Epace Milieu Mer Aral

L’ONU prévoit une sérieuse pénurie d’eau en Asie centrale

D’importantes pénuries d’eau seraient à prévoir en Asie centrale. Pour l’année 2018, on observe une réduction significative de la couverture neigeuse à la source de l’Amou-Daria et du Syr-Daria, les principaux fleuves de la région centrasiatique.

Novastan reprend et traduit un article initialement publié sur le média ouzbek en ligne kommersant.uz.

Selon les indicateurs du programme de développement des Nations Unies, en 2018, le débit en eau de l’Amou-Daria durant la saison de végétation n’atteindra que 40 % de la norme requise. D’après les données de la plateforme satellite MODIS, il y a, par rapport à l’an dernier, une réduction significative de la couverture neigeuse en aval de l’Amou-Daria et du Syr-Daria. À court terme, cela pourrait engendrer un épisode de sécheresse. De manière plus générale, la région connait des cycles de pluviométries sec tous les 3 à 5 ans.

Lors d’une conférence téléphonique, le président ouzbek Chavkat Mirzioïev a déclaré qu’en 2018 les surfaces rizicoles se verront réduites de 58 % à cause d’un climat très sec, ainsi que les cultures de cotons, toutes deux très gourmandes en eau. Cependant, les conséquences du changement climatique en Asie centrale n’affectent pas seulement l’agriculture, mais aussi le secteur énergétique, la santé de la population et favorisent les risques de catastrophes naturelles, comme les tempêtes de seul qu’on déjà connu l’Ouzbékistan et le Turkménistan cette année.

Lire aussi sur Novastan : Tempête de sel en Ouzbékistan : la tragédie de la mer d’Aral en action

Selon les estimations actuelles, les dégâts pour la région de phénomènes tels que les sécheresses et les inondations représentent environ 1,3 % du PIB annuel. Sans mesures d’adaptation, les dégâts provoqués par les effets du changement climatique vont aller en grandissant. Les pertes économiques associées atteindront, selon diverses estimations, de 2 à 3 % du PIB total de la région d’ici 2050.

Une problème pour l’ensemble de la région

C’est ce qu’a déclaré Iskandar Abdoullayev, directeur du Centre régional environnemental pour l’Asie centrale (CAREC), à l’ouverture du Forum international centrasiatique pour l’Environnement qui s’est déroulé à Tachkent début juin 2018. Il a pointé la nécessité aiguë pour les pays d’Asie centrale d’unir leurs efforts d’adaptation au changement climatique et de protection de l’environnement, afin que toute la région connaisse un développement durable.

Lire aussi sur Novastan : « L’avenir de l’Ouzbékistan dépend de l’eau »

Nodir Otajonov, vice-Premier ministre de la République d’Ouzbékistan, a également pris la parole avec un discours de bienvenue aux chefs des délégations, représentants de missions diplomatiques et participants du forum. Il a fait remarquer que plus de 90 % des terres agricoles d’Asie centrale doivent être irriguées artificiellement. La survie des personnes travaillant dans le secteur agricole, soit presque 80 % de la population de la région (plus de 55 millions de personnes), dépend directement de l’accès à l’eau.

Une coordination commune proposée par l’ONU

Partant de là, l’Ouzbékistan propose d’intensifier l’élaboration et la coordination conjointes des documents proposés par l’ONU tout en tenant compte des intérêts des pays de la région.

Lire aussi sur Novastan : Gestion de l’eau en Asie centrale : l’Ouzbékistan soutient le projet de l’ONU

Il y a peu, le gouvernement ouzbek a pris la décision d’envoyer à l’Afghanistan, qui souffre de la sécheresse, trois tonnes de blé alimentaire en guise d’aide humanitaire. Le transfert de ce chargement a eu lieu le 5 juin dans la ville afghane de Hairatan. La délégation ouzbèke était dirigée par Ismatilla Igrachev, représentant spécial du président ouzbek pour l’Afghanistan.

Traduit du russe par Baptiste Longère

Édité par Karl Haddad
Rédacteur pour Novastan à Bichkek

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire po!ur recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Une épave au milieu de la mer d’Aral aujourd’hui asséchée
Wikimedia Commons – Staecker
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *