Ayrault Kamilov Tachkent Rencontre

Jean-Marc Ayrault en Ouzbékistan : une séquence de rencontres bilatérales sans précédent

Partager avec

Jean-Marc Ayrault a visité l’Ouzbékistan pendant 24 heures le 15 avril, concluant une série diplomatique sans précédent dans les relations entre la France et l’Ouzbékistan.

Le ministre des affaires étrangères français est arrivé à Tachkent le vendredi 14 avril au soir sur le chemin du retour depuis la Chine. Le point central de la visite, comme l’annonce RFI,  est la poursuite des discussions pour vendre à l’Ouzbékistan des hélicoptères militaires Airbus. Mais cette visite conclue, pour le ministre français, une séquence inédite, par la fréquence des rencontres, entre les autorités françaises et ouzbèkes.

L’amorce d’une véritable coopération ?

Du 19 au 22 juillet 2016, Matthias Fekl, secrétaire d’État en charge du Commerce extérieur, s’était déjà rendu à Tachkent. Il avait coprésidé avec son homologue ouzbek une commission en charge des relations économiques entre les deux pays avant de se rendre à Samarcande dans le but de renforcer la coopération entre les territoires.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères ouzbek, Abdulaziz Kamilov, a fait le déplacement à Paris accompagné d’autres représentants des pays centrasiatiques le 29 mars 2017, célébrant ainsi les 25 ans des relations diplomatiques entre la France et son pays.

L’entretien d’Abdulaziz Kamilov avec Jean-Marc Ayrault s’était conclu par la signature d’un programme de coopération entre les deux ministères pour les années à venir. Il s’est également entretenu avec le directeur général de l’Agence française de Développement (AFD) et le directeur général du Medef International. La venue de représentants du Medef est d’ailleurs prévue pour le mois de juin 2017 en Ouzbékistan.

Lire aussi sur Novastan : Cinq représentants des pays centrasiatiques en visite à Paris

Il est également important de souligner la signature en décembre 2016 d’une convention de prêt d’un montant de 23,5 millions d’euros entre l’AFD et l’Ouzbékistan, suite à une autre rencontre le 8 décembre entre Jean-Marc Ayrault et Abdulaziz Kamilov.

Comme l’indique le communiqué du ministère des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, en plus de son homologue ouzbek, a rencontré Elyor Ganiev, ministre des relations économiques extérieures, et Viktor Makhmoudov, secrétaire du Conseil national de Sécurité de l’Ouzbékistan.

Le terrorisme comme lutte partagée

Cette dernière rencontre souligne l’importance accordée par la France à la lutte contre le terrorisme, tout particulièrement après les récents attentats perpétrés à Saint-Pétersbourg et à Stockholm, attentats dans lesquels des ressortissants ouzbeks seraient impliqués.

Délégation France Ouzbékistan Entretien

Les délégations française et ouzbèke se sont entretenues à Tachkent le 15 avril.

Jean-Marc Ayrault n’a pas caché la volonté de la France de combattre en coopération avec l’Ouzbékistan les groupes djihadistes présents sur les territoires des deux pays, « car nos deux pays ont certains jeunes qui sont influencés par de tels groupes et choisissent le djihad. »

Récemment, Tachkent a divulgué l’information selon laquelle Rakhmat Akilov, principal suspect dans l’attaque de Stockholm du 7 avril, avait rejoint le groupe Etat islamique après avoir quitté l’Ouzbékistan.

Dans le cadre de sa visite à Tachkent, le chef de la diplomatie française a également visité la mosquée Khazrat Imam de Tachkent, l’un des principaux ensembles de l’enseignement religieux en Ouzbékistan. On y trouve notamment un institut islamique chargé de formé les futurs imams du pays, symbole d’un islam modéré et encadré par l’État, ce qui suscite l’intérêt du gouvernement français souhaitant instaurer un islam de France.

Des relations parfois difficiles

Les relations bilatérales entre la France et l’Ouzbékistan n’ont pas toujours été simples. Ainsi, l’IFEAC, auparavant basé en Ouzbékistan, a été unilatéralement fermé par les autorités ouzbèkes il y a quelques années.

De même, il est difficile d’évaluer l’importance des échanges économiques entre Paris et Tachkent, du fait notamment du double taux de change appliqué en Ouzbékistan (officiel et officieux) qui permet de faire disparaître des statistiques officielles la réalité de certains échanges. Le nouveau président ouzbek, Chavkat Mirzioïev s’est engagé à mettre un terme à ce système qui place le pays en difficulté économique.

Lire aussi sur Novastan : « Chavkat Mirzioïev nous réserve encore bien des surprises. »

Les récentes rencontres fréquentes au plus haut niveau entre représentants français et ouzbeks se poursuivront-elles suite aux élections présidentielles et législatives françaises ? Si, économiquement, tout n’est pas réglé pour le moment, la question du terrorisme continue de rapprocher les pays occidentaux avec ceux de l’Asie centrale dans une volonté commune de le combattre.

La rédaction

Jean-Marc Ayrault et Abdulaziz Kamilov à Tachkent le 15 avrilMFA Uzbekistan
Les délégations française et ouzbèke se sont entretenues à Tachkent le 15 avril.MFA Uzbekistan
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *