Ilkhom Theatre destruction tachkent ouzbékistan fin

Le célèbre théâtre Ilkhom menacé par la folie immobilière ouzbèke

Le théâtre Ilkhom, l’un des plus anciens théâtres indépendants de l’ex-URSS, fondé en 1976, pourrait disparaître sous l’effet de la frénésie de construction-rénovation qui s’est emparée de l’Ouzbékistan depuis la fin de l’ère Karimov en 2016. Le théâtre Ilkhom s’est vu notifier l’obligation de libérer les lieux pour faire place à la rénovation des nouveaux propriétaires de l’hôtel Shodlik.

Cela pourrait être la fin d’une ère pour la culture à Tachkent, la capitale ouzbèke. L’hôtel Shodlik, dans les sous-sols duquel se trouve le théâtre indépendant Ilkhom, a demandé à ce dernier de quitter les lieux d’ici avril prochain.

Selon le communiqué du théâtre, publié le 10 février dernier sur leur page Facebook, cela signera la fin du théâtre qui était devenu au fil des années un des espaces de la liberté d’expression privilégié de la société tachkentoise et qui avait résisté à la fin de l’URSS comme aux années Islam Karimov (1989-2016). Le théâtre Ilkhom serait la dernière victime en date du boom de construction que connaît l’Ouzbékistan depuis 2017, qui inclut de nombreuses destructions de bâtiments culturels et historiques.

La rénovation d’un hôtel chasse le plus célèbre théâtre ouzbek

La compagnie ouzbèke « Ofelos Plaza », qui a racheté en 2020 l’hôtel Shodlik à l’État ouzbek, a demandé le 7 février au théâtre Ilkhom de quitter les lieux d’ici avril, alors même que le théâtre avait signé un bail de location jusqu’en 2023 avec l’ancien propriétaire. La perte de cet espace, alloué au défunt fondateur du théâtre Mark Weil par l’État en 1976, est une condamnation à mort d’Ilkhom, selon le communiqué du théâtre. Ofelos Plaza est elle-même une entreprise très récente, officiellement lancée le 3 décembre 2019 et dotée d’un capital d’un milliard de soums (96 000 euros), décrit le média ouzbek Gazeta.uz.

Selon la lettre envoyée par Ofelos Plaza au théâtre Ilkhom, obtenue par Gazeta.uz, l’entreprise affirme que les travaux sont réalisés à la demande du khokimiyat (mairie) du quartier Shaykhantakhur de Tachkent. Il est prévu de commencer la reconstruction complète du bâtiment, car « le bâtiment semble dans un état disgracieux dans le centre-ville et gâche l’apparence générale de la capitale avec son aspect« . Cependant, selon les informations du média ouzbek Kun.uz, la mairie de Tachkent a refusé de reconnaître toute implication, en niant pouvoir faire quoi que ce soit, car l’hôtel appartient désormais à un propriétaire privé.

L’hôtel Shodlik Palace avait été privatisé une première fois en 1994. Le théâtre avait alors signé un bail avec le propriétaire de l’hôtel jusqu’en 2023 avec une prolongation automatique de 10 ans. Le théâtre a loué jusqu’ici ces locaux, qui sont en fait une partie des sous-sols de l’hôtel, de façon gratuite. En 2017, le tribunal a annulé la décision de privatiser l’hôtel et le bâtiment est revenu sous contrôle de l’État.

Le théâtre n’a pas les moyens financiers de se relocaliser : une fin annoncée

Selon le communiqué du théâtre, cet acte constitue la fin du lieu. « Le théâtre Ilkhom-Mark Weil est un théâtre à but non lucratif. Tous nos spectateurs le savent et le comprennent. Il n’a jamais reçu et ne reçoit pas de financement public. Le théâtre n’a ni les moyens ni la possibilité d’acquérir un nouveau bâtiment et d’y recréer le théâtre. La perte du théâtre signifie également la perte de tout le répertoire des performances créées spécifiquement par Ilkhom ».

Le communiqué poursuit en pointant la responsabilité des autorités ouzbèkes. « En passant [le bâtiment] aux propriétaires suivants, personne n’a pensé au sort du théâtre unique. C’est triste pour nous de comprendre que dans le nouveau pays, que nous avons commencé à construire il y a plusieurs années, il n’y a pas de place pour le théâtre ».

Le théâtre a lancé un appel à la mobilisation et au soutien afin de ne pas voir disparaître cette expérience théâtrale et artistique unique qui a fait vivre la scène culturelle tachkentoise depuis 1976.

La rédaction

Le théâtre Ilkhom – Mark Weil est menacé par la volonté des nouveaux propriétaire de l’hôtel dans lequel le théâtre a ses locaux depuis 1976 de rénover l’ensemble.
Théâtre Ilkhom
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *