Ouzbékistan France Festival de Cannes Culture Cinéma Ciné-tourisme Investissement

L’Ouzbékistan à la conquête du marché international du cinéma

Absent des sélections officielles cette année à Cannes, l’Ouzbékistan se fait malgré tout remarquer du côté du Marché du film avec l’ouverture en grande pompe d’un pavillon. Cette présence confirme une politique visant à donner un nouveau souffle à l’industrie nationale du cinéma.

Pour la 72ème édition du festival de Cannes, du 13 au 23 mai, l’Ouzbékistan investit le Marché du film, le pendant business du festival. Par cette opération, le pays poursuit sa politique de redéploiement de son industrie cinématographique et se cherche une place sur le marché international du cinéma. Plusieurs institutions nationales ouzbèkes sont à l’œuvre : l’Union de la jeunesse, le Comité de développement du tourisme d’État, la Commission nationale du film, le Centre de développement de la cinématographie et l’Ambassade d’Ouzbékistan en France.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Cette délégation est soutenue financièrement par trois grands sponsors ouzbeks : la banque commerciale “Ipak Yuli”, la société de production d’épices “Spice Expert” et la marque d’agroalimentaire Wild and Free.

Pari sur le ciné-tourisme

C’est la 2ème année que le pavillon ouzbek s’installe sur la Croisette. En 2018, il ouvrait ses portes aux professionnels du monde entier et annonçait notamment la signature d’une co-production russo-ouzbèke avec Jean Réno. Néanmoins, aucune autre communication n’a été faite concernant le tournage depuis la signature dudit-mémorandum.

Lire aussi sur Novastan : Une actrice kazakhe remporte le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes

Face au “boom” international du “ciné-tourisme”, l’Ouzbékistan cherche à se positionner de façon à exploiter ses ressources. Sur sa page Facebook par exemple, la Commission nationale du film fait valoir les mérites des réformes du président Chavkat Mirzioïev pour favoriser la mobilité des personnes et le développement des industries. L’objectif affiché est de rassurer et mettre en valeur le patrimoine naturel et historique du pays. La délégation du pavillon d’Ouzbékistan est ainsi chargée d’attirer d’abord les tournages sur le territoire ouzbek, de susciter l’intérêt et d’inviter des cinéastes de renom à organiser le tournage de leurs films en Ouzbékistan. Par ces tournages, le pays cherche des vitrines à forte valeur ajoutée et donc un nouvel enjeu pour tous les territoires.

Tachkent veut attirer des stars internationales à son festival

Alors qu’en 2018, l’agence “Uzbekkino” annonçait la production de 64 films, la délégation cherche également à encourager la signature de co-productions internationales pour faciliter leur diffusion et leur distribution.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Enfin, l’Ouzbékistan mise sur la Vème édition du festival “PROlogue”, organisé dans la capitale Tachkent, pour lequel il a de l’ambition et souhaite attirer un jury international et des stars d’envergure mondiale. Cet événement est produit par les mêmes organisateurs du pavillon cannois. L’année dernière, il comptait déjà parmi ses invités l’acteur et metteur en scène russe Vladimir Menchov.

Développement de l’industrie du cinéma national

Plus largement, cette présence à Cannes s’inscrit dans les grandes réformes de l’industrie du cinéma, qui ambitionnent de développer la compétitivité du cinéma ouzbek sur le marché international du film. Parmi les mesures, on compte l’ouverture d’une antenne de l’Institut de la cinématographie d’État russe (VGIK) à la rentrée universitaire 2020/2021 à Tachkent. En attendant, les étudiants de la promotion  2019 sont d’ores et déjà envoyés en Russie pour suivre leur année universitaire. Ainsi, les autorités espèrent former des professionnels et experts du cinéma à même d’interagir sur ce marché.

Aussi, pour soutenir ce développement national, des mesures internes ont été prises. Comme le rapporte l’agence de presse REGNUM, depuis le 1er janvier 2019, les cinémas ouzbeks montrent au moins deux longs-métrages nationaux par jour.

Pauline Castier
Responsable évènements pour Novastan

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

L’Ouzbékistan a son propre pavillon au Marché du film, le pendant business du Festival de Cannes.
Uzbekistan Film Commission
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *