Pays Asie Manque Essence

Les provinces ouzbèkes en panne d’essence ?

Partager avec

Aujourd’hui, il n’était possible de s’approvisionner en essence qu’à Tachkent et dans sa région. Mais, au-delà de 70 ou 100 kilomètres de la capitale, il n’est plus possible de trouver la moindre goutte d’essence. 

Novastan reprend et traduit un article original initialement paru sur le média ouzbek Podrobno.uz.

Selon des sources travaillant dans l’entreprise nationale chargée du secteur, Uzbekneftegaz, dans certaines régions, les stations-services ne reçoivent du carburant que deux fois par mois. Et, naturellement, ces volumes ne suffisent pas à couvrir les besoins de la population locale. En conséquence, un décret du gouvernement publié le 14 novembre prévoit une augmentation d’environ 40% des prix de l’essence dans le pays.

Lire aussi sur Novastan : Pénuries de pétrole en Ouzbékistan ; l’indépendance énergétique à tout prix ?

Cette situation a entraîné une croissance explosive du marché de l’essence illégale. Ainsi, des « spéculateurs », dont beaucoup travaillent dans des stations d’essence privées, ce qui leur permet de récupérer de l’essence « tombée du camion », se tiennent le long de la route et vendent de l’essence dans de grandes bouteilles en plastique. Le coût moyen de cette essence sur le « marché noir » est de 60% à 90% supérieur au prix fixé par l’État. Par exemple, l’essence AI-80, la plus courante, qui coûte 2800 soums (environ 0,35 dollars) le litre dans les stations-service, les spéculateurs la vendent entre 4000 (0,50 dollars) et 5500 soums (0,69 dollars), selon la région.

De plus, la qualité de ces carburants sur le marché noir est souvent désastreuse pour les moteurs des voitures. Car cette essence est souvent diluée avec diverses substances chimiques afin de maximiser le profit.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan réfléchit à importer de nouveau du pétrole russe et Du pétrole iranien pour l’Ouzbékistan ?

En Ouzbékistan, sur la période 2010-2016, la production d’essence a diminué de 26,2%, celle de carburant diesel de 8,3%. Dans le même temps, les importations d’hydrocarbures ont seulement augmenté de 1,3 fois. Il faut noter que la majeure partie du parc automobile d’Ouzbékistan est équipé de réservoir à gaz permettant aux voitures de circuler grâce au gaz qui, lui, ne manque pas dans le pays.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan : un géant gazier en devenir ?

Pour changer la situation, le gouvernement a décidé de moderniser les raffineries existantes et d’en construire une nouvelle dans la région de Djizak. De plus, des accords ont été conclus sur l’importation de pétrole russe à travers le Kazakhstan vers l’Ouzbékistan.

Traduit du russe par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Le pays le plus peuplé d’Asie centrale en manque d’essence ?
wilhei
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *