Un des minarets du complexe de Hast-Imam à Tachkent où se trouve la Direction du culte musulman de l'Ouzbékistan

Le culte musulman d’Ouzbékistan a démis plusieurs imams

Parmi les raisons du licenciement figurent l’absentéisme, la diffusion d’informations non confirmées sur Internet ainsi qu’un comportement grossier. 

Novastan reprend et traduit un article initialement publié par la branche ouzbèke du média russe, Sputnik.uz.

La direction du culte musulman de l’Ouzbékistan a sévi. Le 25 juillet dernier, l’autorité religieuse ouzbèke a démis au moins 7 imams de plusieurs mosquées du pays de leurs fonctions. Selon la direction du culte, les imams se sont rendus coupables de rependre des informations non vérifiées, souvent à caractère radical.

Selon le communiqué officiel, dans la région de Syr-Daria dans l’est du pays, trois imams ont été licenciés parce qu’ils n’avaient pas reçu d’éducation religieuse suffisante. Divers faits rapportés sur les actions de ces imams contreviennent à la législation ouzbèke, notamment concernant des cérémonies de mariages effectuées sans certificat délivré par le bureau d’enregistrement civil, l’augmentation du nombre de divorces et les mauvais traitements infligés aux visiteurs des mosquées. L’imam-hatib, ou imam principal, de la région de Syr-Daria, Mouminjon Ousmanov, a été également relevé de ses fonctions.

« Diffusion d’informations non confirmées »

Dans la mosquée de Tachkent « Chaikh Zayniddin », l’imam-hatib Odilhon Ismoïlov a été démis car il ne s’est pas conformé à la discipline établie dans la mosquée, n’a pas assisté à la prière quotidienne et s’est engagé dans la diffusion d’informations non confirmées répandues sur Internet. En conséquence, un nouvel imam principal a été nommé pour la capitale.

L’imam-hatib de la ville de Ferghana, dans la région de Ferghana dans l’est du pays, Hasanboï Achourov a été licencié pour exécution tardive des ordres et insubordination, notamment dans la communication d’information. L’imam principal de Samarcande, Abdourahim Poulatov, a également été démis pour des raisons similaires.

Reprise en main du culte musulman par les autorités

Ces renvois d’imams montrent les libertés prises par certains imams depuis la fin de l’ère Karimov et l’avènement d’un contrôle moins strict de l’islam en Ouzbékistan.

Cela montre aussi que les autorités ouzbèkes reprennent en main la liberté d’expression des religieux qui prennent des accents un peu trop radicaux.

Traduit du russe par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Un des minarets du complexe de Hast-Imam à Tachkent où se trouve la Direction du culte musulman de l’Ouzbékistan.
Novastan
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *