Alicher Ousmanov Oligarque Ouzbékistan Russie

Comment Alicher Ousmanov investit des millions de dollars en Ouzbékistan

Dans une interview à la chaîne de télévision « Ouzbékistan 24 », l’homme d’affaires et mécène russe Alicher Ousmanov a décrit comment il aidait à relancer l’industrie. Cet oligarque d’origine ouzbèke, l’un des plus riches en Russie, investit aussi dans la culture, le sport et l’enseignement.

Novastan reprend et traduit ici un article initialement publié par Spot.uz.

Le riche homme d’affaire russe d’origine ouzbèke, Alicher Ousmanov prend une part active dans la réalisation de plusieurs projets importants dans les domaines de l’économie, de la culture, de l’enseignement et du sport. C’est ce qu’a affirmé l’émission «  Se sentir concerné » de la chaîne de télévision « Ozbekiston 24″ (« Ouzbékistan 24 »)  le 21 août dernier.

L’un des premiers investissements de l’homme d’affaires a été réalisé dans la métallurgie. Jusqu’à maintenant en Ouzbékistan, le domaine de la métallurgie était sous le contrôle d’une entreprise unique de la sidérurgie. Ces dernières années, le complexe métallurgique se trouvait très largement en stagnation. S’il est vrai que la production se poursuivait, c’était sans un développement visible. En septembre 2017, une entreprise étrangère – SFI Management Group – ayant une forte expérience dans la création et le développement de l’industrie métallurgique au niveau mondial, a été sollicitée pour la gestion du complexe métallurgique ouzbek. La collaboration d’Alicher Ousmanov aurait été décisive pour attirer l’intérêt de SFI Management Group. Créée en janvier 2017, l’entreprise se spécialise dans la mise en place des normes internationales, dans la gestion de la production, du commerce extérieur et des investissements.

Lire aussi sur Novastan : Un nouvel espoir pour l’Ouzbékistan ?

Désormais, l’usine reçoit du fer briqueté à chaud pour une somme de 46 millions de dollars (40 millions d’euros), ainsi que de la matière de moulage pour plus de 27 millions de dollars (23 millions d’euros). Deux matériaux indispensables pour le bon fonctionnement du complexe.

Des réformes profondes

Grâce à l’investissement supplémentaire de 50 millions de dollars (43 millions d’euros), SFI Management Group a réussi dans des délais assez brefs à obtenir l’augmentation des salaires, la suppression du travail non déclaré, le recrutement de spécialistes étrangers et la mise en place de méthodes innovantes dans la direction et la gestion financière de l’entreprise, rapporte Spot.uz.

En 2018, plus d’un million de tonnes de produits métalliques profilés devraient être fabriqués grâce à ces réformes et à la réorganisation des entreprises débutées l’an dernier. Par ailleurs, le combinat a produit en 7 mois 635 000 tonnes de produits métalliques profilés, soit 87 % du volume de toute la production de l’année dernière. Entre 2017 et 2018, la production a été multipliée par 3,5 et les bénéfices par 3,3. « Nous avons eu beaucoup de difficultés ces dernières années, l’usine était au bord de la faillite. La nouvelle direction est arrivée avec de nouveaux objectifs et de nouvelles idées. Alicher Ousmanov est derrière ce changement. Il n’a peur ni des efforts, ni de dépenser les moyens nécessaires pour le développement du pays », assure un des collaborateurs du complexe industriel.

Objectif : augmenter la production

Selon Ouzbékistan 24, la nouvelle chaîne de télévision en continu publique, l’appétit d’Alicher Ousmanov pour l’industrie ne s’arrête pas là.

L’un des obstacles durant ces dernières années en Ouzbékistan était la collecte des métaux. Pour relancer le système, les dirigeants du pays ont dû prendre plusieurs décisions, comme celle d’annexer SARL « Ikklamchi qora metallar », le secteur de la sidérurgie secondaire (sidérurgie d’altération), au complexe « Uzmetkombinat », qui se trouve actuellement sous la gestion fiduciaire du SFI Management Group.

Alicher Ousmanov Oligarque Ouzbékistan Russie Ozbekiston 24 Interview

Par ailleurs, plus de 10 millions de dollars (8,6 millions d’euros) ont été attribués pour une modernisation de toutes les filiales du « Ikklamchi qora metallar ».

Le combinat d’extraction métallurgique d’Almalyk est également sous la gestion fiduciaire du SFI Management Group. Afin d’augmenter la production, les meilleurs spécialistes du monde ont été invités pour effectuer l’audit de l’entreprise.

Des chiffres records

Une équipe composée d’experts en métallurgie, de scientifiques, d’ouvriers dans l’extraction des métaux précieux a été réunie sous la direction d’Alicher Ousmanaov. Les membres de cette équipe ont élaboré le programme de la modernisation du combinat d’Almalyk. Ils prévoient ainsi la mise en place de meilleures méthodes d’extraction et de travail des métaux précieux. Selon les premières données, l’investissement dans le combinat a atteint 300 millions de dollars (259 millions d’euros), ce qui augmentera la production et la fera passer de 109 000 tonnes à 140 000 tonnes de cuivre ; de 78 000 tonnes à 120 000 tonnes de zinc ; de 845 000 tonnes à 1,6 millions de tonnes d’acide sulfurique.

Au final, cet investissement devrait permettre d’augmenter d’1,3 fois l’extraction et le traitement des métaux précieux. Le bénéfice de la vente augmentera d’1,5 fois et dépassera 12 trillions de soums (1,2 milliard d’euros) ; les recettes augmenteront d’1,4 fois, ce qui représente 5 trillions de soums (536 millions d’euros). Et enfin, le bénéfice net augmentera d’1,4 fois ce qui fera 1,6 trillion de soums (168 millions d’euros).

En ce qui concerne le développement des gisements, sept projets sont en cours dont « Yoshlik1 » (avec 23 millions de tonnes de minerai cuprifère) et « Yoshlik 2 » (2 millions de tonnes).

Lire aussi sur Novastan : Les personnes les plus influentes en Asie centrale

L’usine métallurgique de Tachkent se trouve également sous le patronage d’Alicher Ousmanov. Sur ce site, la production de 500 000 tonnes d’acier laminé à froid est planifiée. Ce projet reste, dans son domaine, l’un des projets les plus importants de cette dernière décennie sur tout le territoire de la Communauté des Etats Indépendants (CEI). Sa construction a commencé en 2017 et doit être achevée en 2019 pour le coût total est de 286,7 millions d’euros, dont 206,6 millions d’investissements étrangers. Les 80% de la production seront destinés au marché interne et les 20 % restants iront à l’export.

Un mécène du sport et de la culture

Au-delà de l’industrie, Alicher Ousmanov travaille parallèlement sur le développement d’autres domaines comme la culture, l’éducation, et le sport. Parmi eux, la création et la restauration du Centre international de recherche d’Imam Al Boukhari, dans la région de Samarcande, dans l’ouest du pays. L’entrepreneur y a investi 19 millions de dollars (16 millions d’euros). En outre, en 2018 la fondation caritative d’Alicher Ousmanov a donné 68 millions de dollars (58 millions d’euros) pour la construction et l’équipement du Centre de la civilisation islamique. Plus de 13 millions de dollars (11 millions d’euros) ont également été investis dans les chantiers de restauration à Boukhara, dans l’ouest du pays.

Tachkent Ouzbékistan Pakhtakor Alicher Ousmanov

Au total, l’oligarque russe a accordé la somme de 100 millions de dollars (86 millions d’euros) pour la restauration et la construction de différents sites dans les régions de Tachkent, de Samarcande et de Boukhara…. sans oublier que le mécène a pris sous sa tutelle le club de football des Pakhtakor de Tachkent, dont 80% des capitaux statutaires appartiennent à SFI Management Group. Là aussi plus de 100 millions de dollars (86 millions d’euros) ont été investis pour la construction du nouveau stade correspondant aux normes de la FIFA et remplaçant l’ancien. La somme des investissements dans le club s’élève à 20 millions de dollars (17 millions d’euros). Tout a changé avec l’arrivée d’une équipe d’entraîneurs étrangers, le management et sa philosophie.

Fier d’être ouzbek

Les mots d’Alicher Ousmanov sont venus conclure cette émission, l’homme d’affaires affirmant qu’il est prêt à tout pour être utile à son pays d’origine, l’Ouzbékistan. «  Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, je suis fier d’être ouzbek, je suis fier de ma patrie, je suis prêt à faire tout, pour me rendre utile pour l’Ouzbékistan et pour ses dirigeants », a-t-il affirmé.

Lire aussi sur Novastan : Vers un « capitalisme sauvage » en Ouzbékistan ?

Par ailleurs, on a appris que le groupe SFI Management Group a obtenu pour la gestion fiduciaire les actifs de deux compagnies ouzbèkes : 84% d’actifs d’ « Ourtachirchikparranda », et 74 % d’actifs d’« Ouzkhimfarm ».

Traduit du russe par Sevara Abdullaeva

Edité par Nicolas Ropert

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan

Alicher Ousmanov est l’un des oligarques les plus riches de Russie. D’origine ouzbèke, il n’a semble-t-il pas oublié son pays.
kremlin.ru
L’oligarque Alicher Ousmanov s’est exprimé longuement à la télévision.
Capture d'écran Ozbekiston 24
Le nouveau stade des Pakhtakor de Tachkent a été financé en partie par Alicher Ousmanov
Capture d'écran Ozbekiston 24
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *