crise économique ouzbékistan coronavirus réponse

Coronavirus : l’Ouzbékistan débloque près d’un milliard d’euros pour soutenir son économie

Pour lutter contre la crise économique déclenchée par l’épidémie mondiale de coronavirus, l’Ouzbékistan, comme la plupart des pays émergents, s’engage sur le chemin de l’endettement massif à coup de milliards de dollars pour maintenir à flots son économie, tout en naviguant à vue.

Les temps sont rudes pour l’économie en ces temps de coronavirus. En prévision de l’impact sur les sources de revenus en Ouzbékistan, le président ouzbek Chavkat Mirzioïev a annoncé le 19 mars dernier le lancement d’un fonds anti-crise de 10 000 milliards de soums (environ 950 millions d’euros), qui sera géré par le ministère des Finances ouzbek.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Le fonds visera principalement à soutenir l’activité des entreprises et banques, directement touchées par l’absence de revenus du fait du confinement, et ainsi soutenir leur trésorerie, notamment à travers des prêts. Ce type de soutien est typique des réponses immédiates à la crise économique qui suit la crise sanitaire déclenchée par l’épidémie de coronavirus. Ces plans ont notamment été lancés par les pays ayant eu à faire face à des mesures de confinement, de l’Asie à l’Amérique en passant par l’Europe.

Le second objectif de ce fonds, davantage tourné vers la relance de l’économie, est de financer des projets d’infrastructures supplémentaires dans les régions, notamment par la construction de services publics. Cela s’ajoutera à l’ambitieux plan de développement des infrastructures lancé officieusement depuis l’arrivée au pouvoir du président actuel en 2016. Ceci n’est pas surprenant étant donné le besoin d’infrastructures en Ouzbékistan, qui a très peu investi durant les 25 années suivant son indépendance.

Un milliard d’euros de manque à gagner

Malgré son importance sur le papier, le montant de ce fonds peut sembler modeste. De fait, selon le média ouzbek spécialisé dans l’économie Spot.uz, l’Ouzbékistan pourrait perdre environ 1 milliard d’euros de revenus en 2020 : baisse des prix des matières premières, problèmes liées à la dévalorisation du soum vis-à-vis du dollar et désastre touristique. Ces estimations, annoncées le 19 mars, continuent pour autant de prévoir une croissance de 1,8 % en 2020. Il est encore tôt pour calculer l’ampleur de la crise économique mondiale et son impact sur l’économie ouzbèke, qui pourrait être encore plus sévère.

En parallèle, un second volet de réponse économique à cette crise est l’incitation fiscale et la réduction des taxes. Les taux d’imposition pour l’irrigation des terres agricoles sont réduits en 2020 de 50 %, ce qui permettra d’aider les agriculteurs. Les paiements de nombre de taxes sont repoussés et toute amende sera annulée.

Comment assurer l’application de ces mesures en Ouzbékistan : un problème

Au-delà d’un montant qui risque d’être trop petit pour faire face à une crise d’une ampleur inédite, le média ouzbek Kun.uz souligne le problème de l’application des mesures de ce fonds. Comment s’assurer que cet argent se rende bien dans les poches des petites et moyennes entreprises qui sont les premières impactées ?

Comment faire pour que les banques, d’ordinaire le moyen de financer ces petites et moyennes entreprises, distribuent bien cet argent en prêt de façon urgente alors que les conditions du marché sont totalement instables et peuvent mettre à risque l’ensemble du système bancaire du pays si ces prêts venaient à ne pas être remboursés ? Comme dans le reste du monde, ce n’est certainement que le début des mesures d’aides et d’injection de liquidités dans l’économie par l’État.

Le résultat de la crise économique due à l’épidémie en Ouzbékistan : une future crise de la dette

L’État ouzbek va ainsi s’endetter pour maintenir à flots ses entreprises et banques en poussant la dépense publique et en réduisant ses revenus par la réduction des taxes. De plus, l’endettement supplémentaire de l’État ouzbek se fera dans des conditions d’un marché dégradé, donc à un prix plus élevé qu’avant la crise. L’Ouzbékistan va probablement massivement faire appel aux banques de développement, comme la Banque mondiale ou la Banque asiatique de développement, qui ont déjà mis en place des solutions de financement pour subvenir à l’urgence de financement de nombreux pays émergents. Cependant, le prix de cet argent reflète à peu près ceux du marché, ce qui risque de créer assez rapidement une situation de surendettement de l’État ouzbek.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan bientôt dans le piège de l’endettement ?

Or, depuis 2015, le pays s’endette rapidement et à presque doublé sa dette extérieure (publique et privée), passant de 12 milliards de dollars en 2015 à 25 milliards de dollars en 2019, selon les derniers chiffres. Cela représente autour de 22 % du Produit intérieur brut (PIB) actuel du pays. L’objectif était avant la crise de ne pas dépasser les 40 % du PIB d’endettement extérieur.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Aujourd’hui, l’Ouzbékistan reste donc dans une meilleure position grâce à l’héritage ultraconservateur fiscalement parlant du président précédent, Islam Karimov, pour affronter cette nouvelle crise économique qui résultera en un endettement massif des pays émergents.

La rédaction

Corrigé par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

La réponse à la crise économique due à l’épidémie de coronavirus en Ouzbékistan reste encore de petite taille et très peu détaillée.
Novastan
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *