Elections présidentielles ouzbèkes : Chavkat Mirzioïev élu à 88,61% des suffrages

Le scrutin présidentiel s’est déroulé dimanche 4 décembre sans incidents et avec un taux de participation très élevé. Chavkat Mirzioïev, président provisoire depuis la mort d’Islam Karimov, a été largement élu. Une nouvelle page de la transition s’ouvre dans le plus pays le plus peuplé d’Asie centrale.

Les Ouzbeks se sont massivement rendus aux urnes ce dimanche 4 décembre : le taux de participation a été de 87.83% soit près de 18 millions de personnes. Pour valider une élection, la Constitution de la République d’Ouzbékistan requiert un taux de participation de 33% des électeurs, un taux dépassé dès 11h.

Sans surprises, il n’y aura pas de second tour. Selon les résultats annoncés le 5 décembre à 16h (heure locale), Chavkat Mirzioïev a été élu à un majorité écrasante de 88,61% des voix, dépassant largement le seuil des 50% nécessaire à son élection. Les trois autres candidats, Nariman Umarov, Sarvar Otamouratov et Khatmajon Ketmonov ont obtenus respectivement 3,46%, 2,35% et 3,73%  des suffrages.

Un bureau de vote à Tachkent, Ouzbékistan.

Président provisoire depuis le mois de septembre, Mirzioïev est désormais officiellement le second président de l’Histoire de la jeune république d’Ouzbékistan. Celle-ci n’avait connu comme chef de l’Etat depuis son indépendance en 1991 qu’Islam Karimov, décédé le 2 septembre 2016.

Lire aussi sur Novastan; Qui est le nouveau président de l’Ouzbékistan?

Son élection referme la page de trois mois de transition qui ont surtout servi à faire connaître Mirizoïev du public ouzbek ainsi que sur la scène internationale. Une nouvelle page de la transition post-Karimov s’ouvre désormais : celle des choix concrets et des orientations nouvelles du président Mirzioïev.

Lire aussi sur Novastan : Elections présidentielles ouzbèkes : retour sur 3 mois de transition

La rédaction

Le président provisoire Chavkat Mirzioïev dépose son scrutin
Service de presse présidentiel
Un bureau de vote à Tachkent, Ouzbékistan.
Dana Oparina
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *