Forum Novembre Munich

Les compagnies allemandes à l’assaut du marché ouzbek

L’Allemagne a confirmé son statut de principal partenaire européen de l’Ouzbékistan lors du forum économique ouzbek-allemand de Munich. Cet événement a aussi été l’occasion d’une visite de trois jours du Premier ministre ouzbek, Abdoulla Aripov, en Allemagne.

Novastan a préparé cet article sur la base de celui publié par le média tadjik ASIA-Plus.

La visite de la délégation ouzbèke en Allemagne avec à sa tête le Premier ministre s’est terminée le 17 novembre dernier. Les conclusion de cette visite sont sans appel : l’Allemagne est l’un des principaux partenaires commerciaux et économiques de l’Ouzbékistan en Europe. En 2016, le volume des échanges commerciaux entre l’Ouzbékistan et l’Allemagne a atteint 520,1 millions de dollars. Pour les neuf premiers mois de 2017, ce chiffre dépassait 450 millions de dollars. Actuellement, plus de 110 entreprises créées avec la participation d’investisseurs allemands opèrent en Ouzbékistan, dont environ 30 entreprises avec 100% de capital allemand.

Parmi les contrats important signés à l’occasion de cette visite : 950 millions d’euros vont être prêtés par les banques allemandes à la banque nationale d’Ouzbékistan ; Volkswagen va construire des voitures en Ouzbékistan ; et Siemens a signé un nombre important d’accords dans des domaines très divers.

La nouvelle stratégie de développement de l’Ouzbékistan financée par les banques allemandes

Après le retour en Ouzbékistan très médiatisé de la Banque Européenne pour la Reconstruction et de Développement (BERD) en 2017 et l’arrivée fin 2016 de l’Agence Française de Développement (AFD), les banques allemandes privées sont les plus implantées en Ouzbékistan à l’heure actuelle.

Lire aussi sur Novastan : La Banque européenne d’investissement arrive en Ouzbékistan

C’est certainement l’accord le plus important de cette visite en Allemagne du Premier ministre ouzbek, d’une valeur de 500 millions d’euros, signé avec la Deutsche Bank. Ces fonds serviront « à soutenir des projets d’investissement à grande échelle dans le pays », selon le communiqué de presse, sans plus de précisions. 350 millions d’euros seront attribués par la Commerzbank et 100 millions d’euros supplémentaires par AKA Bank. Cet argent servira notamment à financer des projets de petites entreprises et d’entrepreneuriat privé. Les accords de prêt sont « non garantis », c’est-à-dire qu’ils ne sont pas garantis par l’État ouzbèk, comme l’indique le communiqué de presse.

L’industrie automobile allemande frappe un grand coup en Ouzbékistan

Après l’arrivée de l’entreprise française Peugeot en Ouzbékistan pour construire des véhicules utilitaires à partir de décembre 2018, les entreprises automobiles allemandes répondent présentes dans ce qui ressemble maintenant à une rude compétition entre constructeurs mondiaux pour le marché ouzbek.

Lire aussi sur Novastan : PSA s’implante en Ouzbékistan

Un accord a été signé par la compagnie automobile ouzbèke Uzavtosanoat et la société allemande Volkswagen : il prévoit la production de pick-ups Amarok dans la région de Samarcande en 2019. Cela a été rapporté par le service de presse de la joint-venture appartenant en partie à la compagnie allemande MAN, MAN Auto-Ouzbékistan, sur la base de laquelle cette nouvelle production sera établie. Les Volkswagen Amarok seront assemblées dans l’usine MAN de Samarcande et un programme de localisation de la production est en discussion, selon l’agence de presse russe Sputnik.

Uzavtosanoat a également convenu avec MAN Trucks & Bus de produire des camions MAN CLA équipés d’un moteur à gaz naturel comprimé et d’un camion-benne MAN CLA pesant 50 tonnes. La raison d’un tel accord ? L’importance du nombre des « stations à gaz en Ouzbékistan et que de ce fait la demande soit croissante pour des camions avec des moteurs fonctionnant au gaz naturel, ainsi que le taux croissant de développement industriel dans la région », selon le communiqué de MAN Auto-Ouzbékistan. Ce projet devrait être mis en œuvre sur la période 2019-2020. Un autre accord signé concerne la production d’autobus interurbains pour MAN Lion’s Coach qu’ils souhaitent installer en Ouzbékistan d’ici 2020.

Siemens dans tous les secteurs

Le 14 novembre dernier, le Premier ministre ouzbek Abdoulla Aripov s’est donc rendu avec une délégation gouvernementale à Munich. Le lendemain, la délégation a visité le siège de Siemens et rencontré Roland Bush, l’un des membres du conseil d’administration de la société, ainsi que le président de Siemens en Russie et en Asie centrale, Dietrich Meller, rapporte le communiqué de presse du bureau de Siemens en Ouzbékistan.

Les participants à la réunion ont signé plusieurs mémorandums et il a été convenu de créer une clinique commune d’oncologie, de cardiochirurgie, de neurochirurgie et de traumatologie en Ouzbékistan. Le document a été signé avec des représentants de Siemens et du ministère de la Santé de l’Ouzbékistan.

Lire aussi sur Novastan : Un an après la mort d’Islam Karimov, l’Ouzbékistan redémarre

La compagnie ouzbèke Uzneftegazmash a signé un contrat pour le développement de la joint-venture Service Center UNGM-DR, afin de diagnostiquer et réparer des équipements pour l’industrie pétrolière et gazière, chimique et pétrochimique de l’Ouzbékistan.

« Il est prévu d’étendre les domaines de services fournis et d’améliorer les compétences des employés de l’entreprise. À l’avenir, le site de production sera en mesure de devenir un centre de service pour l’entretien des équipements de Siemens, exploités dans le pays et la région dans son ensemble. », a indiqué le communiqué de Siemens.

Uzbekenergo, la Société nationale d’Économie d’Énergie et Siemens Gamesa ont également signé un mémorandum sur un projet pilote dans l’énergie éolienne, d’une capacité de 100 mégawatts. Et le ministère du Développement des Technologies de l’Information et de la Communication de l’Ouzbékistan a aussi signé un mémorandum pour un nombre important d’initiatives en lien avec le développement urbain du pays.

« Les partenaires envisageront la possibilité de mettre en œuvre des solutions intégrées pour la gestion du trafic, la sécurité incendie, les systèmes d’évacuation dans les infrastructures urbaines. Il est également question  de l’utilisation des technologies de réseaux intelligents (smart grid) dans la modernisation des réseaux électriques et d’un système de facturation unique pour les services publics. », indique le communiqué de la firme allemande.

La manne des touristes allemands

Le directeur du Comité d’État pour le Développement du Tourisme, Aziz Abdoukhakimov, a rencontré le chef de la plus grande compagnie de voyage du monde, le Groupe TUI, Klaus Mangold, rapporte l’agence de presse ouzbèke Uzreport. Ils ont discuté de l’organisation de diverses tours en Ouzbékistan pour les Allemands, avec des volets historique, gastronomique, ethnotourisme et écotourisme.

Lire aussi sur Novastan : Quel avenir pour le tourisme en Ouzbékistan ?

Pour débuter, le Groupe TUI a exprimé le souhait d’envoyer jusqu’à 100 touristes par mois en Ouzbékistan. Petit à petit, ce chiffre devrait passer à mille touristes par mois. Une manne touristique qui suscite un vif intérêt pour le pays le plus peuplé d’Asie centrale.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Le forum ouzbek-allemand s’est tenu le 15 novembre 2017 à Munich.
ASIA-Plus
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *