Human Rights Watch HRW Logo

Human Rights Watch félicite l’Ouzbékistan

Partager avec

L’ONG spécialisée dans la protection des droits de l’Homme a adressé ses encouragements au gouvernement de Chavkat Mirzioïev, estimant que le pays allait dans la bonne direction.

Human Rights Watch (HRW) félicitant l’Ouzbékistan : ces dix dernières années, ce type d’annonce était inenvisageable. C’est pourtant ce qui s’est produit le 5 septembre dernier à Tachkent, la capitale du pays. Lors d’un forum dédiés aux ONG, les représentants de HRW pour l’Ouzbékistan Hugh Williamson et Steve Swerdlow ont affirmé que leur organisation « félicitaient l’Ouzbékistan pour ses progrès » dans le domaine des droits de l’Homme.

« Ce qui est en train de se passer en Ouzbékistan est extrêmement important. On pourrait qualifier ce moment de moment d’espoir », a décrit Hugh Williamson, directeur Europe et Asie centrale pour HRW. De son côté, comme le note Gazeta.uz, le chercheur spécialisé sur l’Asie centrale Steve Swerdlow a remarqué des évolutions positives pour le développement des médias et la liberté d’expression.

« Nous resterons une voix indépendante »

Cependant, ces déclarations ne sont pas un blanc-seing de l’ONG envers le gouvernement de Chavkat Mirzioïev, arrivé au pouvoir en décembre 2016 après la mort d’Islam Karimov, le premier président ouzbek, en septembre 2016. « La clé pour le gouvernement ouzbek est de transformer ces étapes modestes en changements institutionnels et en améliorations durables », a nuancé Steve Swerdlow dans le communiqué de HRW.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan se dit prêt à coopérer avec l’ONU sur les droits de l’Homme

« Nous resterons une voix indépendante, parfois critique, mais une voix qui aidera toujours à rassembler une information fiable et qui fera des recommandations auprès du gouvernement ouzbek en relation à ses obligations prises pour les droits de l’Homme », a ajouté Steve Swerdlow.

S’inscrire sur la durée

Les deux membres de HRW se sont également félicités du retour de l’organisation dans le pays, 7 ans après son interdiction. Un signe d’ouverture fort du gouvernement ouzbek, qui a également signifié à la BBC qu’elle pouvait reprendre ses activités en langue ouzbèke. Le média n’a pas réouvert de bureau dans le pays mais a lancé une chaîne en langue ouzbèke depuis l’Afghanistan.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan actuel ne plairait pas à Islam Karimov

Avec sa première visite dans le pays depuis 2010, Human Rights Watch veut s’inscrire dans la durée. Avec les nombreux changements mis en place par Chavkat Mirzioïev, dont la libéralisation de la monnaie ouzbèke, le pays semble déterminé à aller de l’avant.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram !

L’ONG Human Rights Watch a été bannie du pays en 2010 avant de revenir en 2017.
Human Rights Watch
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *