Ouzbékistan France Bruno Le Maire Oumourzakov Sardor Ouktamovich Entretien Gouvernements

Les relations franco-ouzbèkes relancées par un appel entre les deux gouvernements

En pleine crise sanitaire mondiale et alors que l’ombre d’une récession sans précédent plane, une visioconférence s’est tenue entre les autorités françaises et ouzbèkes visant à développer l’investissement, les échanges et la coopération économique entre les deux pays. 

En pleine pandémie de coronavirus, un entretien entre les gouvernements français et ouzbek a eu lieu le 8 mai dernier, ont rapporté les autorités ouzbèkes. Le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire s’est entretenu avec Oumourzakov Sardor Ouktamovich, vice-Premier ministre chargé des affaires économiques et de l’investissement de la République d’Ouzbékistan, notamment pour affirmer la continuation des projets en cours avec l’Ouzbékistan. 

Cet entretien s’est tenu quelques semaines après le webinaire organisé par le Medef international le 20 avril dernier, durant lequel les poids lourds du tissu économique français avaient réaffirmé leur soutien aux projets français dans le pays le plus peuplé d’Asie centrale.

L’Ouzbékistan souhaite accéder au programme GSP+ européen

Contacté par Novastan, le ministère français de l’Économie n’a pas souhaité divulguer le contenu des discussions avec le vice-ministre ouzbek. L’ambassade ouzbèke en France a cependant confirmé que l’appel s’était bien tenu et a donné quelques détails sur la teneur des discussions. Ainsi, Bruno Le Maire aurait discuté avec son homologue de la volonté ouzbèke d’accéder au programme européen de préférences commerciales pour les biens provenant des pays en développement (GSP+). Ce programme permettrait à l’Ouzbékistan d’obtenir la suppression totale des droits de douane sur plus de 66 % des lignes tarifaires de l’UE.

Tachkent est actuellement en recherche de soutien politique de poids au sein de l’UE. En effet, depuis l’adoption du projet de stratégie de développement de l’agriculture pour la période 2020-2030, il est maintenant possible en Ouzbékistan d’exporter librement du coton ou encore des denrées alimentaires à destination de marchés stratégiques tel que le plus grand marché de consommateurs au monde : celui de l’Union européenne. 

Plus largement, et d’après une source proche du monde des affaires en Ouzbékistan, les autorités ouzbèkes se sont lancées dans un véritable marathon politique visant à s’assurer du soutien et du maintien des relations économiques avec d’autres pays. Dans ce cadre, le ministère des Investissements et des échanges économiques de la République d’Ouzbékistan s’est entretenu avec Bruno Le Maire. Ayant apprécié la disponibilité du ministre français, son homologue ouzbek a insisté sur la nécessité d’apporter un soutien politique aux entreprises françaises engagées dans le pays.

Un signal fort pour les entreprises françaises

Politiquement, cet entretien au plus haut sommet de l’État est un signal fort envoyé aux entreprises françaises qui se retrouvent dans l’incertitude quant à la pérennité de certains projets d’envergure en Ouzbékistan depuis l’arrivée de la pandémie à la mi-mars. En effet, des fleurons de l’industrie française tels que Total Eren, Orano, Veolia ou encore Suez sont très actifs dans ce pays d’Asie centrale qui, anciennement très protectionniste, a fait preuve d’un formidable élan d’ouverture aux entreprises étrangères depuis 2017. 

C’est en répondant présent à l’appel d’investissements étrangers des nouvelles autorités ouzbèkes que Total Eren a par exemple entrepris la construction d’une centrale photovoltaïque d’une puissance de 100 mégawatts (MW) située dans la région de Samarcande. Orano, anciennement Areva, a quant à lui investi 13 millions d’euros dans l’exploration de trois sites d’uranium en Ouzbékistan.

Lire aussi sur Novastan : Total Eren investit 150 millions d’euros pour construire une centrale solaire en Ouzbékistan

Selon les autorités ouzbèkes jointes par Novastan, ces projets signés quelques mois avant le début de la crise sanitaire ont fait preuve d’avancées. Les études de faisabilité ayant déjà été réalisées, Orano comme Total Eren auraient déjà choisi les sites et débuté plusieurs phases techniques destinées à tester leurs équipements. Néanmoins, les conditions sanitaires n’étant pas optimales, les projets d’Orano sont en suspens selon la page LinkedIn de Nicolas Maes, le PDG d’Orano Mining. 

Lire aussi sur Novastan : Le président ouzbek autorise officiellement Total Eren à investir dans le pays

Simple hasard de calendrier ou fruits de récentes tractations, le président ouzbek a publié un décret officiel, selon l’agence d’informations Uzreport, autorisant définitivement la réalisation du projet de centrale photovoltaïque de Total Eren, deux jours seulement après la tenue des discussions entre Bruno Le Maire et Oumourzakov Sardor Ouktamovich. Le groupe français a obtenu une licence d’exploitation pour 25 ans.

Le gouvernement ouzbek mobilisé pour soutenir son économie

Sur le plan international, ces discussions ont été entreprises à l’initiative du gouvernement ouzbek qui, inquiet d’un ralentissement économique, a mis sur pied un groupe de travail interministériel destiné à “remettre l’économie nationale sur pied” en reprenant les échanges commerciaux avec les autres pays, selon l’ambassade ouzbèke en France. Alors que les frontières se sont progressivement fermées, les autorités ouzbèkes ont mis en place un plan d’aide financier et logistique visant à assurer des ponts aériens entre l’Ouzbékistan et ses partenaires commerciaux. 

Lire aussi sur Novastan : Coronavirus : l’Ouzbékistan débloque près d’un milliard d’euros pour soutenir son économie

Toujours d’après l’ambassadeur d’Ouzbékistan en France, le gouvernement ouzbek rembourse jusqu’à 50 % des coûts d’exportation de la production nationale et n’hésite pas à affréter spécialement des avions en support des opérations des entreprises étrangères investissant en Ouzbékistan. La compagnie nationale Uzbekistan Airways a d’ailleurs entamé la conversion de ses avions de lignes Boeing 767 en avion cargo afin de répondre à la demande croissante de transport de marchandises, selon le média spécialisé dans l’aéronautique Aviation Explorer

Hadrien Canter
Rédacteur et co-responsable des traductions pour Novastan

Relu par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Bruno Le Maire (en haut à gauche) s’est entretenu avec Oumourzakov Sardor Ouktamovich (en bas à droite) le 11 mai 2020.
Ministère des Affaires étrangères ouzbek
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *