Vladimir Poutine Chavkat Mirzioïev Moscou Avril

Chavkat Mirzioïev à Moscou pour renforcer la coopération avec le « grand frère » russe

Le président ouzbek s’est rendu pour la première fois en Russie. Une visite officielle attendue des deux côtés et marquée par près de 16 milliards de dollars en contrats.

Le 5 avril dernier, le président ouzbek, Chavkat Mirzioïev, s’est rendu à Moscou en visite officielle. Ce nouveau déplacement à l’étranger du leader du pays le plus peuplé d’Asie centrale fait suite à deux rencontres récentes avec ses homologues turkmène et kazakh. L’arrivée du chef de l’État ouzbek était attendue, au vu de l’importance de la coopération entre l’Ouzbékistan et l’ancien « grand frère » de l’ex-URSS.

Au cours de sa visite, Chavkat Mirzioïev a rencontré le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, et son homologue, Vladimir Poutine. Il s’agit de sa première visite en Russie.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : « Chavkat Mirzioïev nous réserve encore bien des surprises »

Le président ouzbek en a profité pour participer à l’ouverture de l’exposition « Trésors de Noukous » organisée au Musée Pouchkine de Moscou. Cette exposition était la toute première hors de l’Ouzbékistan pour le musée Savitsky de Noukous, une ville du Karakalpakstan, région autonome du pays.

Incident diplomatique ?

Deux jours avant la visite du leader ouzbek à Moscou, un attentat a frappé Saint-Pétersbourg, la deuxième ville de Russie. Vladimir Poutine, présent sur place, s’est immédiatement rendu à proximité du lieu du drame pour rendre hommage aux victimes. En attendant les conclusions de l’enquête visant à déterminer la responsabilité de cette attaque, la Russie est en deuil et profondément secouée.

Lire aussi sur Novastan : Trois questions sur l’attaque terroriste de Saint-Pétersbourg

Cette situation explique-t-elle pour autant l’accueil réservé à Chavkat Mirzioïev lors de son arrivée à l’aéroport de Moscou ? En effet, en vertu du protocole en vigueur en Russie, le président – ou, à la rigueur, son Premier ministre – est supposé accueillir un chef d’État étranger lors de son arrivée à l’aéroport.

Chavkat Mirzioïev, lui, a été accueilli par le ministre du Développement économique, Maksim Orechkine, homme inconnu pour de nombreux Ouzbeks, « sans costume et sans cravate »,  selon les mots d’Akhmed Rahmanov rejoint par l’expert Alexander Knyazev. Les deux observateurs soulignent ici le risque d’incident diplomatique lié à cette entorse au protocole.

Rencontres au plus haut niveau

Au-delà de ce détail de protocole, le président ouzbek s’est entretenu au plus haut niveau avec les chefs de l’exécutif russe. Il a ainsi rencontré son homologue russe, Vladimir Poutine. Les deux hommes ont abordé les questions relatives à la coopération bilatérale ainsi que les enjeux régionaux et internationaux.

La situation de l’Afghanistan s’est notamment trouvée au centre de ces discussions : le président ouzbek a ainsi affirmé que son pays soutiendrait la position de la Russie vis-à-vis de la résolution de la crise afghane. Une conférence sera organisée sur ce sujet à Moscou le 14 avril prochain. Chavkat Mirzioïev a assuré que des représentants des départements ouzbeks concernés en seront parties prenantes. Il a insisté sur l’importance du partenariat stratégique entre Tachkent et Moscou.

Lire aussi sur Novastan : Les enjeux de l’Afghanistan pour l’Asie centrale

Mirzioïev Medvedev Moscou Chavkat Dmitri

Le président ouzbek s’est également entretenu avec le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev. Ce dernier a souligné que « l’Ouzbékistan est un des partenaires les plus fiables de la Russie ». Chavkat Mirzioïev a, lui, affirmé que sa visite ouvrait une nouvelle page dans le renforcement de la coopération russo-ouzbèke. Il a insisté sur le fait qu’il était nécessaire d’unir les efforts des deux pays pour lutter efficacement contre le terrorisme, présentant également ses condoléances au chef du gouvernement russe après l’attentat qui a frappé Saint-Pétersbourg le 3 avril 2017.

Lire aussi sur Novastan : Terrorisme en Asie centrale : un expert kirghiz décrypte la situation

Renforcer la coopération dans tous les domaines

Le développement de la coopération bilatérale a été au cœur des discussions entre le président ouzbek et son homologue russe. Les deux hommes ont exprimé leur attachement à développer un renforcement de cette collaboration dans les domaines politique, commercial, financier, aussi bien que dans les domaines technique, scientifique et culturel. Au final, ce sont près de 50 documents et une déclaration conjointe qui ont été signés par les leaders des deux pays.

Par ailleurs, en préparation de la visite de Chavkat Mirzioïev, des représentants russes et ouzbeks se sont rencontrés le 3 avril dernier à l’ambassade d’Ouzbékistan à Moscou. 16 accords bilatéraux ont été signés, parmi lesquels de nombreux contrats relatifs à la coopération économique, commerciale et financière pour un montant s’élevant à plus de 3,5 milliards de dollars. Avec la visite du président ouzbek, cette somme devrait atteindre les 16 milliards de dollars, en vertu de l’ensemble des documents signés par les deux chefs d’États : des accords qui concernent aussi bien les échanges commerciaux que des projets d’investissements dans différents domaines, notamment énergétiques.

Mais c’est surtout sur les questions de sécurité que l’accent a été mis. Le 5 avril, Vladimir Poutine a rencontré les chefs de délégations de la Communauté des États indépendants (CEI) composées des représentants des services de sécurité et de contre-espionnage des différents pays. Le chef du service de la sécurité nationale ouzbek en personne, Roustam Inoyatov, était présent lors de cette rencontre. Signe de l’importance accordée par les autorités ouzbèkes à la lutte contre le terrorisme, alors que le pays comprend parmi ses nationaux de nombreux candidats au djihad.

Rencontre Kremlin Président Ouzbékistan Russie

Enfin, symbole de relations bilatérales renouvelées, la compagnie aérienne russe Aeroflot va reprendre ses vols entre Moscou et Samarcande suite à un accord signé en ce sens par Vladimir Poutine et Chavkat Mirzioïev. « Nous avons accepté la proposition de nos collègues russes de mettre en place des vols supplémentaires vers Samarcande par le biais de la compagnie Aeroflot. Je suis certain que cela permettra d’augmenter le nombre de touristes russes souhaitant visiter notre pays. Voilà une question qui n’avait pas été résolue pendant longtemps. C’est maintenant chose faite. », a déclaré le président ouzbek avec enthousiasme.

Lire aussi sur Novastan : L’Etat Islamique en Asie centrale : un mythe ?

Un « paternalisme russe » dépassé ?

Au cours des trois derniers mois, les échanges commerciaux entre la Russie et l’Ouzbékistan ont augmenté de 260%. Ils devraient atteindre 5 milliards de dollars à la fin de l’année 2017. Pour autant, Tachkent ne semble pas prêt à faire évoluer le cadre de la coopération vers une adhésion de l’Ouzbékistan à l’Union économique eurasiatique (UEE).

La déclaration conjointe signée par Chavkat Mirzioïev et Vladimir Poutine ne mentionne même pas la possibilité pour l’Ouzbékistan de rejoindre cet espace économique intégré et reste très évasive sur le sujet, soulignant simplement la volonté des deux pays de renforcer la coopération « en exploitant au mieux le potentiel d’autres structures régionales et internationales ». Selon Gazeta.ru, l’Ouzbékistan n’est pas prêt à accepter les contraintes qu’impliquerait l’adhésion à cette union douanière : les membres de la délégation ouzbèke présents à Moscou ont d’ailleurs refusé de s’exprimer sur le sujet.

Contacté par Novastan, l’expert ouzbek Rafael Sattarov souligne que cette première visite officielle du nouveau leader ouzbek à Moscou a montré à la fois la volonté de l’Ouzbékistan de développer la coopération dans tous les domaines, mais aussi que la Russie n’était pas prête à changer ses habitudes concernant ses relations avec les pays d’Asie centrale, selon le principe stipulant que « sans nous, ils n’iront nulle part ».

Lire aussi sur Novastan : Une affaire d’ingérences : la Russie et la Chine contre toute influence externe en Asie centrale

Pour Rafael Sattarov, l’ouverture de discussions avec le leadership russe sur la question des travailleurs migrants ouzbeks présents en nombre en Russie est une bonne nouvelle. Fortement vulnérables face aux récentes crises qui ont touché Moscou et aux sanctions prises contre le « grand frère » russe après le rattachement de l’Ukraine au territoire de la Fédération de Russie, les immigrés ouzbeks n’ont pas été oubliés par Chavkat Mirzioïev, qui a souligné sa volonté de coopérer plus étroitement avec Moscou sur les questions d’immigration économique. Une telle initiative aurait été impensable du temps de son prédécesseur, Islam Karimov.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : le nouveau président veut d’abord plaire à ses voisins

De façon générale, l’élection de Chavkat Mirzioïev à la tête de l’Ouzbékistan en décembre 2016 a constitué un signal important pour la Russie. Considéré comme « pro-russe », le nouveau président n’a pourtant pas cherché à plaire d’abord à Moscou, mais a d’abord rendu visite à ses voisins centrasiatiques. Sa visite à Moscou constitue donc une nouvelle étape pour Tachkent, partagé entre sa volonté de devenir un leader régional en Asie centrale et sa dépendance au « grand frère » russe sans lequel rien ne semble possible.

Jérémy Lonjon

Rédacteur en chef de Novastan

Vladimir Poutine et Chavkat Mirzioïev à Moscou le 5 avril 2017
Kremlin.ru
Chavkat Mirzioïev et Dmitri Medvedev à Moscou le 5 avril 2017
Government.ru
Rencontre officielle au Kremlin entre les présidents ouzbek et russe le 5 avril 2017
Kremlin.ru
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *