noukous sel tempête buisson Ouzbékistan

La tempête de sel de la mer d’Aral ne serait pas dangereuse pour la santé selon les autorités ouzbèkes

La tempête de sel qui a eu lieu le 27 mai dernier dans l’ouest de l’Ouzbékistan et au Turkménistan « ne constitue pas une menace sérieuse pour les plantes et la santé humaine », selon le ministère des Situations d’urgence ouzbek.

Le 26 et 27 mai dernier, une tempête de sel a recouvert de blanc les régions bordant ce qu’il reste de la mer d’Aral en Ouzbékistan, attesté par de nombreuses photos sur les réseaux sociaux. Le 28 mai au matin, la capitale turkmène Achgabat ainsi que les régions avoisinantes ont également été touchées par la tempête et recouvertes de sel blanc, comme le rapporte RIA Novosti.

Lire aussi sur Novastan : Tempête de sel en Ouzbékistan : la tragédie de la mer d’Aral en action

Malgré les craintes de la populations et les témoignages de respirations difficiles après la cette tempête, dont le sel contiendrait de nombreux produits chimiques utilisé dans l’agriculture, les autorités ouzbèkes se veulent rassurantes. Le ministère des Situations d’urgence ouzbek a assuré ce vendredi 1er juin que cette tempête de sel « ne constitue pas une menace sérieuse pour les plantes et la santé humaine ».

Des actions de remédiations déjà en cours

Trois jours après les faits, les autorités ouzbèkes se prononcent pour la première fois sur la dangerosité de cette tempête. De nombreux internautes, à l’instar d’Emil Fakhreev, se posaient alors la question de savoir pourquoi il n’y avait pas de recommandation officielle de comportement individuel à adopter dans le cas d’une telle tempête de sel venue de la mer d’Aral, qui contient très probablement de nombreux pesticides.

L’autorité responsable de la météo dans la République ouzbèke a annoncé au média ouzbek Gazeta.uz le 29 mai dernier que le taux de poussière dans l’air avait dépassé de 6 fois la norme. L’institution a également expliqué que la tempête avait été repérée et prévue, mais que le phénomène de poussière et de sel était totalement imprévisible. Cependant, l’ensemble des autres institutions contactées par le média ouzbek s’étaient alors déclarées incapables de dire à quel point les conséquences de cette tempête pourraient être sérieuses pour la santé de la population, l’agriculture et l’environnement des régions touchées. Elles avaient également affirmé que des spécialistes avaient été envoyé sur place afin de procéder à des relevés et des analyses.

Lire aussi sur Novastan : La mer d’Aral malgré les coups de comm’ : de pire en pire ?

« Ce phénomène, observé au Karakalpakistan et au Khorezm, a été causé par la tempête de sel provenant des zones arides de la mer d’Aral. Au cours de l’examen, il a été constaté que le contenu de ce sel ne constitue pas une menace sérieuse pour les plantes et la santé humaine. Nous prenons les mesures nécessaires pour éliminer les conséquences de cet incident », a affirmé Samandar Hikmatoullaïev, chef du service de presse du ministère des situations d’urgence. « L’une de ces mesures consiste à construire une ceinture verte avec des arbustes de saksaoul sur le territoire de ce qui était la mer, réduisant ainsi le risque de catastrophes écologiques comme celle-ci. Nous effectuons également des recherches dans la région et avertissons la population de tempêtes de sel et de situations similaires. Des activités de sensibilisation du public sont également menées », a-t-il ajouté, selon le média en langue ouzbèke Khabar.uz.

Le Ministère des affaires étrangère britannique a lui lancé une alerte à ses concitoyens voyageant dans la zone :

« La qualité de l’air dans les régions du Karakalpakstan et du Khorezm s’est détériorée à la suite des tempêtes qui ont balayé la mer d’Aral, amenant du sel, de la poussière et des polluants dans l’atmosphère. En ce qui concerne toute détérioration aiguë de la qualité de l’air extérieur due aux intempéries, vous devriez minimiser votre exposition individuelle à l’air extérieur en demeurant à l’intérieur dans un environnement climatisé autant que possible, avec des fenêtres et des portes fermées et aussi bien scellées que possible. Lavez tous les fruits, légumes et autres aliments qui pourraient avoir été exposés, et lavez régulièrement la poussière sur toutes les surfaces intérieures, en vous lavant les mains ensuite. On ne sait pas quand la qualité de l’air s’améliorera. »

Une déclaration officielle laconique

Cette déclaration officielle insiste sur le fait qu’il n’y a aucun danger, sans cependant mentionner les résultats des analyses dont il avait été question et insiste sur les mesures prises pour remédier à ce genre d’évènements. Cette déclaration ressemble de très près aux déclarations des médias officiels du Turkménistan, également touché par la tempête, qui soulignent surtout que les effets de cette tempête ont été liquidé, comme le décrit le média turkmène Orient.tm.

Le 8 juin prochain, l’Ouzbékistan prévoit d’accueillir une conférence avec la participation d’écologistes locaux et internationaux, des représentants de l’ONU et de plusieurs autres organisations internationale. Le but de cette conférence est de développer des actions communes pour atténuer les conséquences de la catastrophe dans la région de la mer d’Aral. Dans le cadre de la conférence, des experts se rendront dans la zone sinistrée et s’entretiendront avec la population et les autorités locales. Cette occasion permettra peut-être d’avoir des analyses plus poussées de ce qui est arrivé.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Un square de Noukous sous le sel.
Lilia Nikolenko (Facebook)
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *