musée de Boukhara  possède onze de ses tableaux, dont neuf d’entre eux relèvent de l’exposition permanente.

Le musée a également en sa possession des toiles d’Alexandre Volkov, Alexandre Nikolaïev, Mikhaïl Kourzine comme d’autres peintre de la période soviétique qui, à différents moments, sont venus à Boukhara et ont ainsi contribué au développent des beaux-arts en Ouzbékistan. Le mouvement artistique des années 1920 et 1930 est vite nommé « l’avant-garde ouzbèke ». Il sera une synthèse des mouvements modernistes russe, ouzbek et d’Europe occidentale.

Dans le style russe

Historiquement, le bâtiment du musée tout comme les peintures qui y sont conservées sont de tradition russe. Il est construit entre 1910 et 1912 dans le centre-ville, grâce aux fonds alloués par le célèbre commerçant et mécène Savva Morozov. À cette époque, la ville était un grand carrefour commercial de caravansérails avec un dôme où le commerce avait lieu.

Boukhara Ouzbékistan Art Avant-garde Peinture Musée des beaux arts

L’édifice abritait alors la filiale de la banque Azov-Don. Elle occupait tout le premier étage. Le rez-de-chaussée était occupé par des boutiques et par une bourse où était réalisée la vente de l’astrakan (de la fourrure d’agneau), de la soie et du coton.

« Le bâtiment est construit par les mêmes architectes russes qui ont bâti la résidence de l’émir Mokh-Khos. L’ensemble, où autrefois résidait la Banque d’Etat, a conservé plusieurs coffres-forts où nous entreposons des objets de valeur ne faisant pas partie de l’exposition permanente. Mais nous prévoyons d’en faire une exposition spécialement dédiée. À mon avis, des installations sur l’histoire pourront attirer l’attention des visiteurs« , confie Obid Mavlanov.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

La réalisation du projet est pour le moment freinée par le manque de financements. Les fonds existants ne suffisent pas à tous les projets et ne couvrent pas toutes les activités.

La concurrence des époques

Les spécialistes d’art notent que l’Ouzbékistan, notamment dans le secteur du tourisme, met l’accent sur l’histoire et l’art préislamique et islamique ainsi que sur les traditions nationales. En revanche, une période suffisamment vaste et fructueuse courant la fin du XIXème siècle est délaissée.

Boukhara Ouzbékistan Art Pavel Benkov Avant-garde Peinture Musée des beaux arts

La même politique est appliquée aux monuments de cette époque. Le personnel du musée craint maintenant que le musée ne soit cédé à d’autres locataires. Une agence de voyage a déjà ouvert dans une partie du bâtiment.

Lire aussi sur Novastan : Collection Igor Savitsky : mythes et perspectives

« Nous ne devons pas oublier cette période. Il montre qu’historiquement, notre région n’était pas qu’un simple carrefour commercial. L’art européen occupait ici une  place importante. C’est pour cela que dans notre musée, nous nous devons d’offrir les mêmes conditions que dans les galeries les plus prestigieuses« , termine Obid Movlanov.

Obid Mavlanov est certain que les productions des célèbres artistes ayant trouvé ici leur nouvelle terre d’adoption brilleront de nouveau, retrouveront une seconde vie et seront à nouveau un attrait de cette ville millénaire.

Traduit du russe par Daniel Le Botlan

Edité par Etienne Combier

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Boukhara abrite plusieurs peintures de Pavel Benkov, inspirateur de l’art contemporain ouzbek.
Sputnik
De gauche à droite, Portrait d’un paysan, 1928, et Portrait d’un Tadjik, 1929, Pavel Benkov, musée des beaux-arts de Boukhara.
Sputnik
De gauche à droite, une rue de Boukhara (l’école coranique de Abdoullakhana), Mosquée de Khodja Zaïliddine, Pavel Benkov, 1929, musée des beaux-arts de Boukhara.
Sputnik
La façade du musée des beaux-arts de Boukhara financée par Savva Morozov.
Sputnik
L’allée de vignes  en automne au bord du howz de Khodj Zaïniddine, Pavel Benkov, 1928, musée des beaux-arts de Boukhara.
Sputnik
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *