Chavkat Mirzioïev

Chavkat Mirzioïev devient président (provisoire) d’Ouzbékistan

La transition politique suite à la mort du premier président de l’Ouzbékistan indépendant, Islam Karimov, a été vraisemblablement bouclée ce jeudi 8 septembre 2016. Les deux chambres du parlement ouzbek réunies ont « pris la décision commune » de nommer le Chavkat Mirzioïev président provisoire de la République Ouzbeke, a annoncé par un communiqué l’agence gouvernementale UzA.

Un troisième président en moins d’une semaine

Depuis l’annonce de la mort d’Islam Karimov, le 2 septembre, et en l’absence de communiqué officiel, c’était le président du Sénat, Nigmatulla Youldachev, qui occupait le poste de président provisoire, conformément à l’article 96 de la constitution de la République ouzbèke. Suivant ainsi l’ordre constitutionnel lors de la transition du pouvoir présidentiel, ce qui était jusqu’alors sans précédent en Asie centrale post-soviétique. Constitutionnellement il n’aura été président (très provisoire donc) pendant moins de 7 jours.

Lire à ce sujet sur Novastan : Le président provisoire de l’Ouzbékistan est Nigmatulla Youldachev

C’est Nigmatulla Youldachev qui a lui même proposé au deux chambres du parlement réunies de transférer les pouvoirs de président provisoire au premier ministre Chavkat Mirzioïev comme rapporté par le communiqué gouvernemental publié par l’agence UzA :

« N. Youldachev a adressé (aux deux chambres réunies) la proposition de provisoirement conférer les pouvoirs et obligations de président de la République d’Ouzbékistan au premier ministre de la République d’Ouzbékistan C. Mirzioïev (…) »

Youldachev président provisoire théorique ?

Pendant les 7 jours de la présidence provisoire de Nigmatulla Youldachev, son nom n’a pas officiellement été associé à celui de président provisoire dans un communiqué officiel du gouvernement ouzbek. En effet, seul un communiqué sur la commission d’organisation de l’enterrement (publié le 2 septembre par l’agence UzA) présidé par le premier ministre, mentionne le nom de Nigmatulla Youldachev après le décès d’Islam Karimov non comme président provisoire, mais comme président du Sénat, et premier remplaçant du président de la commission.

Même le communiqué annonçant que Mirzioïev est nommé président provisoire sur la proposition même de Youldachev ne mentionne pas qu’il ait été président provisoire.

C’est l’agence russe Interfax, citant le service de presse du parlement ouzbek, qui a donné l’interprétation de cette non-mention de Youldachev comme président provisoire : il aurait choisit lui-même de « rejeter » (« vzial samootvod » en russe) ces fonctions. Ce point est un angle mort de l’article 96 de la constitution ouzbèke, qui mentionne seulement que si le président est incapable de remplir ses fonctions c’est le président du sénat qui rempli ses fonctions en attendant l’organisation d’élections dans les 3 mois qui suivent. Cependant il ne l’aurait fait officiellement que le 8 septembre, et aurait donc été théoriquement président depuis l’annonce par le gouvernement ouzbek le 2 septembre de la mort du président Karimov. Mais ceci n’est que de la théorie, non confirmé par les textes officiels du gouvernement ouzbek et encore moins par les faits.

Mirzioïev aux commandes depuis le début

Les pouvoirs importants conférés au président de la République ouzbèke par sa constitution ne semblent n’avoir jamais été entre les mains de Nigmatulla Youldachev.

Lire à ce sujet sur Novastan : Un enterrement, des présidents, des absents et des intrigues

Dès qu’à été annoncé que le président Karimov avait été hospitalisé le dimanche 28 août dernier, c’est un communiqué signé du « cabinet des ministres » – présidé par le premier ministre, Chavkat Mirzioïev, qui l’a annoncé. C’est également un communiqué signé du cabinet des ministres qui a annoncé la mort de Karimov. Puis c’est Mirzioïev qui a présidé la commission d’organisation de l’enterrement, recevant les différents chefs d’Etat et de Gouvernement ainsi que leurs hommages au nom de la République d’Ouzbékistan. Enfin, même après l’enterrement lorsque le président russe est venu rendre hommage à Karimov, c’est Mirzioïev qui l’a reçu et annoncé l’importance des relations avec la Russie au nom de l’Ouzbékistan.

Même si Mirzioïev n’est que président provisoire, il apparaît désormais clair qu’il sera le nouveau président de l’Ouzbékistan après les élections qu’il doit organiser dans les trois mois à venir, dans un système de pouvoir qui sera identique à celui construit par Islam Karimov pendant les 25 dernières années.

Alors que beaucoup d’analystes pointaient le risque de conflit au sein de l’élite ouzbèke dans un régime où tout tournait autour de Karimov, le déroulement maitrisé de bout en bout de cette transition, démontre l’unité de l’élite ouzbèke, démontrée notamment lors de l’enterrement. La question qui se pose maintenant est quel sera le nouveau style et direction donnée par Mirzioïev au pays clef de la région.

La Rédaction
 

Chavkat Mirzioïev
Kremlin.ru
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *