Airbus Helicopters Ouzbékistan Vente Contrat Discussion Sauvetage Tourisme

L’Ouzbékistan pourrait acheter une vingtaine d’hélicoptères Airbus

Le responsable Airbus Helicopters pour l’Asie centrale et Caucase poursuit les pourparlers sur la vente de 25 à 30 hélicoptères avec les autorités ouzbèkes. L’Ouzbékistan pourrait utiliser les appareils pour du sauvetage et du tourisme.

Les discussions entre Airbus Helicopters et l’Ouzbékistan vont bon train. Selon une dépêche de l’agence officielle d’information ouzbèke UzA publiée le 8 mars dernier, le responsable Asie centrale et Caucase de l’entreprise française, Ralf Weber, s’est entretenu avec le vice-Premier ministre et président du comité d’État pour le développement du Tourisme, Aziz Abdoukhakimov.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Les deux hommes ont évoqué des accords signés les 19 et 20 février derniers à l’occasion du forum international de l’aviation « Uzbekistan Airports, Aviation & Logistics Forum » à Tachkent, où les deux partenaires se sont entendus sur le développement du transport par hélicoptère.

Des visées médicales et touristiques

Aujourd’hui, l’Ouzbékistan affirme avoir besoin d’hélicoptères à des fins de sauvetage et à des fins médicales, mais aussi et surtout à des fins touristiques pour organiser diverses excursions et développer la pratique de sports extrêmes tels l’escalade ou le ski. Avec ce type de transport aérien, l’Ouzbékistan pourrait attirer une nouvelle catégorie de touristes fortunés, souhaitant admirer les panoramas montagneux ouzbeks.

Airbus Helicopters, anciennement Eurocopter, est l’un des principaux fabricants d’hélicoptères au monde. Filiale du groupe Airbus, elle a généré 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019.

Un contrat qui échappe à Airbus depuis plus de 3 ans

Si cette déclaration d’intention représente un pas en avant, elle n’équivaut pas à une signature en bonne et due forme. De fait, Airbus Helicopters cherche à vendre des hélicoptères en Ouzbékistan depuis plus de 3 ans. En avril 2017, Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre français, avait échoué à obtenir la finalisation de la vente.

Le gouvernement actuel a également tenté d’appuyer le dossier en avril 2019, lors d’une tournée économique et diplomatique française en Asie centrale. L’achat d’hélicoptères Airbus est alors évoqué par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires européennes et étrangères. À Tachkent, une lettre d’intention pour la fourniture de 34 hélicoptères avait été signée. À ce jour, l’intention est restée lettre morte.

Lire aussi sur Novastan : La France pourrait vendre 34 hélicoptères Airbus à l’Ouzbékistan

Le contrat actuel entre 25 et 30 hélicoptères est ainsi probablement le même contrat qui occupe l’entreprise franco-allemande depuis plus de trois ans, simplement revu à la baisse en nombre d’appareils. Cependant, comme le précise UzA, les deux parties ont élaboré un projet commun, qui comprendra l’organisation du transport par hélicoptère, la formation des pilotes, des mécaniciens, des techniciens et d’autres personnels. Contacté par Novastan, Airbus Helicopters a déclaré qu’elle « ne commente pas les discussions que nous pourrions ou ne pourrions pas avoir avec des clients potentiels ».

Une menace pèse sur Airbus Helicopters

À l’heure actuelle, Airbus Helicopters fait face à au moins deux obstacles. Le premier est une enquête judiciaire lancée contre la filiale d’Airbus, accusée de paiements excessifs aux intermédiaires qui pourraient s’apparenter à de la corruption, décrit une dépêche de l’Agefi publiée le 16 mars dernier. Le second est le coronavirus, qui ralentit toute prise de décision non essentielle à la vie économique de l’Ouzbékistan.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Pour autant, tout n’est pas perdu pour Airbus, qui a réussi à vendre un hélicoptère H175 en août 2018 au président ouzbek Chavkat Mirzioïev. Reste à savoir si le plan actuel emportera effectivement l’adhésion de Tachkent ou non.

Lorraine Lavollay
Rédactrice pour Novastan

Corrigé par Aline Simonneau

*Edition 29 mars : ajout de la réponse d’Airbus Helicopters.

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Airbus Helicopters continue de discuter avec l’Ouzbékistan pour vendre entre 25 et 30 hélicoptères (illustration).
Airbus
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *