Marinika Babanazarova

Le célèbre musée Savitsky menacé ?

Les autorités ouzbèkes ont limogé sans raisons Marinika Babanazarova, la directrice du musée Savitsky, peu après les célébrations de son 100ème anniversaire. Par ce geste, les autorités ouzbèkes menacent une de plus belles collections d’art de toute la région.

La direction du musée Savitsky (d’après le nom de son fondateur Igor Savitsky) situé à Noukous, dans l'ouest de l'Ouzbékistan, a annoncé que les autorités ouzbèkes avaient destitué la célèbre directrice Marinika Babanazarova. En poste depuis 1984, elle a été limogée le 24 août par les autorités, qui n'ont pas annoncé son successeur et n'ont donné aucune explication. 

Sans prévenir, juste après la célébration des 100 ans du fondateur du musée, les autorités ouzbèkes ont envoyé à Marinika Babanazarova une lettre de renvoi. Des rumeurs avaient été ourdies que Marinika Babanazarova aurait copié et remplacé certaines oeuvres pour les vendre à l’étranger. Ce à quoi le personnel du musée, à l’unanimité ont répondu par une lettre de protestation formelle aux ministère de la Culture ouzbèke – chose rare dans un pays où toute protestation est réprimée promptement. Dans cette lettre, ils réfutent les accusations faite à l’égard de leur directrice. De fait, pourquoi aurait-elle décidé maintenant de vendre ses tableaux alors que cela aurait été possible dans les années 1990 dans le chaos de la chute de l’URSS ?

musée Savitsky ouzbékistan«Si je disparais, toutes les peintures vont être dispersées, tout aura été en vain.» déclarait-elle en 2008 à un journaliste français du magazine Télérama. En effet, la République autonome du Karakalpakstan et sa capitale Nourous où est situé le musée est un des territoires les plus pauvres et désespérés du pays et de toute la région, qui autrefois vivaient grâce à l’économie de la mer d’Aral.

Des collections qui risquent d'être dispersées illégalement 

Depuis, la mer est partie et la région est plus que jamais sinistrée et abandonnée. Autant dire que ces milliers de tableaux sont convoités dans un pays considéré comme un des plus corrompus au monde selon Transparency International. Les prédations sont nombreuses, et Marinika Babanazarova avait réussi à faire figure de rempart. Avec son renvoi, ce sont les collection inestimables qui risquent d’être dispersées illégalement.

Oeuvre musée Savitsky

Ce sont des trésors de l’art du 20ème siècle qui se cachent dans cette ville aride au milieu du désert du Kizil-koum (sable rouge). Igor Savitsky entreprit de regrouper à partir des années 1930 les oeuvres interdites pour non-conformisme au style «réalisme socialiste» imposé par les autorités soviétiques.  Cette véritable épopée que retrace le documentaire américain «le désert de l’art interdit», permettra de regrouper la seconde plus grande collection d’art moderne russe (après le musée d’art moderne de Saint Petersburg). Cette collection regroupe notamment les oeuvres des peintres centre-asiatiques et russes de l’avant garde des années 1920 montrant l’Asie centrale dans toutes ses couleurs – constituant un témoignage rare de l’art de cette région.

La Rédaction

Marinika Babanazarova
DR
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *