Musée Poutine Chavkat Vladimir Mirzioïev Pouchkine

Le « Louvre de la steppe » comme instrument diplomatique de l’Ouzbékistan

Les visites officielles sont parfois l’occasion de mettre en valeur un capital artistique peu mis en valeur d’ordinaire. C’est en résumé ce qu’il s’est produit mercredi 5 avril, lors de la visite du président ouzbek, Chavkat Mirzioïev, en Russie.

Pour sa première visite dans le pays, le chef de l’État ouzbek a inauguré une exposition présentant quelques 250 tableaux du musée Savitsky de Noukous, une ville de l’ouest de l’Ouzbékistan. Cette exposition est une grande première hors de capitale de la république autonome du Karakalpakstan, qui fait partie de l’Ouzbékistan.

Lire aussi sur Novastan : Le célèbre musée Savitsky menacé ?

Chavkat Mirzioïev était accompagné de son homologue Vladimir Poutine pour l’inauguration de l’exposition, intitulée « Trésors de Noukous », au musée Pouchkine de Moscou.

L’art comme instrument diplomatique

La visite à Moscou de Chavkat Mirzioïev a été préparée pendant de long mois. Début février, l’annonce de l’organisation de cette exposition a été accueillie avec beaucoup de surprises et de compliments par le monde de l’art, comme le rapporte Gazeta.uz.

Lire aussi sur Novastan : Chavkat Mirzioïev à Moscou pour renforcer la coopération avec le « grand frère » russe

La collection unique du musée de Noukous, notamment pour l’art russe, mais aussi pour le mouvement artistique mondial, est un atout incomparable pour l’Ouzbékistan, dont le nouveau président a su tirer profit.

Exposition Noukous Présidents Inauguration

« Je ne peux que remarquer l’important succès que rencontre ces derniers jours l’exposition d’œuvres en provenance du musée Stavisky au musée Pouchkine de Moscou. C’est avec satisfaction que j’invite tous les observateurs et les journalistes à s’y intéresser et à la visiter. C’est en quelque sorte le « Louvre de la steppe ». On pourrait en parler pendant longtemps, mais c’est tout simplement très bien de s’enrichir culturellement grâce à une volonté sérieuse et puissante. », a déclaré Chavkat Mirzioïev lors de la conférence commune avec Vladimir Poutine au Kremlin.

Une collection unique

Plus largement, le musée Savitsky regroupe des trésors de l’art du XXème siècle dans cette ville aride au milieu du désert du Kyzyl-Koum (sable rouge). À partir des années 1930, Igor Savitsky entreprit de regrouper les œuvres interdites pour non-conformisme avec le style « réalisme socialiste » imposé par les autorités soviétiques.

Lire aussi sur Novastan : Les sept prodiges du Turkménistan

Cette véritable épopée, que retrace le documentaire américain « Le Désert de l’Art interdit », permettra de regrouper la seconde plus grande collection d’art moderne russe, après le musée d’art moderne de Saint-Pétersbourg. Cette collection regroupe notamment les œuvres des peintres centrasiatiques et russes de l’avant-garde des années 1920 montrant l’Asie centrale sous toutes ses couleurs, constituant un témoignage rare de l’art de cette région.

Un musée très politisé et la valse des directeurs ces deux dernières années

Ce témoignage, hautement politisé, a déteint sur l’utilisation du musée par les autorités ouzbèkes. Le 23 février dernier, le directeur du musée, Makset Karylbaïev, nommé à peine un an plus tôt, a été démis de ses fonctions. Un événement qui est intervenu quelques jours après la venue à Noukous de la directrice des musées de Russie, Marina Lochak, pour préparer l’exposition moscovite.

La démission avait également été utilisée, avant Makset Karylbaïev, pour limoger sa prédécesseuse,  Marinka Babanazarova, en février 2016. Héritière d’âme du fondateur, Igor Savitsky, elle a dirigé et maintenu le musée pendant plus de 30 ans. Sa démission forcée avait provoqué beaucoup de spéculations et de bruit dans le monde de l’art international.

Depuis le 23 février, Anora Pakhratdinova est devenue la directrice du musée et a pu présenter à Chavkat Mirzioïev et Vladimir Poutine les œuvres exposées à Moscou le 5 avril.

Si rien n’a transparu dans la presse des raisons de ces changements de direction au musée, il est certain que ce sont des jeux de pouvoir, du fait de l’importance internationale de cette collection et de ce qu’elle peut rapporter à l’Ouzbékistan sur la scène internationale.

La rédaction

Vladimir Poutine et Chavkat Mirzioïev en visite au musée Pouchkine à Moscou le 5 avril
Kremlin.ru
Les deux présidents ont inauguré l’exposition « Trésors de Noukous » à Moscou le 5 avril
Kremlin.ru
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *