Carrefour Ouzbékistan supermarché hypermarché Ouverture

Carrefour arrive en Ouzbékistan

Le géant français de la distribution va ouvrir 7 magasins d’ici à 2021 dans le pays le plus peuplé d’Asie centrale. Une décision prise après plusieurs années de discussions.

Après plusieurs années de tractations, Carrefour va s’implanter en Ouzbékistan. Le numéro un de la grande distribution en Europe a annoncé le 28 octobre dernier l’ouverture de sept magasins d’ici à 2021 à Tachkent, la capitale ouzbèke. C’est aussi la première entrée sur le marché ouzbek d’une grande marque de la distribution internationale, démontrant un peu plus la réalité de l’ouverture économique du pays.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Dans le détail, trois supermarchés et un hypermarché seront ouverts dès 2020. L’année suivante, deux supermarchés et un hypermarché suivront, selon les informations données par les représentants du groupe français à Novastan. Contactée par Novastan, une personne proche du dossier a expliqué que le chiffre exact de l’investissement n’était pas encore arrêté.

Les magasins seront opérés par le groupe émirati Majid Al Futtaim, qui gère déjà 285 Carrefour sous franchise exclusive dans 15 pays. Localement, le groupe émirati s’est allié à AKFA Group, un poids lourd industriel et électronique en Ouzbékistan, également présent depuis peu dans l’immobilier, ce qui est la raison de cette alliance.

2 500 emplois prévus

Selon les trois partenaires du projet, les sept magasins créeront 2 500 emplois directs, tandis que 600 fournisseurs locaux seront sollicités. Carrefour estime que le marché alimentaire d’Ouzbékistan doit atteindre 5 milliards de dollars (4,5 milliards d’euros) à Tachkent d’ici 2023.

« L’Ouzbékistan nous est apparu comme un marché idéal pour y introduire l’enseigne Carrefour en raison de sa croissance économique et de la demande des consommateurs pour une distribution moderne », a affirmé dans le communiqué Hani Weiss, directeur général de Majid Al Futtaim – Retail. « Ce pays constitue pour nous une première étape sur le marché de l’Asie centrale. »

Un premier échec au Kazakhstan

Malgré ces déclarations, cette collaboration entre Carrefour et Majid Al Futtaim en Asie centrale n’est pas une première. En 2015, les deux partenaires avaient implanté un premier magasin au Kazakhstan. Après 16 mois, l’aventure avait tourné court et le seul magasin du pays avait fermé.

« Toutes les ouvertures sont une expérience. Au moment où Carrefour est arrivé au Kazakhstan, c’était un essai qui a aidé le groupe à mieux comprendre ce nouvel environnement », a affirmé Majid Al Futtaim, contacté par Novastan. « Nous avons appris de nos erreurs ces dernières années et fait les bonnes avancées pour comprendre pleinement les besoins de nos consommateurs », a ajouté l’entreprise.

Une ouverture liée au groupe fondé par le maire de Tachkent

L’arrivée de Carrefour dans le pays le plus peuplé de la région ne s’est pas faite en un jour. Officiellement, les discussions entre AKFA Group et Majid Al Futtaim ont débuté en février 2017. Carrefour a choisi avec AKFA Group une entreprise très liée au maire de Tachkent, Djakhongir Artykkhodjaïev, qui en est le fondateur. Le groupe, qui se revendique la plus grande entreprise privée du pays, contrôle plusieurs entreprises comme Artel (électronique), AKFA (aluminium, radiateurs), Crafters (confection) et la clinique AKFA Medline, et surtout Atlas qui s’occupe de la partie retail. Le groupe AKFA détient en effet des actifs immobiliers et commerciaux qui hébergeront les sept magasins Carrefour à Tachkent.

AKFA Group est également en première ligne sur le projet d’infrastructure majeur qu’est Tashkent City, un projet immobilier d’envergure dans le centre de la capitale ouzbèke, dont la première partie vient d’être inaugurée par le président ouzbek. Selon une source proche des discussions entre AKFA et Carrefour, un magasin pourrait bien ouvrir sur le territoire de Tashkent City, même si les sites existants seraient privilégiés.

Lire aussi sur Novastan : Derrière les destructions d’habitations en Ouzbékistan, le difficile contrôle des élites locales

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Tashkent City, évalué à près d’1,3 milliard de dollars (1,17 milliard d’euros), est en train de faire naître un centre d’affaires accompagné de logements et d’hôtels. Véritable carte de visite future de la capitale, le projet a été lancé par Djakhongir Artykkodjaïev, en tant que maire de la ville, à travers AKFA Dream World, une compagnie qui détient plusieurs lots majeurs du projet. Une situation décrite comme un potentiel conflit d’intérêts dans cette affaire par le média d’investigation Open Democracy. Cependant, le maire de la capitale ouzbèke a nié avoir encore des liens et des intérêts dans les compagnies qu’il a créées, malgré le fait qu’il en soit encore le principal actionnaire.

Etienne Combier
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Carrefour va ouvrir 7 magasins d’ici 2021 à Tachkent, la capitale ouzbèke (photo d’illustration).
Majid Al Futtaim
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *