Orano signe un accord avec l’Ouzbékistan pour chercher de l’uranium dans le désert du Kyzylkoum

La multinationale de l’uranium française a signé un accord de partenariat avec l’Etat ouzbek le 4 septembre dernier. Il prévoit la création d’une co-entreprise pour explorer de nouveaux gisements dans le désert du Kyzylkoum et un investissement initial de 20 millions de dollars. Orano répète le schéma qui lui a bien réussi au Kazakhstan.

Orano (ex-Areva) a annoncé avoir signé le 4 septembre dernier un partenariat avec le comité d’Etat pour la géologie et les ressources minérales (GoscomGeology) ouzbek pour explorer et à terme exploiter l’uranium ouzbek. Pour ce faire ils vont créer une co-entreprise dans les mois à venir qui sera détenue à 51% par Orano et à 49% par GoscomGeology, répétant à l’identique la coentreprise qu’ils ont crée au Kazakhstan il y a plus de 20 ans avec Katco.

Cet accord intervient après un an de négociations et de prospections en coulisses entre Orano et les autorités ouzbèkes. En juin dernier, les discussions s’étaient accélérées.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Selon l’ambassade ouzbèke en France, l’accord, signé à Paris dans les locaux d’Orano, permettra « d’attirer jusqu’à 20 millions de dollars d’investissements étrangers directs au stade initial du projet et d’environ 150 millions de dollars en cas de découverte d’un gisement commercialisable« . Toujours selon l’ambassade ouzbèke en France, l’objectif est « de produire quelque 1 500 tonnes d’uranium par an« . Des chiffres confirmés par Orano à Novastan.

L’exploitation débutera en 2020

Selon le communiqué de presse d’Orano, l’exploration pour de nouveaux gisements commencera début 2020 et va se concentrer sur la région de Navoï et le désert du Kyzylkoum, dans le centre du pays. Une région où se trouvent déjà les principales mines d’uranium d’Ouzbékistan.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan, futur principal fournisseur d’uranium aux États-Unis ?

Selon le directeur de la Business Unit Mines d’Orano Nicolas Maes, cet accord permet à Orano « la diversification géographique des activités minières du groupe et consolide sa présence en Asie centrale. Il participe au renforcement des relations de coopération entre la France et l’Ouzbékistan. L’Ouzbékistan dispose d’une longue expérience dans l’exploitation des gisements d’uranium en ISR1 (…)».

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Selon le Financial Times, l’Ouzbékistan est le septième producteur mondial d’uranium. En 2017, le pays le plus peuplé d’Asie centrale a été le cinquième plus gros fournisseurs parmi toutes les importations d’uranium des États-Unis. Au cours des six premiers mois de 2018, l’Ouzbékistan a vendu de l’uranium pour 106 millions de dollars.

Un géant en devenir

Dans le détail, la particularité de l’uranium d’Ouzbékistan est qu’il est l’un des moins chers au monde à extraire : le prix moyen pondéré est de 37,7 dollars par livre d’équivalent d’uranium U3O8. Moins cher qu’en Russie (31,5 dollars la livre), au Kazakhstan, (38,3 dollars), au Canada (40,6 dollars) et en Australie (42,4 dollars), les principaux producteurs mondiaux.

Lire aussi sur Novastan : Orano va raser une forêt protégée pour exploiter une mine d’uranium au Kazakhstan

Pour Paris, l’Ouzbékistan vient s’ajouter au Kazakhstan, déjà premier fournisseur d’uranium de la France. Continuant de faire de l’Asie centrale une région stratégique pour l’approvisionnement en uranium, indispensable à la production électrique française.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

La signature du partenariat entre Orano et Goscomgeology, représentant l’Etat Ouzbek
Orano, François Guichard
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *