Ouzbékistan Football Loups Equipe

Football : l’Ouzbékistan, à deux pas de la Coupe du monde 2018 ?

Partager avec

L’Ouzbékistan n’a jamais participé à une Coupe du monde de sa jeune histoire. Mais avec 3 matchs gagnés, les supporters ouzbeks se prennent à espérer que 2018 et la Russie soient la première qu’ils ont tant rêvé.

Le 29 mars dernier, le site d’informations Sovsport, un des sites sportifs russes les plus en vue, a évalué la chance de qualification des pays post-soviétiques pour la Coupe du monde 2018. Parmi les pays d’Asie centrale, le constat est sans appel : seul l’Ouzbékistan peut se qualifier à la Coupe du monde 2018.

L’explication est simple : le reste des pays centrasiatiques, à savoir le Kirghizstan, le Tadjikistan et le Turkménistan n’ont pas dépassé la deuxième phase éliminatoire. Quant au Kazakhstan, il participe depuis 2002 sous l’égide de l’UEFA et se retrouve aujourd’hui dernier de son groupe. « Les Loups » d’Ouzbékistan peuvent-ils, ou non, se qualifier pour la Russie ?

L’Ouzbékistan a son destin en main

Plusieurs raisons donnent à penser que l’Ouzbékistan peut le faire. Tout d’abord, l’équipe a le contrôle sur son destin. Trois matches, trois victoires… Cela permet de se qualifier directement à la Coupe du monde 2018. Mais trois matchs restent à venir, dont deux contre ses opposants directs à la qualification, l’Iran et la Corée du Sud. Qui plus est, grâce à ces récents résultats, l’Ouzbékistan pointe à la 60ème place du classement FIFA, devant la Russie, 61ème.

Le dernier, face à la Chine, pourrait également être un piège, alors que l’Empire du milieu est en train de révolutionner sa pratique du football. Dorénavant, l’Ouzbékistan n’a pas le droit à l’erreur.

Des supporters ultra-motivés

De plus, l’équipe ouzbèke peut compter sur un public à bloc. Les Ouzbeks attendent une qualification depuis des décennies. Après la défaite inattendue face à la Syrie (1-0) le 1er septembre dernier, les supporters ouzbeks ont demandé la démission du coach.

Les mordus ouzbeks ont exprimé leurs sentiments après la défaite avec la manière, lançant le hashtag #babayanout, du nom du sélectionneur ouzbek, Samvel Babayan.

Après la défaite contre la Syrie, les spectateurs du foot ont critiqué le niveau de la sélection. La Syrie n’est pas une équipe forte et stable comme l’Iran ou la Corée du Sud. Malgré tout, la Syrie a fait match nul contre la Corée du Sud tandis que cette dernière a également perdu un match face à la Chine. Un alignement des constellations qui a permis à l’Ouzbékistan de devenir deuxième de son groupe.

Les fervents du football veulent voir cette qualification ardemment. Malheureusement, seuls 11 joueurs décident sur la pelouse. Jusqu’à aujourd’hui, l’Ouzbékistan n’a remporté que les Jeux asiatiques de 1994, son seul titre de son histoire footballistique, toutes compétitions confondues.

Mais…l’équipe est en petite forme

Mais si l’Ouzbékistan a son destin en main et un public en fusion, elle pourrait tomber de haut. D’abord à cause de la forme sportive et le niveau des joueurs de l’équipe nationale.

Après la victoire face au Qatar, le technicien de l’Ouzbékistan a avoué qu’il y a des problèmes en équipe A. Certains joueurs clés de la sélection ne sont pas dans leur forme optimale.

Les statistiques sont contre les Ouzbeks

De plus, la sélection ouzbèke n’a pas les statistiques pour elle et ne semble pas décisive et agressive contre les équipes fortes. Sur ses 14 confrontations contre la Corée du Sud, toutes compétitions confondues, l’Ouzbékistan n’a remporté qu’un match, en a perdu dix et a fait trois fois match nul.

L’unique victoire ouzbèke a eu lieu en 1994, en demi-finale des Jeux asiatiques, sur le score de 1-0. Dans les tournois sous l’égide de FIFA, l’Ouzbékistan n’a jamais gagné contre les Sud-Coréens.

Ouzbékistan supporters Football

Les supporters ouzbeks sont à fond derrière leur équipe.

Face à l’Iran, les statistiques ne sont également pas en faveurs des Ouzbeks. Sur neufs confrontations, les Iraniens l’ont emporté cinq fois, contre une victoire ouzbèke et trois matchs nuls.

Un chemin semé d’embûches

Si l’on en croit les statistiques, la sélection nationale ouzbèke n’a que peu de chance de l’emporter contre l’Iran et la Corée du Sud. Si ce scénario va à son terme, l’Ouzbékistan pourrait terminer à la troisième place, ce qui lui permettrait de jouer deux matchs (aller – retour) dans le cadre du 4e tour contre l’Australie ou l’Arabie saoudite.

En cas de confrontation contre l’Australie, les chances ouzbèkes sont encore plus faibles. Même en cas de victoire, l’Ouzbékistan devra affronter une équipe américaine (CONCACAF), qui pourrait être les Etats-Unis, le Honduras ou le Panama. Soyons réalistes : dans cette configuration, les Ouzbeks n’auront pas beaucoup de chances. Un scénario qui ressemblerait à celui de la Coupe du monde 2014, où l’Ouzbékistan avait été éliminé par la Jordanie aux penaltys.

Le grand espoir de la Coupe 2026

Mais que l’Ouzbékistan se rassure : s’il n’y a pas de qualification pour 2018, 2026 pourrait être la grande première. De fait, à partir de cette édition, la Coupe du monde regroupera 48 sélections nationales, contre 32 aujourd’hui. Ce changement de format, voulu par le nouveau président de la Fédération internationale de football, Gianni Infantino, a été voté à l’unanimité le 10 janvier dernier.

Avec ce nouveau format, l’Asie obtiendra 8,5 places, contre 4,5 aujourd’hui. L’Ouzbékistan, officiellement sixième meilleure équipe en Asian Football Cup au 9 mars 2017, pourra réaliser le rêve éternel des supporters ouzbeks.

Sardor Abduganiev

« Les Loups » d’Ouzbékistan ont gagné leurs 3 premiers matchs, mais tout reste à faire pour se qualifier pour la Russie.Nasya Bahfen
Les supporters ouzbeks sont à fond derrière leur équipe.Nasya Bahfen
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *