hélicoptère vendu ouzbékistan france

La France pourrait vendre 34 hélicoptères Airbus à l’Ouzbékistan

Durant la visite de Jean-Baptiste Lemoyne en Ouzbékistan, l’achat de 34 hélicoptères Airbus a été évoqué. Le secrétaire d’Etat français a également annoncé d’autres potentiels contrats et des avancées dans les relations franco-ouzbèkes suite à la visite présidentielle ouzbèke à Paris en octobre 2018.

Le 17 avril dernier à Tachkent, Airbus a signé une lettre d’intention pour la fourniture de 34 hélicoptères à l’Ouzbékistan. C’est Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre français des Affaires européennes et étrangères, en visite à Tachkent, qui l’a annoncé lors d’un point de presse suite à son entrevue avec le Premier ministre ouzbek, Abdulla Aripov, selon le média ouzbek Gazeta.uz. Le secrétaire d’Etat effectuait là sa deuxième étape de sa tournée centrasiatique, débutée le 15 avril dernier au Turkménistan et qui l’a ensuite mené au Tadjikistan et au Kirghizstan.

Lire aussi sur Novastan : Tournée diplomatique et économique française en Asie centrale

« C’est un projet qui est déjà mis en œuvre depuis plusieurs années et nous parlons de le poursuivre », a déclaré le secrétaire d’Etat français. « Ce sont des hélicoptères qui contribuent à renforcer la souveraineté de l’Ouzbékistan et permettent également de doter les services de moyens de transport, par exemple pour les évacuations médicales.« 

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Plus spécifiquement, les hélicoptères sont des hélicoptères légers de modèle Écureuil, plutôt utilisés à des fins civiles, mais également militaires, notamment par les services de sécurité interne ou de sauvetage principalement.

Pas de prix, mais une « réduction satisfaisante » pour le Premier ministre ouzbek

Le prix de vente n’a pas été donné, mais Jean-Baptiste Lemoyne a déclaré que le Premier ministre ouzbek, Abdoulla Aripov lui avait dit être « satisfait de la réduction appliquée« . Le prix catalogue pour un hélicoptère Écureuil serait autour de 2,4 millions de dollars (2,13 millions d’euros). Le prix varie ensuite en fonction des caractéristiques et versions des modèles commandés et de la réduction opérée.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

A ce prix là, la commande ouzbèke auprès de l’avionneur européen tournerait autour de 80 millions de dollars (71,1 millions d’euros), mais le prix réel pourrait être probablement bien moindre, à la vue de la satisfaction exprimée du Premier ministre ouzbek.

Les discussions « sont en cours »

Contacté par Novastan, Airbus n’a cependant pas confirmé une quelconque signature d’un contrat. « Des discussions sont en cours avec l’Ouzbékistan pour la fourniture d’hélicoptères civils monomoteurs, mais nous n’avons pas plus de commentaires à partager à ce stade », affirme l’entreprise française.

La finalisation de ce contrat, discuté depuis longtemps entre les deux pays, est attendue depuis longtemps. Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre français, était passé en Ouzbékistan en avril 2017 et avait déjà tenté de finaliser la vente, sans succès. Des discussions avaient eu lieu à ce propos au plus haut niveau lors de la visite du président ouzbek Chavkat Mirzioïev en France en octobre 2018.

Lire aussi sur Novastan : Une visite en France « fructueuse » pour le président ouzbek

Signe positif pour Airbus : le président ouzbek utilise déjà pour ses déplacements internes un hélicoptère Airbus vendu par la France depuis août 2018.

Thales en embuscade

En parallèle, Thales pourrait également profiter de de ce contrat potentiel d’hélicoptères Airbus. Le fabricant français de systèmes d’information pour le secteur de l’aviation aurait signé un contrat pour la fourniture de simulateurs destinés à la formation de pilotes en Ouzbékistan.

Jean-Baptiste Lemoyne a effectivement annoncé qu’un contrat avait été signé « pour que les pilotes ouzbeks aient une expérience pratique, qu’ils puissent améliorer leurs compétences au plus haut niveau« , a-t-il précisé lors de son point de presse. Cependant, les nuances d’Airbus sur l’avancée du contrat pourraient également être avancées côté Thales. Contacté par Novastan, Thales n’a pour l’heure pas répondu à notre demande d’informations.

L’AFD mis en avant pour un potentiel projet d’hydroélectricité dans la région de Tachkent

Au-delà de l’aéronautique, la visite de Jean-Baptiste Lemoyne en Ouzbékistan a permis d’autres annonces importantes. Le secrétaire d’Etat a ainsi annoncé que l’Agence française de développement (AFD) allait financer une « stratégie de gestion intégrée des centrales hydroélectriques » du lac de Charvak, dans la région de la capitale Tachkent, où est produit l’essentiel de l’hydroélectricité du pays. Le secrétaire d’État a visité la principale centrale hydroélectrique de Charvak.

Selon Jean-Baptiste Lemoyne, « ce sera le premier projet de ce type en Asie centrale,  il s’agit d’un projet de modernisation de cette centrale hydroélectrique pour assurer sa gestion intégrée. »

L’AFD participera au financement du projet de modernisation de la centrale de Charvak à hauteur de 13 millions d’euros, uniquement pour la centrale de Charvak. Plus largement, la somme des investissements dans la cascade des trois centrales hydroélectriques de ce complexe s’élèvera à 60 millions d’euros, selon les chiffres cités par le secrétaire d’Etat. Cependant, il n’est pas précisé, sous quelle forme (don, prêt) l’AFD interviendrait, et il semble s’agir uniquement de propositions, puisque il n’a pas été question de signatures d’accords.

Lire aussi sur Novastan : Le scandale des cochons secoue la décharge de l’AFD en Ouzbékistan

Plus concrètement, l’ambassade de France en Ouzbékistan a mentionné sur sa page Facebook la visite du secrétaire d’Etat sur le site du projet de modernisation de la gestion des déchets de la ville de Samarcande, seul projet en cours de l’AFD en Asie centrale qui avait fait polémique dans la presse ouzbèke en août dernier. L’ambassade n’a pas donné plus de détails quant à l’avancée du projet.

Rencontres bilatérales et accords inter-gouvernementaux

La visite en Ouzbékistan du secrétaire d’Etat français l’a également mené, entres autres, à rencontrer le ministre des Affaires étrangères ouzbek, Abdulaziz Kamilov pour parler de stabilité régionale et principalement de la résolution du conflit afghan.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan fait son retour sur la scène diplomatique

Des accords entre les gouvernements français et ouzbek ont également été signés sur la coopération dans le secteur de « l’enseignement supérieur et professionnel, de la recherche, de l’innovation, de la coopération juridique et des finances publiques » selon le post Facebook de l’ambassade de France en Ouzbékistan. Des signatures qui font suite aux documents signés pendant la visite présidentielle d’octobre dernier.

La visite du secrétaire d’Etat en Ouzbékistan s’est terminée sans qu’il n’y ait eu d’annonce sur d’importants contrats appelé à être finalisé à la suite de la visite présidentielles d’octobre, notamment sur l’uranium avec Orano, ou la coopération spatiale et la vente de satellites, ou même dans le secteur de l’eau avec Véolia et Suez, entres autres.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Un hélicoptère Airbus modèle écureuil, comme ceux que cherche à vendre Airbus à l’Ouzbékistan.
Fabien1309 via Wikimedia Commons
Partager avec
Commentaires
  • You should really check your sources… I know for sure from Airbus Germany employee that the President is not flying the H175, he considers it too small and not comfortable and the fact that some cracks are appearing on this model raise serious security concerns.
    Airbus claims to sell civil helicopter but they are negotiating an industrial cooperation agreement with Uzbekistan to « customize » (a nice word not to say « militarize ») the helicopters in the country.

    23 juin 2019

Ecrire un commentaire

Captcha *