plov pilaf ouzbékistan statistique

L’Ouzbékistan lance un indice Plov

Il est maintenant possible de savoir combien coûte ce plat national ouzbek dans chaque région du pays. Le comité statistique ouzbek a lancé cet indice non dans un but culinaire mais bien pour mesurer le coût de la vie d’une région à une autre. 

Le Comité national des statistiques d’Ouzbékistan a commencé à publier le 10 janvier dernier son « indice plov », permettant d’évaluer le coût moyen du plat national ouzbek, aussi appelé pilaf, dans chaque région du pays. L’idée est de reproduire l’indice Big mac utilisé dans le monde pour mesurer les différences de niveau de vie.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre actif par ici.

Pour déterminer l’indice ouzbek, la composition des ingrédients utilisés dans la préparation d’un kilogramme de plov a été étudiée et une liste précise a été établie. Elle comprend un kilogramme de riz, un kilogramme de carottes, 700 grammes de bœuf, 300 grammes d’huile végétale, 300 grammes d’oignons, 100 grammes de pois, 50 grammes de raisins secs, 10 grammes d’épices et 5 à 10 grammes de sel de table. À partir du nombre spécifié de produits, plus d’un kilogramme de pilaf est obtenu, mais ces proportions ont été prises comme base.

L’indice prend en compte le prix du plov dans les grands établissements de restauration (au moins trois) de chaque région. Il se compose de deux catégories : le prix moyen par portion et le prix moyen par kilogramme. Les statisticiens ouzbeks promettent de publier les changements d’index à intervalles réguliers pour pouvoir suivre l’évolution des prix du plov et donc de l’inflation dans le pays et par région.

Le plov le moins cher dans la région de Sourkhan-Daria

Selon le Comité national des statistiques, la préparation du pilaf coûtera le plus aux habitants de la région de Samarcande avec environ 20 000 soums (1,88 euro) par portion et 140 000 soums (13,2 euros) par kilogramme. Le deuxième plov le plus cher du pays se trouve dans la région de Boukhara avec 16 000 soums (1,5 euro) par portion et 112 000 soums (10,6 euros) par kilogramme, puis la capitale Tachkent avec respectivement 15 400 soums (1,45 euro) et 107 800 soums (10,1 euros).

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Le plov le moins cher se trouve quant à lui dans la région du Sourkhan-Daria où une portion coûte environ 1,1 euro.

L’Ouzbékistan n’innove pas réellement car en 2011, un indice du plov avait été publié au Kazakhstan. Ce n’était cependant pas une initiative d’un organe officiel, mais celle de journalistes kazakhs. Plus précisément, le lancement officiel d’un « indice plov » est ainsi une première pour un pays d’Asie centrale.

La rédaction

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

L’Ouzbékistan a créé un « indice plov » pour suivre l’évolution des prix du plat national ouzbek.
Novastan
Partager avec
Commentaires
  • A priori on pourrait penser à un sujet mineur …mais il prend tout son sens et son importance lorsque l’on connaît la place du plov dans le quotidien des Ouzbeks. Alors pourquoi ne pas faire du prix de la portion un indice d’évolution du coût de la vie…Enfin une statistique qui se déguste…🤗🤗🤗

    20 janvier 2020

Ecrire un commentaire

Captcha *