Coronavirus COVID-19 Ouzbékistan Tourisme Crise Samarcande Economie Tourisme

Le tourisme ouzbek mis à mal par le coronavirus

La pandémie du coronavirus met à mal le tourisme en Asie centrale, et notamment en Ouzbékistan, premier pays visité de la région. Actuellement, les acteurs du tourisme tentent de faire face aux difficultés, mais craignent que la crise ne s’installe dans la durée. Le gouvernement a commencé à prendre des mesures pour soutenir les entreprises du secteur et limiter ainsi les dégâts.

Avant la crise sanitaire débutée à la mi-mars en Ouzbékistan, le tourisme a connu un certain essor. Le nombre de visiteurs a augmenté de 42 % au premier trimestre 2019 par rapport à la même période en 2018. 6,7 millions de personnes se sont rendues dans le pays sur l’ensemble de l’année 2019, contre 5,3 millions en 2018, soit une hausse de 21 %. Une progression facilitée par la politique d’ouverture au tourisme : en février 2019, l’Ouzbékistan a exempté de visa les ressortissants de 45 pays, dont les Français.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Cependant, cette tendance positive est largement perturbée par la pandémie. Le 15 mars, l’Ouzbékistan a fermé ses frontières puis ses liaisons aériennes avec l’étranger. La population est entièrement confinée et le tourisme à l’arrêt.

Le risque de faillite des entreprises

Le média ouzbek Spot.uz s’est entretenu avec des représentants du secteur et de l’Association des organisations de voyages privées d’Ouzbékistan (APTO).

Tous les responsables interrogés relèvent une grande difficulté à faire face à la crise et ont peu d’espoir pour l’année 2020. Ils sont confrontés à deux problèmes majeurs : la gestion des annulations et du remboursement des réservations de tours, hôtels, ou vols, et la perspective d’une absence de rentrée de fonds sur plusieurs mois. La faillite est un risque réel pour l’ensemble des entreprises du secteur. Si elles ont fait appel à un prêt pour se développer, elles risquent de n’être plus en mesure de rembourser, faute de revenus. Certaines bénéficient d’une exonération de loyer, une aide précieuse mais insuffisante.

Réservations annulées et chute des ventes

Pour Mansour Ramazonov, directeur du développement commercial et marketing chez l’agence de voyage Avrud Travel, la crise a commencé à se faire sentir dès janvier avec plusieurs annulations. L’entreprise prévoyait une augmentation du flux touristique de 35 à 40 % pour mars. Elle n’a atteint que 10 %.

Les ventes de l’agence de voyage ouzbèke TravelSystem ont chuté de 95 % en mars dernier par rapport à mars 2019. Selon Anvar Mirzaïev, son cofondateur, l’entreprise a dû rembourser une trentaine de tours et résiste pour le moment. Cela risque de se compliquer si la situation s’installe dans la durée et se prolonge jusqu’à l’automne. TravelSystem ne sera alors plus en mesure de payer ses salariés et devra envisager la fermeture.

Le secteur hôtelier ouzbek cherche à se maintenir en proposant des locations de long terme, particulièrement à Samarcande, rapporte Spot.

Une aide de l’État attendue et nécessaire

Dans ce contexte, le soutien de l’État ouzbek est nécessaire pour permettre au secteur du tourisme de tenir. C’est ce qu’affirme à Spot.uz le PDG de la compagnie aérienne Flydubai Ouzbékistan, Dilmourodkhon Bakhtiyarkhanov.

Après avoir créé un fond de près d’un milliard d’euros dès le 19 mars, le président ouzbek Chavkat Mirzioïev a pris des mesures de soutien à l’économie, notamment touristique, dans un décret du 3 avril dernier. Les entrepreneurs exerçant des activités touristiques et hôtelières ont notamment été exonérés du paiement de la taxe foncière pour 2020 et verront la taxe sociale passer de 12 à 1 %.

Lire aussi sur Novastan : Coronavirus : l’Ouzbékistan débloque près d’un milliard d’euros pour soutenir son économie

Le 10 avril dernier, un webinaire a été organisé sur la plateforme du Centre de développement professionnel, avec le ministre des Finances Dilchod Soultanov. Le thème : « Comment l’État soutiendra les entités touristiques ». Les mesures d’exonération fiscale ont été largement évoquées.

Le projet du tourisme en ligne

Le 10 avril dernier, le président du Comité d’État de la République d’Ouzbékistan pour le développement du tourisme, Aziz Abdoukhakimov, a annoncé vouloir développer le « tourisme en ligne ». Une façon d’accroître l’attractivité du pays, en pleine quarantaine.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Selon sa déclaration, un site Internet sera prochainement créé et proposera des visites virtuelles, en coopération avec des musées et sites touristiques nationaux. Le président du Comité a exhorté les propriétaires de cafés et restaurants à participer. L’organisation de webinaires sur le sujet, et la création de subventions pour soutenir les projets créatifs, ont également été mentionnées.

D’ores et déjà, les entreprises réfléchissent à l’après-crise. Au lendemain de la pandémie, la concurrence sera féroce sur le marché mondial, souligne Goulchehra Israilova, président de l’APTO. Selon lui, l’Ouzbékistan devra fournir un effort important pour se promouvoir comme destination attractive. L’État devra également aider à réduire le coût des vols et des forfaits touristiques. La promotion du tourisme intérieur fait partie de la stratégie.

Clotilde Rabault
Rédactrice pour Novastan

Corrigé par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

La madrasa Oulough Begh du Registan, Samarcande, site historique et touristique majeur du pays (illustration).
Jean-Pierre Dalbéra / Wikimedia Commons
Partager avec
Commentaires
  • Merci pour vos informations précieuses,envisageant un séjour fin septembre en Ouzbekistan

    16 avril 2020
    • Bonjour, Nous avons prévu un circuit le 19 septembre 2020 pour une vingtaine de jours.
      Nous avons déjà les billets d’avion (uzbekistan airways) et fait un 1er versement à l’Agence.
      Si vous avez des renseignements, pourriez vous nous les communiquer, merci d’avance

      21 avril 2020
      • Etienne Combier

        Bonjour Jean-Claude,

        Nous ne pouvons pas prévoir la situation en septembre en Asie centrale, mais à la vue de l’évolution de la situation en Chine, qui a atteint son plateau depuis maintenant 2 mois, il y a fort à parier que l’Ouzbékistan ne soit que peu accessible en septembre. Je vous conseille plutôt de voir avec Uzbekistan Airlines et l’agence en question.

        Bon courage,

        21 avril 2020
  • Merci beaucoup pour votre réponse, nous attendons encore un peu pour voir l’évolution, mais nous allons probablement reporter ce voyage.
    Jean-claude

    21 avril 2020

Ecrire un commentaire

Captcha *