Ouzbékistan Agences de notation Moody's Fitch Standard's and Poor Economie Tamerlan

L’Ouzbékistan veut être noté par les agences de notation

L’Ouzbékistan se rapproche des agences de notation Moody’s, Fitch et Standard’s & Poor. Objectif : obtenir une note de crédit d’ici à la fin de l’année, avant une première émission obligataire internationale au premier trimestre 2019.

C’est un nouveau pas de Tachkent vers une ouverture internationale. Comme le rapporte le site d’informations ouzbek Gazeta.uz, le vice-Premier ministre et ministre des Finances Jamchid Kouchkarov a annoncé travailler avec les trois grandes agences de notation au niveau mondial (Moody’s, Fitch et Standard’s & Poor) pour recevoir une note souveraine sur les marchés financiers. Cette annonce a eu lieu durant la présentation de la feuille de route des réformes structurelle pour 2019-2021 à Tachkent le 29 novembre dernier.

Dans le détail, les autorités ouzbèkes espèrent recevoir une note des agences d’ici à la fin de l’année 2018, afin de pouvoir émettre leurs premières obligations sur les marchés internationaux au premier trimestre 2019. Cette première obligation pourrait être une euro-obligation, affirmait en février dernier l’agence Bloomberg, qui tablait sur une somme de 300 millions d’euros.

Novastan est le seul site en français et en allemand sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

La note souveraine est une façon de décrire aux investisseurs internationaux les facteurs de risque dans le pays. Un crédit peut être noté de AAA (de première qualité) à C (placement spéculatif risqué), avec des variations selon les agences.

Une note encore inconnue

Pour être plus performant, le gouvernement ouzbek a choisi les services de la banque américaine JP Morgan Chase en juillet dernier, rapporte Spot.uz. Le 29 novembre dernier, les autorités ouzbèkes n’ont pas voulu s’avancer sur la potentielle note qu’allaient donner les agences. « Nous avons des désavantages objectifs tout autant que des avantages objectifs » a affirmé le vice-Premier ministre et ministre des Finances Jamchid Kouchkarov.

Lire aussi sur Novastan : « Les problèmes macroéconomiques s’amoncellent en Ouzbékistan »

Parmi les désavantages, le ministre a cité un faible Produit intérieur brut (PIB) par habitant, ainsi que de mauvaises positions dans d’autres classements. A l’inverse, Jamchid Kouchkarov a cité un faible endettement extérieur (24% du PIB), des réserves de changes en bonne quantité et une forte volonté politique de réforme comme des avantages.

Avec cette volonté de notation, l’Ouzbékistan suivrait en Asie centrale les exemples de ses voisins kazakhs, tadjiks et kirghiz. Pour l’heure, le Kazakhstan semble avec la faveur des marchés avec une note de BBB-/A3, quand le Tadjikistan affiche un B- et le Kirghizstan un B2, deux notes globalement similaires. Une fois l’Ouzbékistan dans la danse, le Turkménistan sera le seul pays centrasiatique non-noté par les agences de notation.

L’Ouzbékistan s’ouvre à vitesse grand V

Depuis l’arrivée au pouvoir de Chavkat Mirzioïev en décembre 2016, l’Ouzbékistan n’a cessé de donner des signes d’ouvertures aux marchés internationaux. Certains changements structurels comme la libéralisation du cours du soum, l’ouverture du marché de l’énergie et de l’agriculture ou encore de multiples visites à l’étranger pour obtenir des contrats ont transformé l’image du pays.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire par ici.

Ouvert au minimum sous la présidence d’Islam Karimov (1989-2016), l’Ouzbékistan veut aujourd’hui apparaître comme moderne, au moins sur le plan économique. Car au niveau politique, certaines lignes rouges ne seront pas dépassées.

Etienne Combier
Co-fondateur de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

L’Ouzbékistan discute actuellement avec trois agences de notation.
David Stanley
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *